PRIDE AND PREJUDICE

PRIDE AND PREJUDICE
Joe Wright, 2005

LE COMMENTAIRE

Il y a des choses qui vont de pair tout en s’opposant : Le yin et le yang, le noir et le blanc, le rouge et le noir, le rouge et le blanc, le blanc et le rosé. La poule et l’oeuf. Il y a l’homme, qui ne serait rien sans la femme. Le pic-nic, qui a besoin de son break. L’orgueil, qui est le cousin du préjugé. Les bals guindés, qui ne seraient pas tout à fait ce qu’ils sont sans leurs jeux de regards. Avec une élégance impeccable, l’homme espionne (furtivement) le décolleté de sa partenaire tandis que la femme tente de deviner (l’air de rien) le paquet de son cavalier. Le détachement et l’envie. Les attractions contraires.

LE PITCH

Dans la campagne anglaise de la fin du XVIIIe, la fille Bennet s’éprend du fils Darcy.

L’HISTOIRE

Le riche célibataire Charles Bingley (Simon Woods) s’établit à Netherfield. Les cinq filles de M. Bennet (Donald Sutherland) s’excitent à l’idée de sa venue. À l’époque, les mariages étaient moins une question d’amour qu’une question de rente. Leur arrangement étaient la norme et les femmes de peu de biens pouvaient s’estimer heureuses d’être choisies par un bon parti.

Lors d’un bal, Jane Bennet (Rosamund Pike) met le grappin sur Bingley pendant que la pétulante Elizabeth (Keira Knightley) rate son approche auprès du taciturne M. Darcy (Matthew Macfadyen) qui ne la trouve pas à son goût.

Thoroughly tolerable, I dare say, but not handsome enough to tempt me.

Elizabeth a du répondant. Pas intimidée, elle n’hésite pas à moucher Darcy.

I thought that poetry was the food of love.

Of a fine stout love, it may. But if it is only a vague inclination I’m convinced one poor sonnet will kill it stone dead

So what do you recommend to encourage affection?

Dancing. Even if one’s partner is barely tolerable.

Son caractère fait un certain effet sur Darcy qui l’a désormais dans son viseur bien qu’elle ne veuille apparemment plus entendre parler de lui. Elle s’intéresse plutôt au Lieutenant Wickham (Rupert Friend), l’ennemi juré de Darcy.

La relation entre Jane et Bingley traine en longueur du au manque d’enthousiasme de Jane. Bingley se rétracte. Pendant ce temps, le pédant M. Collins (Tom Hollander) n’attend pas pour faire sa déclaration à Elizabeth avant de se prendre un mur et se rattraper avec Charlotte Lucas (Claudie Blakley) qui n’en demandait pas tant.

Not all of us can afford to be romantic.

Elizabeth et Darcy se rencontrent à nouveau chez Lady Catherine de Bourgh (Judy Dench). Darcy en profite pour expliquer que sa timidité peut être mal perçue.

I do not have the talent of conversing easily with people i have never met before.

Il essaie de se jeter à l’eau un peu maladroitement, ce qui plait à Elizabeth. Ce qui lui plait moins c’est d’apprendre par Wickham que Darcy est un jaloux ou par la bouche du Colonel Fitzwilliam (Cornelius Booth) que Darcy serait à l’origine des fiançailles avortées de sa soeur Jane parce que la famille Bennet n’était pas (assez) convenable. C’est trop. Lorsque ce filou de Darcy se jette finalement à l’eau, sous la pluie, Elizabeth ne rate pas l’occasion de le sécher, à la plus grande surprise du jeune homme.

Are you… are you laughing at me?

No.

Are you rejecting me?

I’m sure that the feelings which, as you’ve told me have hindered your regard, will help you in overcoming it.

Might I ask why, with so little endeavor at civility, I am thus repulsed?

And I might as well enquire why, with so evident a design of insulting me, you chose to tell me that you liked me against your better judgment.

Darcy blessé tient néanmoins à s’expliquer : Wickham est en réalité un coquin qui n’a cherché qu’à abuser de la fortune de son père. Darcy reconnaît effectivement avoir conseillé Bingley de ne pas épouser Jane devant le peu d’enthousiasme de la fille, combiné à l’empressement de la mère (Brenda Blethyn). Il n’a cherché qu’à protéger son ami.

Elizabeth doute. Et si Darcy était bien celui qu’elle cherche?

En séjour chez les Gardiner, Elizabeth est invitée à découvrir Pemberley la résidence de Darcy, parti en voyage. Elle est séduite par la beauté de l’endroit. Darcy de retour plus tôt que prévu est ravi. Il se montre plus abordable et introduit Elizabeth à sa soeur Giorgiana (Tamzin Merchant). Les deux jeunes filles sympathisent.

Elizabeth doit malheureusement écourter son séjour car elle apprend avec tristesse que sa soeur cadette Lydia (Jena Malone) s’est enfuie avec Wickham, sans relation ni argent, déshonorant ainsi la famille. Tout le monde sera rassuré d’apprendre que Wickham et Lydia se sont finalement mariés à Londres. Un mariage financé par… Darcy, qui se révèle être plus généreux qu’attendu.

De retour à Netherfield, Jane se marie enfin avec Bingley. Lady Catherine essaie de convaincre Elizabeth d’oublier Darcy qu’elle souhaite marier à sa fille. Elizabeth refuse et s’accroche. Elle en perd le sommeil et retrouve Darcy, lui aussi insomniaque. Les amoureux se trouvent enfin au beau matin et se jurent un amour éternel devant le soleil levant. Leur union est définitivement entérinée après le consentement de M. Benett.

L’EXPLICATION

Orgueil et Préjugés, c’est la bilatéralité de la bêtise.

D’un côté, des riches remplis d’orgueil. De l’autre des pauvres bourrés de préjugés. Si chacun campe sur ses positions, c’est le status quo. Et personne ne se marie. Chacun doit donc faire amende honorable.

L’orgueilleux Darcy a le visage fermé pendant le bal des pompiers. Elizabeth le bouscule en l’invitant, selon la formule consacrée, à péter un coup afin de retrouver des couleurs.

Are you too proud Mr. Darcy? And would you consider pride a fault or a virtue?

Darcy est lui aussi plein de préjugés envers les campagnards. Il doit accepter qu’il lui est possible de tomber amoureux d’une fille qui n’est pas de son rang et qui est malgré tout sensible.

Quant à Elizabeth, spécialiste du racisme anti-riches, elle se doit mettre ses préjugés de côté en admettant que Darcy est loin d’être le monstre dépeint par les uns et les autres.  Ce serait trop facile. Elle doit aussi admettre son propre caractère orgueilleux, refusant de voir la timidité maladive ou d’entendre l’honnêteté intellectuelle de Darcy. Il mérite le bénéfice du doute.

So this is your opinion of me. Thank you for explaining so fully. Perhaps these offences might have been overlooked had not your pride been hurt by my honesty…

My pride?

…in admitting scruples about our relationship. Could you expect me to rejoice in the inferiority of your circumstances?

Elizabeth peut s’inspirer de l’exemple de Charlotte (ou du contre- exemple de Jane) pour apprendre à se satisfaire du bonheur qu’elle a devant elle, comme le lui rappelle son père.

Still, a girl likes to be crossed in love now and then. It gives her something to think of… and a sort of distinction amongst her companions.

Sa résistance à Darcy est-ce qui lui permet de susciter son intérêt. Le refuser à plusieurs reprises est néanmoins un luxe. Elle prend le risque de le perdre. Si elle le perd, elle perd tout. Elle nourrirait une rancoeur à jamais et deviendrait une vieille fille frustrée.

Believe me. Men are either eaten up with arrogance or stupidity. If they are amiable, they are so easily led they have no minds of their own whatsoever.

Take care, my love. That savors strongly of bitterness.

Il faudrait qu’elle se détende elle aussi en utilisant avec un peu plus de parcimonie ses phrases pompeuses. Un peu de recul lui permettrait de voir qu’elle dit n’importe quoi, et que ses déclarations à l’emporte pièce ne tiennent pas debout.

From the first moment I met you, your arrogance and conceit, your selfish disdain for the feelings of others made me realize that you were the last man in the world I could ever be prevailed upon to marry.

Chacun doit balayer devant sa porte. Car si Elizabeth et Darcy ne se trouvent pas, alors c’est chacun son camp. Plus de brassage social. Et à la fin, ce sont les pauvres qui perdent et meurent de pauvreté, isolés dans leurs villages, étouffés par les impôts. Puis dans un instinct de survie final, ils trouvent quand même les ressources électorales pour faire couper la tête du roi Macron, soit par Mélenchon ou Marion Maréchal Le Pen.

Si Elizabeth et Darcy, tout le monde perd.

 

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s