TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME

TWIN PEAKS : FIRE WALK WITH ME
David Lynch, 1992

LE COMMENTAIRE

En France on s’y connaît en matière de chanson. On sait trouver les mots, surtout lorsqu’il s’agit de parler des filles. Elles font des scandales parce que vous avez oublié de faire la vaisselle, ou portent plainte dès que vous leur peloter les fesses ou menacent de vous suivre aux Prud’hommes si vous ne leur donnez pas de promotion (avec le salaire qui va avec). C’est comme si ces emmerdeuses semblaient avoir oublié qu’on leur a pourtant écrit les plus belles chansons d’amour sur terre. Parce qu’on passe notre vie à attendre ces pétasses ou à les supplier de ne pas nous oublier. Concrètement, les filles elles nous rendent marteaux.

LE PITCH

Deux agents du FBI enquêtent sur la mort de Teresa Banks.

LE RÉSUMÉ

Chester Desmond (Chris Isaak) et Sam Stanley (Kiefer Sutherland) enquêtent sur la mort suspecte de Teresa Banks dont la bague a disparu. Desmond la retrouve avant de disparaitre à son tour. L’agent Dale Cooper (Kyle McLachlan) est persuadé que le meurtrier va frapper de nouveau.

Un an plus tard dans la ville voisine de Twin Peaks, Laura Palmer (Sheryl Lee) découvre des pages arrachées dans son journal intime. Elle est persuadée que Bob (Frank Silva) est le responsable.

Informée que l’homme derrière le masque est actuellement dans sa chambre, Laura fonce chez elle pour découvrir l’identité de Bob. Elle ne voit que Leland (Ray Wise), son père, sortir de la maison. Elle commence à avoir des soupçons.

Laura est la copine attitrée du rockeur colérique Bobby (Dana Ashbrook). Elle entretient également une liaison avec le motard romantique James (James Marshall). Totalement libre et décomplexée, elle s’apprête à participer à un plan à trois au Bang Bang Bar avant que son amie Donna ne s’invite. Laura se rhabille immédiatement et raccompagne son innocente amie, lui interdisant de devenir dépravée comme elle.

Alors que Laura rentre chez elle en compagnie de son père, Leland se souvient qu’il avait demandé à sa maîtresse Teresa Banks d’inviter deux amies pour une partouze. Se rendant au rendez-vous, Leland s’était rendu compte que l’une des deux invitées n’était autre que sa propre fille. Teresa réalisant le malaise en aurait profité pour faire chanter Leland qui s’est débarrassé de Teresa dans la foulée.

Le soir suivant, Bob rend de nouveau visite à Laura. Il la prend pendant que celle-ci lui demande de révéler sa véritable identité. Bob est en fait son père.

La nuit suivante, Laura rompt simultanément avec Bobby et James avant de se rendre dans la cabane du gros Jacques Renault pour se livrer à une orgie en compagnie de Leo et de Ronette Pulaski (Phoebe Augustine). Leland fait irruption, tabasse les deux mecs et traîne les deux filles jusque dans un wagon isolé.

Leland confesse à Laura.

I always thought you knew it was me!

Ronette parvient à s’échapper et à ouvrir la porte du wagon à Mike qui fait glisser la bague de Teresa Banks jusqu’à Laura. Celle-ci passe l’anneau à son doigt. Leland enragé redevient Bob et la poignarde violemment avant de jetter son cadavre dans le lac.

Dans un monde parallèle, Bob arrache du sang de la poitrine de Leland qui flotte dans le vide. Laura assise sur le canapé, en compagnie de l’agent Dale Cooper, voit un ange passer. Elle pleure avant de se mettre à rire.

Fire-Walk-With-Me

L’EXPLICATION

Twin Peaks c’est une liberté empêchée.

Laura est l’incarnation de tous les désirs. Elle est une gourmandise.

I am the muffin.

Laura ne veut pas se priver. Si elle veut quelque chose elle se sert. Et elle sait jouer de ses charmes pour obtenir ce qu’elle veut. Elle est ce qu’on appelait une sorcière au Moyen-Âge, charmante et envoûtante. Ces féministes à l’époque on les brûlait, avant qu’on apprenne à bien les aimer. Laura est aussi la parfaite représentation du malin dans l’Ancien Testament. Elle détourne l’homme de son devoir d’obéissance à Dieu, ce gros jaloux, en cristallisant l’attention. Car tout les yeux se tournent vers Laura : ceux de Bobby, du gros James, de Jacques, ainsi que ceux de Dana… et malheureusement ceux de son père également.

Leland ne permet pas à sa fille de grandir ni de s’épanouir. Quand il réalise que Laura devient femme, il ne l’admet pas.

He’s been having me since I was 12.

Pire quand il se rend compte qu’elle peut s’introduire dans ses fantasmes, il perd les pédales. Lui il peut participer à des partouzes, pas sa fille. Il la viole physiquement. Ça n’est pas le seul symbole de domination qu’il essaie d’exercer sur elle puisqu’il lit et déchire les pages de son journal intime. Il lui fait aussi une déclaration d’amour.

Leland n’est qu’un parmi d’autres. Ils cherchent tous à l’étouffer. James le rêveur est persuadé que Laura lui appartient. Et cet imbécile de Bobby pense pouvoir la garder pour lui seul alors qu’il ne sait même pas dans quelle direction regarder pour la trouver.

I was standing right behind you but you’re too dumb to turn around.

Les hommes ne comprennent rien aux femmes c’est bien connu. Ils refusent l’idée qu’elles puissent s’échapper. Les hommes ont inventé les zoos et sont persuadés que les fauves qui y sont enfermés sont heureux de l’être. Penser que la femme puisse être sa propriété reste néanmoins le fantasme d’un colon obtus qui finit toujours par avoir recours à la force pour tenter de conserver celle qu’il croit aimer.

You always hurt the ones you love.

Les hommes deviennent ainsi naturellement des fondamentalistes, représentants d’un ordre conservateur qui cherche désespérément à neutraliser Laura la progressiste. Ils pourraient lui mettre un voile sur la tronche ou la forcer à rester dans sa chambre.

Laura est une vraie aventurière, pas comme Dora. Elle n’en reste pas moins pure. C’est le crime du père qui lui fait perdre ses ailes d’ange, pas sa polygamie ou sa toxicomanie.

When this kind of fire starts, it is very hard to put out. The tender boughs of innocence burn first, and the wind rises, and then all goodness is in jeopardy.

Car n’oublions pas que le père en question, comme beaucoup de pères incestueux, est avant tout complètement taré. Comment ne pas excuser la folie avec un beau brin de fille comme Laura? C’est pour ça que le pardon existe aussi. Non? D’autres pères ‘bien intentionnés’ ont eu droit au pardon divin

Avant de cracher sur Donald Trump (qui a de bonnes raisons de ne pas tarir d’éloges sur sa fille Ivanka), sachons aussi nous rappeler du précédent Gainsbourg et de leur lemon incest. Tant que ça reste dans la famille après tout. N’est-ce pas?

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

4 commentaires

  • Non seulement votre introduction est effroyablement misogyne mais en plus vous n’avez rien compris à ma mythologie de Twin peaks… Navrant…

    • L’introduction traite, de manière sarcastique, de la misogynie dont les femmes sont victimes au quotidien, à l’image de Laura qui tente de trouver sa liberté dans ce monde de mâles mais qui ne peut malheureusement pas échapper à la frustration de son propre père.
      Ne nous privez pas de votre interprétation.

  • « Mais comment ne pas excuser la folie avec un beau brin de fille comme Laura? »
    Ce bout d’analyse est très très limite, d’autant plus que les actes terrifiants de Leeland ne sont ni aseptisés, ni déconsidérés (encore moins « excusés »).
    Si c’est du second degré, il nuit ici à la compréhension.

    • Merci pour votre commentaire. Il s’agit en effet de second degré, qui finalement fait son effet car il vise précisément à brouiller la compréhension tant Lynch ne cherche pas l’évidence mais la confusion. Bien sûr les actes de Leland sont terrifiants. Ils ne sont ni excusés (malgré sa rédemption dans la série), ni surtout excusables.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.