GORILLAS IN THE MIST

GORILLAS IN THE MIST
Michael Apted, 1988

LE COMMENTAIRE

Dans l’imaginaire collectif des années 80, le gorille était le bouc-émissaire. On l’avait baptisé Murphy, comme la loi du même nom (cf Interstellar), pour signifier que ce qui doit arriver finit toujours par arriver. Et que ce n’est évidemment pas notre faute. C’est la faute au gorille. Il a fallu tous les efforts d’une femme pour changer ce paradigme. Dans les années 2000, la figure du bouc-émissaire a pris les traits d’un poisson du nom de Maurice.

LE PITCH

Dian Fossey (Sigourney Weaver) tombe amoureuse des gorilles.

LE RÉSUMÉ

Dian Fossey rêve de travailler avec l’anthropologue Louis Leakey (Iain Cuthbertson) à l’étude des primates. Lors d’une conférence à Louisville en 1966, elle parvient à le convaincre de l’embaucher pour une mission d’étude sur les gorilles des montagnes en Afrique. Elle part au Congo.

Sur place, elle découvre un pays en guerre civile. Leakey l’abandonne. Elle se retrouve seule avec Sembagare (John Omirah Miluwi) qui va devenir son guide de fortune. Tous les deux s’enfoncent dans la montagne à la recherche des gorilles avant d’être capturés par les autorités et expulsés du pays.

Dian songe à démissionner puis se ravise. Elle retourne dans la montagne rwandaise et trouve enfin une tribu de gorilles qui va l’accepter quasiment comme un membre à part entière. Elle va se retrouver face à un autre problème : le braconnage. Il ne s’agit alors plus d’un sujet d’étude mais d’un combat pour la protection d’une espèce en danger.

Les travaux de Dian impressionnent Leakey et commencent à attirer l’attention du monde entier. Le National Geographic dépêche le photographe Bob Campbell (Bryan Brown) pour documenter son action. Elle devient la star.

Why am I in this movie so much?

You’re the story. You’re what people are interested in. The gorilla girl.

Dian et Bob tombent amoureux au point que Bob demande le divorce pour vivre aux côtés de Fossey. Vivre dans la montagne toute l’année n’est cependant pas possible pour lui. On l’appelle en mission à Borneo. Dian ne le suivra pas. Elle ne s’imagine pas quitter ‘ses’ gorilles.

Des gorilles toujours plus menacés car vendus par le gouvernement. Le Ministre Mukara (Waigwa Wachira) fait des affaires avec Claude Van Vecten (Constantin Alexandrov) pour envoyer des bébés gorilles en Europe. Leur capture oblige les braconniers à décimer toute la tribu. Les têtes et les mains sont ensuite vendus comme des trophées sur le marché noir. Ce carnage est insupportable pour Dian qui va s’y opposer violemment, devenant un ennemi redoutable pour les locaux.

They think you are a witch.

Bien qu’elle soit désormais entourée de trois gardes forestiers, payés par le gouvernement, Dian doit se battre en permanence contre les ravisseurs pour protéger son domaine.

Get off my mountain!

Si son état de santé se détériore, elle semble néanmoins increvable. Jusqu’à ce qu’elle se fasse assassiner en pleine nuit, en 1985. Elle est enterrée à côté de son gorille préféré, Digit.

Son action aura probablement sauvé les gorilles de l’extinction qui leur pendait au nez.

p03cnlp8

L’EXPLICATION

Gorilles dans la Brume, c’est un combat nécessaire contre le capitalisme à outrance.

À l’origine, Dian Fossey est une idéaliste. Quelque chose l’attire vers les primates. Cette rêveuse n’a cependant aucune idée de ce qui l’attend là-bas. Une fois en Afrique, elle va se prendre un mur (cf Marathon Man). Elle est d’abord subjuguée par la beauté de ces animaux qui l’acceptent comme l’une des leurs. Elle va découvrir ensuite un monde en guerre, souffrant de la pauvreté et de la corruption. Elle ouvre les yeux. Le paradis cache une réalité complexe dont les gorilles sont finalement des victimes collatérales.

Lorsque les autorités chassent Dian du Congo, Dian a le choix de retourner à son petit confort. Elle veut néanmoins se dire que son action sert à quelque chose. Alors elle s’accroche pour dédier sa vie à quelque chose qui fait du sens.

Nous avons tous, dans des proportions différentes, l’impression que ce que nous faisons ne sert à rien. Cette frustration est désagréable quand on vent des yaourts (cf 99 Francs). Elle est encore pire quand on est Ministre de l’Environnement ou quand on essaie de sauver les gorilles. Il est difficile d’accepter que ce que notre action ne change le monde qu’à la marge (cf Biutiful). Il existe néanmoins des causes qui méritent notre frustration, comme la préservation d’une espèce menacée.

En l’occurrence, Dian Fossey fait plus que se battre pour la survie des gorilles, elle se bat carrément contre tout un système. Car le problème est d’ordre économique.

They are not going to turn this mountain… into a goddamn zoo!

Dian est un peu à l’image de Billy Beane (cf Moneyball) qui veut changer les choses, à la différence près qu’on ne décapite pas les joueurs de base-ball et Billy Beane joue sa carrière – pas sa vie.

Dian fait face à des terroristes et va utiliser des méthodes terroristes à son tour en jouant les sorcières et en brûlant les cases de ses ennemis. Poussée à bout, elle finit par aller trop loin elle-même.

Cette militante radicalisée ne peut pas s’affranchir de devoir faire un peu de diplomatie. D’autant qu’elle n’est pas chez elle. Mukara a très bien résumé le problème qui est également de nature politique.

Your problem is decreasing gorillas. My problem is increasing people. We’re on opposite side of the same problem. That kind of money provides people with food. Clothings. Shoes. Medicine. Necessities.

Tous les deux doivent donc s’entendre pour essayer de résoudre un problème insoluble. L’hypocrisie de Mukara n’aide pas les négociations. Certes le Ministre doit gérer un problème démographique grandissant, mais ce n’est certainement pas la vente de bébés gorilles qui va tout solutionner au Rwanda. Affirmer que la vente d’un gorille permet de payer pour de la nourriture, des vêtements et des médicaments c’est un peu se moquer du monde. Car en vérité cet argent finit souvent dans la poche de dirigeants corrompus. Le peuple n’en voit pas la couleur. Mukara tient un peu le même discours que ces multinationales qui promettent d’utiliser les primes à l’embauche mais qui ne jouent pas le jeu. Ces mêmes multinationales sont souvent domiciliées dans des paradis fiscaux afin de ne pas payer d’impôts. Ça en dit long sur leur éthique.

Attention, toutes les entreprises ne sont pas malsaines. On connaît néanmoins la nature profonde du capitaliste (cf Inside Job). On sait de quoi il est capable. Méfiance…

Dian ne chante pas pour ceux qui sont loin de chez eux. Elle pense à ceux qui ne comptent pas : les animaux. Elle se confronte à un système qui se soucie davantage des profits qu’elle peut encaisser que de la survie d’une espèce en danger. Et ce système fait vivre beaucoup de gens influents.

Dans ce combat inégal, Dian va littéralement donner sa vie. Elle se sacrifie pour ses idées. Son investissement n’aura pas été vain puisqu’elle aura sauvé la vie des gorilles. Et aura peut-être inspiré les générations suivantes.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.