APOCALYPSE NOW

APOCALYPSE NOW
Francis Ford Coppola, 1979

LE COMMENTAIRE

C’est pas parce qu’on est un GI de sexe masculin rompu aux joutes du Sud-Est asiatique qu’on n’a pas le droit de se faire un petit masque à l’argile. Les soldats peuvent être durs au mal et avoir le droit de prendre soin de leur peau. Et c’est pas parce qu’on n’est pas une femme qu’on n’a pas le droit non plus d’avoir un côté sombre, n’en déplaise à Axel Bauer. Les hommes aussi ont besoin d’éteindre la lumière de temps en temps.

LE PITCH

Le Capitaine Willard (Martin Sheen) part à la rencontre du Colonel Kurtz (Marlon Brando) qui a pété un plomb.

LE RÉSUMÉ

En pleine guerre du Viet-Nam, le Colonel Kurtz en charge des forces spéciales ne répond plus. L’Etat major le considère comme un renégat et décide d’envoyer le Capitaine Willard pour l’éliminer.

When you find the Colonel, infiltrate his team by whatever means available and terminate the Colonel’s command.

Willard prend la tête d’une expédition composée du Chief (Albert Hall), du Chef (Frederic Forrest), de Lance (Sam Bottoms) et Mr Clean (Laurence Fishburne).

En chemin vers le Cambodge, le groupe fait la rencontre du fantasque Lieutenant Colonel Kilgore (Robert Duvall), un chien de guerre qui n’hésitera pas à faire exploser un village entier à coups de napalm, juste pour pouvoir surfer peinard.

L’expédition doit s’arrêter au dernier camp US sur la rivière pour y faire le plein. Les soldats y sont complètement démobilisés et n’attendent plus qu’une livraison de Playmates pour pouvoir fuir leur réalité pathétique.

Désormais en territoire ennemi, le bateau subit une attaque surprise et perd Mr Clean. Chief ignore tout des raisons de la mission. Il ne supporte plus le silence du Capitaine. Il se révolte et Willard se voit contraint de l’étrangler.

Les trois soldats atteignent ensuite un petit port toujours aux mains d’une poignée de colons français qui ont refusé de quitter l’Indochine après la débâcle. Willard écoute sagement les conclusions un peu simplistes de Français qui n’ont pas digéré la défaite.

The white left, but the yellow stays.

Willard accordera une toute autre attention aux questions plus métaphysiques de la belle Roxanne (Aurore Clément).

Do you know why you can never step into the same river twice?

L’expédition touche à son but. Willard, Chef et Lance sont accueillis par un reporter (Denis Hooper) qui a rejoint les troupes de Kurtz, littéralement envoûté par le charisme du Colonel. Willard reconnaît parmi ces hommes le Capitaine Colby (Scott Glenn) qui comme lui avait pour mission de tuer Kurtz puis qui a fait le choix de rejoindre la secte.

Willard est fait prisonnier. Il est torturé et doit jongler avec la tête de Chef que Kurtz a fait sauvagement décapiter. Il est relâché quelques temps plus tard. Kurtz va se confier à lui. Le Colonel sait tout de la mission. Il veut s’expliquer et demande à Willard de raconter la vérité à son fils.

I worry that my son might not understand what I’ve tried to be. And if I were to be killed, Willard, I would want someone to go to my home and tell my son everything.

Un soir de sacrifice, Willard en profite pour tuer Kurtz. Il sort du temple célébré comme un Dieu. Plutôt que de prendre la suite de Kurtz, Willard prend la main de Lance. Tous les deux montent à bord du bateau puis s’éloignent. Willard reste hanté par les derniers mots du Colonel.

The horror… the horror…

3msvwu

L’EXPLICATION

Apocalypse Now c’est un paradoxe.

Le paradoxe de l’armée américaine qui se donne des airs de famille et qui force ses enfants à aller se battre alors qu’ils n’en ont aucune envie.

All I wanted to do was fuckin’ cook!

Cette famille américaine sur laquelle on devrait pouvoir compter et qui n’hésite pas à acter sèchement l’extermination de l’un des siens. Une famille qui se voile la face et s’accroche à des principes qui ne font plus aucun sens.

We train young men to drop fire on people, but their commanders won’t allow them to write ‘fuck’ on their airplanes because it’s obscene!

Il y a aussi le paradoxe de ce Viet-Nam, inventé par les Américains pour faire chier les Français…

The Vietcong were invented by the Americans, sir.

… et qui se retourne contre eux, tout comme l’Irak ou l’Afghanistan se retourneront contre Washington quelques années plus tard.

Il s’agit enfin du paradoxe de Willard qui ne trouve pas sa place dans le monde et qui vit un drame que tout le monde vit au quotidien.

When I was here, I wanted to be there; when I was there, all I could think of was getting back into the jungle.

C’est Roxane qui permettra à Willard de prendre conscience de ce paradoxe. Car il y a deux facettes chez Willard.

There are two of you, don’t you see? One that kills… and one that loves.

La réalité est un tout petit peu plus complexe et pour trouver la solution Willard va devoir chercher au plus profond de lui-même. Il entreprend un voyage initiatique. Au bout de cette mission, il y a une clé. Willard le sait. S’il est angoissé, il est également terriblement excité à l’idée de pouvoir rencontrer Kurtz.

But the thing I felt the most, much stronger than fear, was the desire to confront him.

Sur son chemin, Willard va être le spectateur d’un monde à la dérive. Kilgore est un psychopathe dont la seule angoisse est que son rêve s’arrête.

« omeday this war’s gonna end…

Les soldats sont déprimés et ne savent plus pourquoi ils sont là, s’ils ont seulement su un jour. Les Français sont frustrés et s’accrochent désespérément à leur passé. Willard sait qu’il ne doit pas quitter le bateau, sinon il va perdre les pédales.

‘Never get out of the boat.’ Absolutely goddamn right! Unless you were goin’ all the way… Kurtz got off the boat.

Ce chemin de croix va permettre à Willard de trouver Kurtz et surtout de le comprendre. Après avoir fait face à tout ce bordel, Willard peut mieux questionner le monde et saisir les raisons qui font que le Colonel a dérapé.

No wonder Kurtz put a weed up Command’s ass. The war was being run by a bunch of four star clowns who were gonna end up giving the whole circus away.

Willard rend service à Kurtz en le tuant. Il le libère. On serait tenté de croire qu’il se tue lui-même tant ils sont similaires. Willard, lui, est encore vivant. Il doit témoigner. Willard doit vivre avec cette horreur. Il est le vrai héros car il est celui qui revient de l’enfer. Il a vu le pire en chacun.

Sometimes, the dark side overcomes what Lincoln called the better angels of our nature.

Et surtout il est allé au delà du jugement.

You have a right to kill me. You have a right to do that… but you have no right to judge me. Because it’s judgment that defeats us.

Willard n’a pas pardonné à Kurtz parce qu’on ne peut pas pardonner à Kurtz. Willard l’a assimilé. Il incarne le paradoxe du soldat, ni bon ou mauvais. Willard est devenu les deux. Sa mission c’est de ramener Lance, symbole d’innocence, et lui permettre de s’épanouir. Willard doit aussi rentrer chez lui pour partager son expérience.

Évidemment c’est plus compliqué de partager son expérience quand on doit rentrer d’un Euro qu’on a perdu à domicile.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.