ZODIAC

ZODIAC

David Fincher, 2007

LE COMMENTAIRE

La vie est remplie d’énigmes plus ou moins passionnantes. Ce n’est pas surprenant si les journaux nous en proposent, sous forme de jeux. Il s’agit d’entrainements qui nous permettent d’examiner, de réfléchir, de déchiffrer, de trouver… Les mots fléchés ou croisés ne sont que des grilles nous permettant de mieux comprendre le monde autour de nous. Pour lire entre les lignes des articles qui remplissent les autres pages.

LE PITCH

Un inspecteur, un journaliste et un dessinateur essaient de trouver l’identité d’un tueur.

LE RÉSUMÉ

Le 4 juillet 1969, le Zodiac commet son premier crime et en informe aussitôt le San Francisco Chronicle. L’inspecteur Dave Toschi (Mark Ruffalo)  et son coéquipier William Armstrong (Anthony Edwards) sont immédiatement mis sur l’affaire. Parallèlement le journaliste Paul Avery mène aussi sa petite enquête. Quant à Robert Graysmith (Jake Gyllenhaal), il suit le sujet de loin.

Les meurtres s’enchaînent. La police reste impuissante. Les drames ont lieu dans plusieurs Comtés différents, ce qui ne facilite pas le travail des inspecteurs malgré le concours du détective Mulanax (Elias Kosteas) à Vallejo et du détective Logue (Ken Narlow) à Napa. Par ailleurs, l’investigation journalistique de Paul Avery (Robert Downey Jr) pénalise le travail de la police en surmédiatisant l’affaire, multipliant ainsi les fausses pistes.

Toschi et Armstrong sont proches de coincer Arthur Leigh Allen (John Carroll Lynch) qu’ils pensent être le Zodiac. Le graphologue leur donne tort, malgré l’ambidextrie de Allen.

Le temps passe. L’enquête patauge. Avery, saoulé, se noie dans sa bouteille. Armstrong, à bout de souffle, jette l’éponge et part à la répression des fraudes. Toschi est accusé par l’inspection générale des services d’avoir falsifié un courrier du Zodiac. Graysmith prend la relève et refait toute l’enquête, prenant le risque de perdre sa femme Melanie (Chloë Sevigny). Après avoir rencontré certaines personnes plutôt sombres, il remonte finalement lui-aussi jusqu’à Arthur Leigh Allen (John Carroll Lynch).

Huit ans plus tard, Graysmith a écrit un livre sur le Zodiac. Mike Mageau, l’une des premières victimes du Zodiac a identifié formellement Arthur Leigh Allen. Les échantillons ADN recueillis sur la scène du crime et sur les courriers envoyés par le Zodiac restent cependant non-concluants.

Capture d’écran 2020-04-18 à 23.59.20

L’EXPLICATION

Zodiac, c’est réussir à passer à autre chose.

La vie est remplie d’affaires qui retiennent notre attention et que nous essayons de résoudre.

Ces affaires sont des sacs de noeuds à démêler. Si tout était simple, il n’y aurait pas d’affaire – ni d’intérêt. On cherche la difficulté. Dans le cas du Zodiac, le manque de coordination transforme une enquête déjà sinueuse en un véritable casse-tête. La police Californienne de l’époque est fragmentée. Elle ne se parle pas. Par conséquent elle avance mal, chassant plusieurs lièvres à la fois. Toschi doit composer avec de nombreux intermédiaires. Il s’épuise à courir après les uns et les autres pour pouvoir obtenir les autorisations lui permettant d’avancer.

Paul Avery vient rajouter son grain de sel en rendant l’enquête médiatique. Il l’ouvre au grand public qui va parasiter les recherches avec de nombreux faux témoignages. Dès que l’affaire prend de l’ampleur via le Chronicle, elle échappe à ceux dont le travail est de trouver l’assassin. Les témoignages farfelus se multiplient. Le nuage de brouillard sur la baie s’épaissit (cf Insomnia). La presse soulève un peu rapidement un tapis en dessous duquel on trouve beaucoup trop de poussière. Les fantômes flottent autour du Zodiac, comme Bob Vaughn que l’écriture accable et qui possède une cave, ce qui est assez rare en Californie.

Trop de pistes, trop de suspects, trop de possibilités…

Just because you can’t prove it doesn’t mean it isn’t true.

Dans cette traque au Zodiac, il y a des planches pourries. La police est obligée de s’appuyer sur un graphologue qui a le pouvoir d’incriminer ou de disculper un suspect sur la base de son écriture. Malheureusement le graphologue en question n’est pas fiable.

Comme si ce n’était pas assez dur, le temps est compté. Zodiac n’est pas une marque d’horlogie pour rien. Le temps joue toujours contre nous. Toschi se permet de le rappeller à Graysmith quand celui-ci se met en tête de reprendre l’affaire, trop tard :

Too many years gone, too much evidence lost.

L’affaire du Zodiac traine en longueur. Ceux qui en sont responsables perdent patience. Ils ne peuvent pas supporter que le coupable soit toujours en liberté. Ces hommes finissent par ne penser qu’à cela, jour et nuit. Comme un problème de maths impossible à résoudre.

Le temps nécessaire qu’on doit consacrer à ces affaires est autant de temps de moins pour nous. Paul Avery coule par la faute du Zodiac. Le couple de Graysmith est sur le point d’imploser. La carrière de Toschi déraille.

Capture d’écran 2020-04-19 à 00.02.54

Le Zodiac aura fait de nombreuses victimes collatérales, grillant tous ceux qui l’ont considéré comme l’oeuvre d’une vie.

Nikola Tesla mettait en garde Robert Angier contre les obsessions (cf Le Prestige). A young man’s game selon Cutter. Trop de personnes se sont laissés aveuglés par leur sujet en perdant de vue le sens des priorités. Ils ont essayé de résoudre un problème insoluble, qui n’en valait donc pas la peine.

Graysmith est passé tout près de se prendre la vague mais s’en est sorti finalement indemne, en ayant pondu un best-seller au passage. Parce qu’il a su renoncer à sa propre obsession, il a réussi à profiter de ce mystère non résolu en exploitant l’obsession des autres! Le podcast Serial repose sur cette technique infaillible, celle de la toupie qui tourne à l’infini (cf Inception).

Il est important de savoir lâcher la bride, sous peine de se retrouver emporté par la tempête.

Tourner la page.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.