LES NOCES REBELLES

LES NOCES REBELLES

Sam Mendes, 2008

LE COMMENTAIRE

L’échange de consentement revient à mettre la clé dans le contact. Le couple s’installe confortablement pour le meilleur, et pour le pire. Certains couples sont en dérapage contrôlé. D’autres calent au moindre petit problème. Dans ce cas, on peut espérer que la team garde son sang froid.

LE PITCH

Un couple se perd sur les routes sinueuses du mariage.

LE RÉSUMÉ

Frank (Leonardo DiCaprio) rencontre April (Kate Winslet) lors d’une soirée. Tous les deux ne se quittent pas du regard.

Frank Wheeler, I think you’re the most interesting person I’ve ever met.

Les rêves d’actrice d’April se dissipent après sa première représentation qui génère une violente dispute qui n’annonce rien de bon pour la suite.

You’re not gonna get away with twisting everything that I say!

Frank sécurise un job de commercial chez Knox, où son père a fait carrière (cf Monsieur Schmidt). Les Wheelers partent s’installer à Revolutionary Road dans le Connecticut. Ils deviennent vite le couple chouchou de Helen Givings (Kathy Bates), l’agent immobilière.

The nice young Wheelers on Revolutionary Road. The nice young revolutionaries on Wheeler Road.

Et pourtant, ça ne va pas fort. Frank s’ennuie. Le jour de son 30e anniversaire, il passe son après-midi à l’hôtel avec une collègue. Pas très fier de rentrer chez lui le soir où l’attendent sa femme et ses enfants.

April prend les devants et propose une idée folle : partir vivre à Paris. Frank y était stationné lorsqu’il était GI et il avait adoré. Pour repartir sur de nouvelles bases. D’abord sceptique, Frank se laisse tenter. La vie parait soudainement belle à nouveau.

Et puis Frank obtient une promotion inattendue.

Frank, let me tell you something my father told me. A man gets only a couple of chances in life. If he doesn’t grab’em by the balls, it won’t take long for he’s sitting around wondering why he got to be second rate.

Et puis April tombe enceinte.

Alors Frank étouffe l’histoire et finit par avoir April à l’usure. Seuls les collègues de Frank se réjouissent. Et peut-être aussi Shep Campbell (David Harbour) qui est secrètement amoureux d’April. Il aura l’occasion de réaliser son rêve en ayant une brève aventure avec sa voisine dans sa voiture.

Ce départ en France avorté est un nouveau constat d’échec, pour tous les deux. Les querelles se multiplient à nouveau, à chaque fois plus amères. Un diner avec John Givings (Michael Shannon) souffrant de troubles mentaux finit de mettre le feu au poudre. Les Wheeler atteignent le point de non retour. Le divorce n’étant pas encore une option, April propose un armistice.

Would it be all right if we didn’t talk about anything? I mean can’t we just take each day as it comes and the best we can.

Le lendemain elle prépare le petit déjeuner, comme si de rien n’était. Frank préfère de loin cette comédie à un nouveau conflit. Après son départ, April est victime d’une dépression nerveuse. Elle monte à l’étage et provoque une fausse couche qui lui sera fatale.

Frank déménage avec les enfants. Shep veut oublier.

I don’t want to talk about the Wheelers anymore.

 

Revolutionary Road

 

L’EXPLICATION

Les Noces Rebelles, c’est dur de ne pas finir par se détester.

On aime à se convaincre que les technologies ont foutu en l’air nos belles relations humaines. Par la faute de whatsapp on ne se parle plus. À cause des applications de dating, nous ne nous désirons plus (cf Newness). Notre recherche permanente de la relation parfaite (cf Her) finit par engendrer des générations de frustrés complètement impatients ou intolérants. Rester 6 mois ensemble relève de la performance (cf Paris est à nous). Incapables de surmonter la moindre difficulté et pouvant divorcer en un claquement de doigt (cf Marriage story), le couple traditionnel du XXe siècle est bien mort et enterré.

On le déplore.

Certes, tout n’était pas rose dans les années 50. Mais au moins les hommes et les femmes savaient dépasser leurs ego pour faire durer leurs couples (cf La Zizanie), jusqu’à en perdre la tête (cf Amour). En tout cas, aux repas de famille, ils affichaient souvent une belle complicité. Pleine de tendresse. On voulait tous y croire.

En fait, on fermait les yeux sur le calvaire que vivaient la majorité des couples (cf Kramer contre Kramer), littéralement englués dans les conventions sociales.

The only reason we moved out here was because I got pregnant. Then we had another child to prove the first one wasn’t a mistake. I mean how long does it go on?

Conventions sociales entretenues par les uns et les autres, comme s’ils cherchaient à se rassurer pour éviter que tout leur système de croyances ne s’écroule.

You’re the Wheelers. You’re a terrific couple. Everybody says so.

Lorsque les premières difficultés pointent le bout de leur nez, il est pourtant bien naturel de vouloir jeter son tablier. Le ton monte vite. Frank trompe quasi-immédiatement sa femme. Mais tous les deux ont le mérite de reconnaître que ça ne va pas. D’autres ne le font même pas (cf Le Jeu).

The hopeless emptiness? Now, you’ve said it. Plenty of people are on to the emptiness; but, it takes real guts to see the hopelessness. Wow.

Les Wheelers tentent de trouver une porte de sortie parisienne. Drôle d’idée. Ça ne fonctionne pas. Arrive le K.O. Ce moment où l’on découvre la vie telle qu’elle est, sans filtre. Il ne s’agit pas d’une fiction (cf Hollywoodland).

We were never special or destined to or anything at all.

Lorsque ce moment frappe, il fait mal. Si Frank est résigné à marcher sur les traces de son père, April est une éternelle rêveuse qui a encore envie de croire à des lendemains qui chantent. Il s’accommode de la fameuse boule au bide alors qu’elle ne peut pas se faire à cette idée.

I saw a whole other future. I can’t stop seeing it. 

Il ne reste plus qu’un peu d’honnêteté au couple. April fait une ultime tentative.

We used to live by it. No one forgets the truth Frank. They just get better at lying.

Frank referme aussitôt le dossier. Alors elle tente de jouer un rôle qu’elle ne peut pas tenir.

Revolutionary_Road-368932190-large

La seule alternative à cet enfer est le suicide. Trop radical pour beaucoup qui choisissent la prison à perpétuité.

Une chose est certaine, c’est pareil pour tout le monde. Les Wheelers, les Campbell, les Givings (cf Carnage). Rester debout, mais à quel prix?

On n’a pas que de l’amour à revendre, ça non. Y’a de la haine.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

3 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.