MOMMY

MOMMY
Xavier Dolan, 2014

LE COMMENTAIRE

Les rapports père-fils sont épuisants (cf L’Associé du Diable). Les rapports mère-filles sont compliqués (cf Lady Bird). Les rapports père-filles sont pervers (cf Mon Père ce Héros). Les rapports mère-fils sont fusionnels et donc déchirants à cause de la même histoire de cordon à couper (cf les Beaux Gosses). Le fils est toujours partagé entre embrasser sa mère ou la faire taire.

LE PITCH

Diane Després (Anne Dorval) retrouve son fils adoré (Antoine Olivier Pilon).

L’HISTOIRE

Steve souffre de troubles psychiatriques. Il est violent. Il a mis le feu au centre dans lequel il avait été placé à la mort de son père, blessant grièvement l’un de ses camarades. Il est logiquement expulsé du centre. Sa mère Diane doit s’occuper de lui. Ils emménagent tous les deux dans la banlieue de Montréal.

Un nouveau chapitre commence comme on dit.

Ces deux là s’aiment de manière aussi passionnelle qu’ils se disputent. Diane est obligée d’assommer son fils pour éviter qu’il ne l’étrangle. Puis elle se cache dans la remise en attendant que l’orage passe.

C’est leur voisine Kyla (Suzanne Clément) qui panse leurs plaies. Kyla a également emménagé récemment. Enseignante dans le secondaire, elle s’est retrouvée en congé sabbatique et souffre d’un bégaiement assez prononcé suite à un drame dont elle garde le secret.

Ce trio va apprendre à se connaître, s’apprécier et même vivre ensemble. Kyla bégaie de moins en moins. C’est le fun.

Liberté!

Le bonheur durera jusqu’à ce que la famille du petit Kevin-Julien brûlé au 3e degré ne réclame $300.000 de dommages à Diane pour le préjudice subi. Tout s’écroule à nouveau.

Diane profite de l’intérêt que lui porte un avocat pour trouver une solution à cette affaire… avant que Steve ne se dispute avec lui. Conscient du poids qu’il représente pour sa mère, il commet une tentative de suicide dans une supermarché malgré la surveillance de Kyla.

Diane rêverait que son fils puisse s’épanouir. Elle se résigne finalement à confier Steve à une institution comme la nouvelle loi S-14 lui permet de le faire. L’internement se fait dans la douleur.

Maman j’irai pas! Fais moi pas ça!!

Kyla part pour Toronto. Diane se retrouve orpheline de Steve qui, bien que sous tranquillisants, ne va pas rater l’occasion qui lui est donnée d’être libéré de sa camisole de force pour tenter de s’échapper.

L’EXPLICATION

Mommy c’est Allô Maman Bobo.

Quand la maman met un garçon au monde, ça n’est que souffrance (cf Mother!). Si son petit n’est pas avec elle, il ne fait que des conneries. Il ne peut faire que des conneries. Elle est dans l’inquiétude permanente. Ils doivent se retrouver car il ne peut pas en être autrement.

On va faire équipe, nous deux.

Nous deux en l’absence du mari et du père, c’est à la vie, à la mort. Ils partagent tout. Elle s’est octroyée le droit de violer l’intimité de son fils quand ça lui chante. En conséquence, il la pelote et l’embrasse sur la bouche. Il est devenu son disciple en faisant d’elle sa priorité. Il lui chante même du Andrea Bocelli! En échange, elle lui a juré une fidélité absolue. Elle ne se permet pas d’avoir une aventure avec l’avocat, elle est déjà prise.

Toi t’es loin d’être un tas de merde. T’es mon prince.

C’est trop. Diane et Steve s’empêchent de vivre et finissent par se faire du mal. Leur rapport n’est pas sain.

Quand ça fait mal ça fait du bien.

Diane et Steve ne peuvent pas former un couple. Steve a besoin de s’émanciper. Diane l’étouffe.

Traite moi comme un adulte!

De son côté, Diane ne peut pas vivre non plus avec son fils. Cela lui coûte, à tous les niveaux.

J’ai plus de vie à cause de toi. J’peux tu avoir un break de tabarnak dans ma vie?

 

C’est Kyla qui va leur apporter un équilibre. Elle est la femme d’en face, discrète. Elle ne parle pas. Elle a suffisamment de douceur pour s’occuper de la blessure de Steve sans constituer une menace pour Diane. Elle a par ailleurs suffisamment de caractère pour remettre Steve à sa place une bonne fois pour toute. Elle a posé les limites. Elle forme le trait d’union parfait entre Steve et Diane. Elle canalise le fils et redonne un peu de liberté à la mère. Kyla est celle grâce à qui on se met à voir la vie en mode plein écran et non plus au format carré 1:1.

Malgré cette belle complicité, ça ne suffira pas. On n’échappe pas au réel. Une coupure reste nécessaire. Elle va faire mal. Diane, qui n’est pourtant pas une mère Juive, doit accepter la douleur de voir son enfant partir. Son fils vit et ses actions ont des conséquences qu’on ne peut pas ignorer comme si la vie n’était qu’un rêve. La violence du monde représentée par l’institution va se charger de reprendre Steve à sa mère.

C’est moi sa mère c’est moi qui décide!

Plus maintenant!

Diane se sent coupable de tout, notamment d’avoir abandonné son fils. Elle sait qu’elle a pris l’unique décision à prendre mais ne peut se résoudre à voir son fils pleurer comme un bébé dès qu’il se fait un peu chatouiller à coups de Taser. C’est comme ça. Diane peut bien se sentir coupable, ça ne changera rien au fait que le cordon doit lâcher. La culpabilité de Diane est infinie. Elle pourrait se sentir de coupable de tout le reste, comme le fait que Steve soit violent. Il est né comme ça. Elle ne peut pas le changer.

La pire chose qu’on puisse faire à un enfant malade, c’est se croire ou le croire invincible. C’est pas parce qu’on aime quelqu’un qu’on peut le sauver. L’amour a rien à voir là dedans malheureusement.

Il y a quelque chose ancré au plus profond de la mère qui fait qu’elle voudra rester essentielle le plus longtemps possible. Son fils lui permet de se sentir unique. Alors elle le garde au plus près d’elle, au risque de l’étouffer et donc de disparaître avec lui. Diane est confrontée à ce dilemme. Elle croit qu’elle peut empêcher Steve de crier ou de souffrir. Elle ne fait néanmoins pas de miracle. Elle ne peut pas guérir Steve. C’est bien pourquoi il ne faut pas se croire plus royaliste que le Roi. Il s’agit d’une leçon que les hommes se sont fait un plaisir de comprendre. Ils se sont libérés de leurs responsabilités pour mieux quitter le domicile familial et pouvoir faire ce qu’ils veulent, comme par exemple se taper la fille de leur meilleur pote (cf Un Moment d’égarement).

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

 

 

 

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s