28 DAYS LATER

28 DAYS
Danny Boyle, 2002

LE COMMENTAIRE

On s’inquiète de la surpopulation mondiale et ses conséquences sur l’environnement, on peste contre les embouteillages sur l’Autoroute du Soleil, on s’agace des files d’attentes à Carrefour Market, on s’offusque contre les attentats terroristes dans les salles de concert bondées… c’est un luxe. En réalité, personne n’aurait envie de se retrouver dans un monde post-apocalyptique (ie post-apo) avec plus personne contre qui râler. Nous avons besoin des autres, pour liker nos photos sur instagram, pour se sentir moins seul(e)s ou simplement pour nettoyer les trottoirs.

LE PITCH

Jim (Cillian Murphy) sort du coma et replonge dans un cauchemar.

LE RÉSUMÉ

Des activistes débarquent dans un laboratoire de Cambridge pour libérer des singes porteurs de la rage, hautement contagieux. Le scientifique tente de les en dissuader. L’opération sauvetage tourne au massacre.

28 jours plus tard, Londres a été décimée. Jim se réveille après un accident de la route dans un hôpital désert. Il a du mal à comprendre ce qui s’est passé. Il marche dans les rues de Londres avant de se faire attaquer par un prêtre zombie. Selena (Naomie Harris) et Mark (Noah Huntley) lui viennent en aide. Ils lui expliquent la situation. Le virus s’est propagé dans le monde entier, faisant (apparemment) des ravages jusqu’à Paris et New York.

Jim retrouve ses parents suicidés sur leur lit avec un message pour leur fils.

‘With endless love, we left you sleeping. Now we’re sleeping with you. Don’t wake up. X’

Jim, Mark et Selena essaient d’éviter les ennuis. Les zombies courent les rues et Mark finit par se faire infecter.

Selena et Jim aperçoivent des signaux lumineux dans la Balfron Tower. Il s’agit de Frank (Brendan Gleeson) et sa fille Hannah (Megan Burns). Tous les quatre partent alors en direction de Manchester où se trouve un camp de réfugiés qui émet des messages radios, clamant avoir la solution.

Salvation is here.

Frank se fera malheureusement contaminer en route. Rapatriés dans un manoir, Jim, Selena et Hannah font la rencontre du Major Henry West (Christopher Eccleston) qui leur explique que sa solution à l’infection, c’est tout simplement de se cacher le temps que les zombies meurent de faim. En attendant, il suggère de transformer les femmes en esclaves sexuelles pour repeupler le pays. Selena et Hannah ne l’entendent pas de cette oreille.

La bande tente de s’enfuir et se retrouve immédiatement faite prisonnière. Jim est enchainé au sergent dissident Farrell (Stuart McQuarrie) qui lui révèle que le virus ne s’est en fait pas propagé au delà de la Grande-Bretagne comme la rumeur le prétend (cf fake news). L’île a été mise en quarantaine.

Jim est sur le point d’être exécuté. Il profite d’une dispute entre deux militaires pour s’échapper. Il libère un soldat infecté fait prisonnier pour créer la confusion, parvenant à libérer Selena et Hannah tout en évitant le carnage.

28 jours plus tard, tous les trois ont trouvé refuge dans une maison. Selena tricote une banderole avec un message de détresse destiné aux pilotes qui survolent le pays. Les infectés sont en train de mourir de faim. Un hélicoptère est dépêché pour sauver Jim, Selena et Hannah.

MCDTWEI FE005

L’EXPLICATION

28 Days Later, c’est la possibilité d’une île (et qu’elle disparaisse).

Tout comme dans World War Z, nous sommes notre propre ennemi. Il ne s’agit pas d’une attaque extra-terrestre. L’attaque est endogène: nous nous retournons contre nous-mêmes en appliquant de manière un peu extrême le précepte christique de l’amour mutuel. On s’aime tellement qu’on se mord et s’infecte les uns les autres. C’est comme ça que le virus se répand et décime la Grande-Bretagne toute entière.

La tragédie c’est que le monde ne s’arrête pas de tourner pour autant. La Grande-Bretagne essaie de se convaincre que son mal a atteint la France et les États-Unis (l’Allemagne on s’en fout) alors qu’elle est en train de couler, toute seule.

How could infection cross the oceans? How could it cross the mountains and the rivers? They already stopped it! Right now, TV’s are playing, and planes are flying in the sky, and the rest of the world is continuing as fuckin’ normal. Think! Actually think about it. What would you do with a diseased little island? They quarantined us. ‘There is no infection. Just people killing people.’ 

Difficile de ne pas faire un rapprochement avec le Brexit. La Grande-Bretagne s’isole. Ce n’est pas le fait de s’isoler qui répand la rage. C’est la rage qui fait qu’on s’isole petit à petit. On détruit les règles de la vie sociale. Le gouvernement devient un concept obsolète.

What about the government?

There’s no government.

28 Days Later c’est la menace de l’isolement qui guette tous les pays. Il n’y a qu’à voir ce qui se passe aux États-Unis. C’est revenir à un état primitif ou plus grand chose ne fait de sens, si ce n’est sauver sa peau et vivre au jour le jour (cf « le temps c’est de l’amour »). C’est back to basics.

If you look at the whole life of the planet, we, you know, man has only been around for a few blinks of an eye. So, if the infection wipes us all out… that is a return to normality.

La Grande-Bretagne se transforme en un pays où les survivants s’accrochent pour ne pas disparaître et dans lequel les militaires font la loi, la leur, avec un manque d’éthique et des comportements rudimentaires, notamment envers les femmes.

Eight days ago I found Jones with his gun in his mouth. He said he was going to kill himself, because there was no future. What could I say to him? We fight off the infected or we wait until they starve to death, and then what? What do nine men do, except wait to die themselves? I moved us from the blockade. I set the radio broadcasting, and I promised them women… because women mean a future.

La Grande-Bretagne retourne en arrière. Elle se prive ainsi de plans pour l’avenir. Elle n’a plus de projet.

Have you got any plans, Jim? Do you want us to find a cure and save the world or just fall in love and fuck? Plans are pointless. Staying alive is as good as it gets.

Dans le monde d’aujourd’hui on veut croire que cette Grande-Bretagne puisse tenir toute seule, en autarcie, sans l’Europe. La vérité c’est qu’elle a les moyens de le faire, plus que la Bretagne (tout court) en tout cas. Elle s’affaiblit cruellement. Sortir de l’Europe n’est donc pas une catastrophe en soi. Ce qui est plus important c’est la raison de cette sortie.

In order to cure, you must understand.

S’il s’agit de sortir de l’Europe car on est en désaccord avec ses principes libéraux et qu’on veut une Europe plus sociale alors après tout pourquoi pas? S’il s’agit de sortir de l’Europe sans réfléchir parce que l’Europe c’est caca, qu’on confond les scientifiques avec des laborantins de chez L’Oréal, qu’on veut libérer les singes qu’on croit torturés sans réaliser qu’ils sont des sujets d’études et qu’ils représentent un risque… alors là effectivement le danger nous guette bel et bien! Le danger c’est qu’on se méfie les uns des autres et qu’on ne pense plus qu’à se bouffer le nez, jusqu’à finir par mourir de faim.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.