LOST HIGHWAY

LOST HIGHWAY
David Lynch, 1997

LE COMMENTAIRE

Le problème quand on est sur la route toute la sainte journée, c’est qu’on ne voit pas le doute en l’autre s’immiscer. Le vrai problème surtout c’est qu’on s’emmerde. Quand on s’endort au volant c’est certainement pas à cause de Pokemon Go, ou de la fatigue, c’est à cause de l’ennui. C’est pas les routiers qui prétendront le contraire. Après on peut toujours rêver qu’on prend la route pour traverser la vie sans billet de train, mais soyons honnêtes le plan vigipirate a tué ce qui restait de romantisme dans ce monde.

LE PITCH

Fred (Bill Pullman) et sa femme Renée (Patricia Arquette) reçoivent des menaces.

LE RÉSUMÉ

Fred apprend à l’interphone que Dick Laurent (Robert Loggia) est mort. Fred n’a aucune idée de qui est Dick Laurent. Plus inquiétant, il ne voit personne à sa porte.

Le lendemain matin, les époux reçoivent une cassette VHS. Il s’agit d’un film montrant leur apaprtement. Les cassettes se succèdent au fil des jours, les films allant chaque fois plus loin, jusqu’à pénétrer leur chambre et montrant les époux endormis dans leur lit. Fred et Renée alertent aussitôt la police.

Lors d’une soirée, Fred est interpellé par un homme étrange (Robert Blake) qui lui annonce qu’il se trouve chez lui au même moment. Pour le lui prouver, il invite Fred à l’appeler. Complètement confus, Fred rentre chez lui et trouve une vidéo de Renée ensanglantée sur le lit à côté duquel il se trouve lui-même. Arrêté dans la foulée puis condamné à mort, il est soudainement victime de violents maux de tête. Il hallucine et voit l’homme étrange devant une cabane dans le désert prenant soudainement feu.

Le lendemain matin, les gardiens de la prison hallucinent à leur tour en trouvant Pete Dayton (Balthazar Getty) dans la cellule en lieu et place de Fred. Ils libèrent le jeune homme qui reprend sa vie de mécanicien.

Pete est le chouchou de Mr Eddy. Pete va nouer une liaison avec la pulpeuse Alice (Particia Arquette) qui se trouve être la maîtresse de Mr Eddy. Elle apprend à Pete que Mr Eddy est en fait Dick Laurent, un producteur porno pour lequel elle travaille. Elle veut à tout prix quitter le métier et s’enfuir avec Pete.

Les deux amants font route en direction d’une cabane perdue au milieu du désert. Pete ne cesse de demander pourquoi Alice l’a choisi lui en particulier. Alice demande alors à Pete s’il la veut toujours. Tous les deux font l’amour sur la voiture devant la même cabane dont a rêvé Fred. Pete ne cesse de répéter à Alice qu’il la veut. Alice lui chuchote à l’oreille qu’il ne l’aura jamais. Elle l’abandonne puis pénètre nue dans la cabane.

Pete est redevenu Fred. Il se lance à recherche d’Alice. Fred interroge l’homme étrange qui s’énerve :

Alice who? Her name is Renee. If she’s told you her name is Alice, she’s lying.

Fred se rend alors au Lost Highway Hotel où Mr Eddy et Renée font l’amour. Fred kidnappe Mr Eddy puis l’emmène dans le désert où il le tabasse. L’homme étrange apparaît de nouveau, confirme à Mr Eddy que Fred est au courant de leur liaison avec Renée puis le tue froidement. Fred se rend chez lui, sonne à l’interphone et dit :

Dick Laurent is dead.

Poursuivi par la police, il s’enfuit sur une autoroute qui ne semble jamais finir.

lost_highway_master__detail_carousel

L’EXPLICATION

Lost Highway c’est l’enfer.

L’adolescence est porteuse de frustrations, comme ce petit garçon à qui on finit par reprendre son jouet à la fin de la journée. C’est la frustration de Pete qui voit Alice lui échapper.

Pour mieux comprendre l’intensité de cette frustration il faut avoir conscience du fantasme qu’Alice représente pour Pete. D’abord c’est une actrice porno. Et quand on connaît la place qu’occupe le sexe dans la tête d’un adolescent… Alice fait donc figure de Rocher Suchard. En plus elle représente l’impossibilité puisqu’elle n’est techniquement pas « libre ». Un peu comme on s’est tous fait des films sur la plus belle fille de la classe au collège, celle qui sortait avec un mec du lycée. Le mec avec la mobylette et le blouson en cuir. Le con qui fumait des clopes.

Le jour où cette fille s’intéresse à vous, on ne sait par quel mystère, vous vous sentez soudainement pousser des ailes. Surtout quand vous n’êtes « que » mécanicien et que normalement personne ne vous regarde. Quand vous avez l’impression que vous pouvez libérer la princesse de son maquignon (Rocco Siffredi), vous vous sentez comme le prince charmant. Au moment où on touche à ce fruit défendu cependant, votre vie bascule. En moins bien. On ne le sait pas encore. C’est biblique. Peut-être même coranique. L’histoire se finit forcément mal. Alice c’est pas le pays des merveilles. Elle finit toujours par vous échapper d’une manière ou d’une autre, comme elle finit par abandonner Pete.

You’ll never have me.

Certains s’en remettent, difficilement. D’autres ne s’en remettent pas. C’est le cas de Fred qui est hanté par ses angoisses : il éjacule trop vite et Renée lui donne une petite tape dans le dos. Comme une manière de dire c’est pas grave mon pote. Quand on est saxo tenor, on n’a pas envie d’entendre que ça arrive mon pote. On n’a rien à foutre de la pitié de sa meuf.

Fred craint que Renée ne se sauve dès qu’il a le dos tourné. Il profite d’avoir cinq minutes de pause pendant son concert pour l’appeler. Et elle ne répond évidemment pas, ce qui le plonge dans une angoisse totale.

Fred va donc laisser de la place à ses idées noires incarnées par cet homme sombre.

You invited me. It’s not in my custom to go where I’m not wanted.

Il espionne tout avec sa caméra. Ses pensées nébuleuses vont à chaque fois plus loin dans le morbide jusqu’à ce que Fred ne commette l’irréparable.

Lost Highway évoque le besoin de ventiler ses souvenirs. Fred a pris la décision de tout garder pour lui et d’oublier tout ce qui s’est passé dans sa jeunesse. Sa mémoire est sélective.

I like to remember things my own way.

Il va mitrailler en automatique. Il a beau demander du Doliprane dans sa cellule, c’est trop tard. Le mal est fait. Il est dans sa tête, à bord d’une voiture qui conduit très vite sur une autoroute sans fin. C’est un cauchemar, un peu comme une chanson de Gerald De Palmas qui passerait en boucle.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.