KNIGHT OF CUPS

KNIGHT OF CUPS
Terrence Malick, 2016

LE COMMENTAIRE

On nous a pipeauté des années avec le petit chaperon rouge qui était soit-disant une petite fille modèle, seule dans la forêt, sous la menace d’un grand méchant loup sans scrupule. En vrai le petit chaperon rouge c’est tout simplement un homme d’âge mûr qui s’est perdu en route. Il cherchait l’église et il a atterrit dans un strip club, où il est tout près de croquer la sucette de Kaa, le serpent du Livre de la Jungle.

LE PITCH

Rick (Christian Bale) est un scénariste hollywoodien qui se pose des questions existentielles.

L’HISTOIRE

Rick est à la dérive.

All those years, living the live of someone I didn’t even know.

Il est comme ce chevalier que son père, le Roi de l’Est, avait envoyé en Égypte à la recherche d’une perle. À son arrivée, on lui proposa une boisson qui lui fit perdre la mémoire. Rick ne sait plus où il en est. Un tremblement de terre le sort de sa torpeur. Il revient sur les chapitres de sa vie, marqués chacun par différentes personnes.

Chapitre 1 – The Moon

Della (Imogen Poots) est une jeune et jolie rebelle qui divertit Rick par intermittence. Il apprécie sa légèreté. Ces parenthèses sont aussi plaisantes qu’éphémères.

Don’t go back to being dead.

La voiture poursuivie par la police que Rick observe en direct à la TV finit par sortir de la route. Et il a toujours l’impression de se noyer.

Chapitre 2 – The Hanged Man

Rick et Barry (Wes Densley) ont réagi différemment à la mort de leur frère. Barry est en colère. C’est ce qui lui permet de rester en contact avec le monde. Rick à l’inverse a tout gardé pour lui. Il s’est effacé petit à petit.

I died in a different way.

Chapitre 3 – The Hermit

Rick rencontre Tonio (Antonio Banderas), un dandy de LA, lors d’une garden party. Il traverse la foule, étourdi par le faste des lieux et la superficialité des conversations. Les invités se congratulent, sur fond de musique classique, et discutent de la couleur de leurs vernis à ongle. Rick se sent plus seul que jamais dans ce chaos luxuriant.

Nobody’s home.

Chapitre 4 – Judgement

Rick se rappelle de ses disputes avec son ex-femme Nancy (Cate Blanchett). C’est le temps des regrets et des reproches.

I don’t want to accuse you.

Nancy est amère. La situation était inextricable et leur relation a logiquement fini par ne pas aboutir. Nancy reproche à Rick d’avoir constamment cherché à fuir. Alors qu’il essaie pourtant de se rapprocher d’elle, elle ne fait que le repousser.

Chapitre 5 – The Tower

Il fait la rencontre d’Helen (Freida Pinto), une mannequin ambitieuse qui évolue dans un univers de la mode complètement parallèle.

I met a woman from another world.

Sur le set, les femmes se font aboyer des ordres par les photographes. Elles sont des représentations quasi mystiques. La vie de Rick reste aussi vide que son appartement, au désespoir des cambrioleurs.

Chapitre 6 – The High Priestess

Rick fait la rencontre de Karen (Teresa Palmer), danseuse dans un stripclub. Rick et Karen vivent tous les deux dans un fantasme. Rick est admiratif de Karen pour sa capacité à vivre différentes vies. Elle est un caméléon. Il a l’impression de ne pas avoir d’emprise. Alors qu’elle semble pouvoir faire ce qu’elle veut.

The world is a mirror. Take the things you want. They could be yours.

Chapitre 7 – Death

Rick se souvient d’Elizabeth (Natalie Portman), une jeune femme mariée avec qui il a eu une liaison.

I don’t feel guilty that I fell in love with you.

Elle se sentira beaucoup plus coupable d’être tombée enceinte (de qui? on ne saura pas vraiment). Alors que le curé tente de le réconforter en lui répétant qu’il n’est pas seul dans ce monde, la plage n’en finit pas de se remplir de baigneurs et l’autoroute d’être encombrée de voitures.

Chapitre 8 – Freedom

Rick se retrouve face à la montagne. Seul avec lui-même, il n’a plus nulle part où s’enfuir, ou d’entre-jambes dans lesquels se réfugier. Il contemple les éoliennes et peut envisager un futur.

The life above us is the pearl.

Il va peut être trouver la liberté avec Isabel (Isabel Lucas) qui nage nue dans la piscine. À moins qu’il ne s’agisse d’une sirène de plus?

L’EXPLICATION

Knight of Cups c’est une crise de la quarantaine d’un nouveau genre.

Rick est un scénariste. Il écrit des histoires. Il se pose la question du sens parce qu’il ne peut pas en être autrement à Hollywood qui s’est transformé en un gros nuage de pollution, comme une sorte de néant absolu. Dans cette quête, il a l’impression qu’il n’y a pas de réponse.

Can’t figure your life out. Can’t put the pieces together.

Quand on n’a que vingt ans et qu’on n’a aucune idée de ce qui se passe, ça n’est pas grave. Quand on en a quarante et qu’on a déjà navigué dans les eaux troubles de la vie, sans parvenir à y voir clair c’est un peu plus agaçant. Rien de plus frustrant de savoir que le film est bientôt fini et qu’on n’a rien compris de l’histoire.

You think when you reach a certain age things will start making sense, and you find out that you are just as lost as you were before. I suppose that’s what damnation is. The pieces of your life never to come together, just splashed out there.

Aujourd’hui la crise de sens arrive très tôt, autour de la trentaine. Parce que les jeunes doivent être plus mûrs plus tôt mais ils ne sont pas encore prêts. Et quand ils atteignent la trentaine (voire même la vingtaine pour les plus précoces) ils remettent tout en question et partent faire le tour du monde (cf Into the Wild). La nouvelle crise de la quarantaine est beaucoup plus spirituelle. Il y a encore quelques années, les quadras faisaient leur crise de manière fracassante, en quittant femmes et enfants pour se taper une adolescente. Aujourd’hui le quadra fait sa crise seul dans le désert, en silence.

L’homme est dans un voyage (et non il ne s’agit pas d’une publicité pour du parfum). Rick est de passage, comme un visiteur dans un aquarium. Il traverse la vie comme le pèlerin. Son père (le vrai = Dieu) ne l’a pas oublié et lui envoie des messagers pour lui rappeler ce qu’il fait ici: trouver cette perle enfouie dans les abysses. Il nage dans le flou artistique.

No one cares about reality anymore.

Rick fait comme la plupart d’entre nous. Il dort. Il regarde les avions qui décollent en compagnie de Nancy. Il reste cloué au sol. Il est dans un tunnel. Il est muet.

Why do you hold back?

Les messagers de son père sont toutes ces personnes que Rick croisent sur sa route comme autant d’opportunités de trouver la perle. Parce que tout est possible finalement. Ces personnes expriment différentes émotions que Rick devrait se permettre de ressentir : la légèreté, la colère, l’ambition, la douleur… Il n’est pas figé.

You could be anything, do anything, start over.

Pour ça il faut prendre la vie comme elle vient, sans règle.

Treat this world as it deserves, there are no principles, just circumstances.

C’est ce qui devrait lui permettre de devenir enfin un acteur et de dépasser ce sentiment désagréable de n’être qu’un touriste.

You worked long hard to get to this moment. You want climb your stairs or theirs? Where else would you go?

On retiendra quand même que pour atteindre la sérénité il faut écouter son père. Et en l’occurrence ce père demande à Rick d’aller vers l’Ouest. L’Ouest c’est l’Occident, c’est là où le soleil se couche, c’est aussi la Bretagne. Être à l’Ouest c’est aussi perdre le Nord. C’est faire les choses différemment. On se rappelle tous de la chanson des Pet Shop Boys. C’est un peu comme si ce père incitait son fils à aller voir ce qui se passe de l’autre côté de l’arc en ciel. Merci papa! Merci du conseil. Le chapitre 9 sera-t-il celui de l’homosexualité? Tout ça ressemble à un voyage qui finit dans le zéro.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.