THE BIG LEBOWSKI

THE BIG LEBOWSKI
Joel Coen, 1998

LE COMMENTAIRE

En 1998 la France gagnait la Coupe du Monde de foot et le Tournoi des 5 nations de Rugby. En 1998, un grand chanteur français d’origine capverdienne chantait pourtant qu’on n’avait pas tout ce qu’on voulait dans la vie. Y’a des soirs où on gagne. Et y’a d’autres soirs où on a l’impression qu’une boule de bowling s’est écrasée sur notre carrelage et qu’on a la tête dans la cuvette des chiottes. Y’a des soirs où on n’a tout simplement plus de PQ.

LE PITCH

Jeffrey Lebowski (Jeff Bridges) est victime d’un quiproquo et se fait agresser par erreur.

L’HISTOIRE

Jeffrey Lebowski est le Dude. Il vit à la cool sans faire chier personne jusqu’à ce qu’il se fasse menacer par deux malfrats qui lui réclament l’argent que sa femme Bunny (Tara Reid) doit à Jackie Treehorn (Ben Gazzara).

Le problème c’est que le Dude n’est pas le bon Lebowski. Les deux braqueurs repartent la queue basse. L’un d’entre eux utilisera la sienne pour pisser sur le tapis. Profondément blessé par cet acte de vandalisme totalement gratuit, le Dude va en parler le lendemain à ses copains du bowling Walter (John Goodman) et Donny (Steve Buscemi). Walter, ancien Marine, lui conseille de ne pas se laisser faire et de réclamer une compensation à l’autre Lebowski, le millionnaire dont la femme doit du pognon à Jackie Treehorn.

Le Dude rencontre dans la foulée Jeffrey Lebowski (David Huddleston) qui décline vigoureusement la demande, arguant qu’il ne voit pas pourquoi il devrait rembourser qui que ce soit.

I just want to understand this, sir. Every time a rug is micturated upon in this fair city, I have to compensate the owner?

Le Dude repart néanmoins de chez Lebowski en subtilisant un tapis.

Quelques jours plus tard, Brandt (Philip Seymour Hoffman), l’assistant de Lebowski recontacte le Dude. Bunny a été kidnappée et Lebowski souhaiterait que le Dude négocie avec les ravisseurs, moyennant 20.000$. Brandt lui confie une valise avec 1 million de dollars.

Walter a l’idée lumineuse d’échanger l’argent de la rançon avec un sac de linge sale afin de garder le pactole. Manque de pot, la voiture du Dude se fera voler sur le parking du bowling plus tard dans la soirée, avec l’argent de la rançon à l’intérieur. Le Dude retrouvera sa voiture sans la valise pleine de fric.

Informé par les kidnappeurs qui n’ont pas reçu l’argent, Lebowski transfère sa créance. Le Dude se retrouve donc avec les sbires de Jackie Treehorn ainsi que les kidnappeurs de Bunny à ses trousses.

Maud Lebowski (Julianne Moore), la fille de Jeffrey Lebowski, engage deux hommes de main pour récupérer le tapis que le Dude a volé à son père et auquel elle tient beaucoup. Elle en profite pour séduire le Dude. En froid avec son paternel, elle lui révélera que cette histoire de kidnapping est montée de toute pièce: Bunny n’a pas été kidnappée. Elle travaille en fait pour Jackie Treehorn et tous les deux essaient d’extorquer de l’argent à Lebowski. Le Dude comprend alors la supercherie. Lebowski déteste sa femme. Il a profité de cette histoire de kidnapping pour détourner des fonds de sa propre fondation. Il n’y a en fait jamais eu d’argent dans la valise!

Le Dude pense l’affaire classée et veut se concentrer sur son tournoi de bowling qu’il compte bien remporter avec Walter et Donny. Son équipe se fait attaquer par les pseudo kidnappeurs et perd Donny victime d’une crise cardiaque. Walter et le Dude répandront ses cendres dans l’océan, selon ce que Walter pense être les dernières volontés de Donny. Les deux hommes s’embrouillent une fois de plus avant de se réconcilier à nouveau et reprendre le chemin du bowling.

L’EXPLICATION

The Big Lebowski c’est une philosophie.

Parfois, on ne demande rien à personne et un oiseau nous chie sur l’épaule.

Sometimes you eat the bear and sometimes, well, he eats you.

La réalité c’est qu’on vit dans un monde rempli d’oiseaux qui n’attendent que de nous chier dessus. Tout le monde cherche à profiter presque sournoisement les uns des autres. Des époux Lebowski à Maud qui se sert du Dude pour tomber enceinte, en passant par Jesus Quintana (John Turturro) qui se sert du bowling pour assouvir ses pulsions sodomites.

The Big Lebowski soulève un questionnement sur le fait de tendre (ou pas) l’autre joue. Le Dude est d’abord victime d’un malentendu. Il va rapidement devenir le parfait pigeon. Il pourrait rester à la cool et emmener son tapis au pressing. Il se fout de tout de toute façon. Après tout ça n’est qu’un tapis. En même temps… un tapis ça n’est peut-être qu’un détail. Les détails comptent néanmoins!

That rug really tied the room together.

Et puis surtout ce ne sont pas des choses qui se font de pisser sur un tapis. Comme le martèle George Bush pour justifier l’intervention américaine au Koweit :

This aggression will not stand!

Walter ne cesse de rappeler le Dude à son sens de la justice.

We’re talking about unchecked aggression here.

Walter représente l’ordre. Il est celui pour qui on doit mettre des limites. Il est le seul qui se soucie des règles. Même quand il s’agit d’un match de bowling, on ne franchit pas la ligne avec Walter. Il ne se laisse pas faire.

This is what happens when you fuck a stranger in the ass!

S’ils sont amis, il y a cependant une vraie tension entre le Dude hippie sur le retour et Walter l’ancien soldat réactionnaire. Le Dude essaie tant bien que mal de rester cool. Dans ce monde sa position devient vite intenable. En même temps, comment lui reprocher de paniquer face à des nihilistes qui menacent de lui couper la bite? La compassion c’est bien gentil, mais ça ne suffit plus!

I don’t need your fucking sympathy man, I need my fucking Johnson!

The Big Lebowski propose une triangulaire entre le Judaïsme résolument pacifique et paresseux du Dude, le Judaïsme à la papa de Jeffrey Lebowski qui s’est fait tout seul et ne jure que par le travail et enfin le Judaïsme pro Sioniste (« What’s mine is mine! ») de Walter (un converti) qui ne peut plus tolérer les agressions répétées. Le monde serait sûrement plus détendu avec le Dude à sa tête. Il a cependant besoin de l’influence de Walter pour ne plus se laisser marcher sur les pieds. Le Dude doit veiller au grain car Walter est envahissant, explosif et donc dangereux. La bonne nouvelle vient de la réconciliation de ces deux lascars qui s’équilibrent parfaitement. Et tout peut se finir par une partie de bowling.

Parce qu’on se complique la vie alors que tout devrait être aussi simple qu’un strike. Au final le mec le plus cool (et le plus drôle) reste encore le chauffeur de taxi.

So he says ‘My wife’s a pain in the ass. She’s always busting my friggin’ agates, my daughter’s married to a jadrool loser bastard, and I got a rash so bad on my ass, I can’t even sit down. But you know me. I can’t complain.’

Ce qui nous renvoie à Joe le taxi et son rhum au mambo embouteillage.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s