BRAVEHEART

BRAVEHEART

Mel Gibson, 1995

LE COMMENTAIRE

Quoi de plus beau qu’un homme qui fixe l’horizon (cf At Eternity’s Gate)? Sa pioche bien dressée. Déterminé avant de partir au combat. Sur le champ de bataille, il va faire couler le sang, mais avec élégance. Son maquillage est impeccable, ses yeux bleus comme le ciel.

LE PITCH

Un homme ravive l’esprit de liberté de tout un peuple.

LE RÉSUMÉ

Après la mort d’Alexandre III, l’opportuniste Edouard Ier (Patrick McGoohan) en profite pour envahir l’Ecosse. Face à l’esprit rebel des locaux, le roi d’Angleterre impose le Prima Nocte dans l’espoir d’éradiquer la race.

The trouble with Scotland is that it’s full of Scots.

Après la mort de son père et de son frère au combat, le jeune William Wallace (Mel Gibson) était parti faire un tour d’Europe (cf l’Auberge Espagnole). Le voilà de retour au pays, épris de Murron MacClannough (Catherine McCormack) avec laquelle il se marie en toute intimité. Cela n’empêchera pas des soldats Anglais de vouloir la violer malgré tout. Pour la punir de son refus, elle est égorgée sur la place publique. Il n’en fallait pas plus à Wallace pour détester les Anglais. Il mène la révolte.

Now is our chance. Now. If we join, we can win. If we win, well then we’ll have what none of us has ever had before: a country of our own.

Le Prince Edouard (Peter Hanly) qui doit prendre la relève après son père n’est pas de taille.

One day you will be a king. At least try to act like one.

Son mariage avec Isabelle (Sophie Marceau) ne trompe personne. Wallace remporte la bataille de Stirling et ravage la ville de York. Premier avertissement sans frais.

Les Ecossais mènent la vie dure aux envahisseurs. Edouard Ier tente le tout pour le tout. Il envoie Isabelle négocier en personne, comptant sur les charmes de la Française. Effectivement, Wallace en tombe amoureux. Il est averti de l’intention belliqueuse des Anglais. Wallace sollicite l’aide des nobles Ecossais qui se font désirer. Ils veulent bien aller au carton, à condition d’y gagner au change. Robert le Bruce (Angus Macfadyen) pourrait bien profiter de tout ce bazar pour accéder au trône…

Wallace est d’abord trahi une première fois par Robert le Bruce qui se bat pour l’autre camp, puis Wallace est finalement capturé par les Anglais, victime d’un complot du père de Robert le Bruce (Ian Bannen). Jugé puis condamné à Londres, Wallace va être torturé devant le peuple, sans jamais demander pitié. Son dernier mot sera le suivant :

Freedom!

Sa décapitation ne soulagera pas Edouard 1er sur son lit de mort, pas plus que l’annonce de la grossesse d’Isabelle, enceinte de Wallace.

Death comes to us all. But before it comes to you, know this: your blood dies with you. A child who is not of your line grows in my belly. Your son will not sit long on the throne.

Les Anglais ne sont pas débarrassés de leurs voisins. Au contraire, la mort de Wallace n’a fait que décupler les forces des Ecossais désormais emmenés par leur nouveau Roi Robert le Bruce, qui ne se trompe plus de côté cette fois.

I don’t want to lose heart! I want to believe as he does… I will never be on the wrong side again.

Ses guerriers font honneur à William en n’abandonnant pas la bataille de la liberté.

Braveheart

L’EXPLICATION

Braveheart, c’est l’importance de la politique.

Le jeune William a été confronté très tôt à la mort. De la disparition de son père, William tire deux leçons :

1) Pas besoin d’avoir peur de la mort : tout le monde y aura droit, sans exception.

We all end up dead, it’s just a question of how and why.

2) D’autant moins besoin d’avoir peur de la mort que l’on vit comme on l’entend.

I’ve lived long enough to live free. Proud to see you become the man you are. I’m a happy man.

Wallace devient donc un farouche défenseur des libertés. Quand le Roi d’Angleterre accorde des terres écossaises aux Lords Anglais et qu’il décrète le droit de cuissage, cela va contre ses valeurs. Lorsque les soldats assassinent sa femme, cela va également contre ses valeurs.

De nouveau confronté à la mort, Wallace complète sa mue. Après le décès de Murron, plus de projets familiaux. Wallace va dépasser sa condition de fou d’amour pour devenir un soldat de la liberté. Se battre au nom de cette valeur est désormais tout ce qui compte. Rien d’autre. Sa conviction est si profonde que les autres autour de lui ont parfois du mal à le comprendre.

Your dream isn’t about freedom. It’s about Murron! You’re doing this to be a hero, ’cause ya think she sees ye!

I don’t think she sees me. I *know* she does. And your father sees you, too.

Sa passion pour la liberté lui donne un courage phénoménal, capable de renverser des montagnes, de séduire la Reine d’Angleterre ou de mener des troupes entières sur le champ de bataille.

Capture d’écran 2020-04-19 à 15.36.52

Une qualité qui manque cruellement à Robert le Bruce.

Men fight for me because if they do not, I throw them off my land and I starve their wives and children. Those men who bled the ground red at Falkirk fought for William Wallace. He fights for something that I never had.

William donne une première leçon à Robert sur son rôle.

There’s a difference between us. You think the people of this country exist to provide you with position. I think your position exists to provide those people with freedom. 

Puis William aide Robert à s’interroger sur ce qui pousse les gens à se lever le matin, ou à se battre pour leur patron (cf L’armée des ombres).

Now tell me, what does that mean to be noble? Your title gives you claim to the throne of our country, but men don’t follow titles, they follow courage. Now our people know you. Noble, and common, they respect you. And if you would just lead them to freedom, they’d follow you. And so would I.

Robert est conseillé par son père qui lui recommande de penser avec sa tête plutôt qu’avec son coeur.

Son, we must have alliance with England to prevail here.

Le père de Robert le Bruce peut paraitre moins héroïque. Néanmoins, il n’a pas complètement tort. On ne peut espérer gouverner un peuple qu’avec son coeur. Il est nécessaire d’y ajouter un certain sens du politique.

All men betray (cf Valkyrie). All lose heart.

Wallace écoute son coeur et gagne quelques batailles. Par manque de sens politique, il finit pendu, écartelé, décapité puis démembré sur la place publique. Pas une fin terrible quand même. Heureusement qu’il n’avait pas peur de la mort!

La politique s’apprend. William n’aura pas eu ce temps. Robert le Bruce sait mieux naviguer. Espérons pour les Ecossais que son coeur soit pur. Avoir du coeur ne s’apprend pas, mais il n’est jamais trop tard pour le découvrir.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.