WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN

WE NEED TO TALK ABOUT KEVIN
Lynne Ramsay, 2011

LE COMMENTAIRE

C’est pas de la tarte la vie de parents. La femme perd progressivement toute forme humaine pendant 9 mois (au moins) tandis que l’homme prend proportionnellement du bide et des cheveux blancs. Ça fait mal. On ne dort pas pendant des semaines, voire des mois. Tout ça pour quoi? Pour un gosse qui n’a même pas la moyenne et qui vous traite de naze sous prétexte que vous n’êtes plus dans le coup? Franchement, c’est bien parce qu’il faut sauver nos retraites…

LE PITCH

Kevin Katchadourian (Ezra Miller) a fait une bêtise à l’école.

LE RÉSUMÉ

Kevin a tué la moitié de l’école, après s’être occupé de son père Franklin (John C. Reilly) et de sa soeur Celia (Ashley Gerasimovich). Depuis ce drame, sa mère Eva (Tilda Swinton) a un job pourri dans une agence de voyages qui ne l’est pas moins. Elle vit dans une petite résidence sans charme, pas très loin de la prison où elle rend visite à son fils. Sa petite maison n’est pas dans une prairie et elle se fait régulièrement asperger de peinture rouge sang, des fois qu’on oublie qu’Eva est la mère du tueur.

Kevin n’a jamais été facile avec elle. De bébé pleurnichard il s’est transformé en enfant quasi-autiste, provoquant sans cesse sa mère pour la pousser dans ses retranchements. Kevin va devenir violent. Sa mère a toutes les raisons de croire qu’il est responsable de la disparition du hamster de Celia. Il est fort possible que Kevin soit aussi à l’origine de l’accident qui va faire perdre un œil à sa sœur. Et il est indéniablement impliqué dans le divorce de ses parents. Malgré cela, Eva n’a pas vu le pire venir. Pas même la commande étrange de nombreux cadenas que Kevin utilisera pour enfermer ses camarades de classe dans un gymnase et les tirer comme des lapins.

Une fois sur les lieux de la catastrophe, Kevin se rend à la police sans opposer de résistance et regarde sa mère droit dans les yeux. Comme pour lui signifier qu’il l’a fait exprès. Comme s’il voulait la punir.

Deux ans plus tard, Kevin est sur le point d’être transféré dans la prison pour les grands. Eva exige des réponses. Elle lui demande pourquoi tout ça:

I want you to tell me… why?!

I used to think I knew… Now I’m not so sure.

Kevin regarde sa mère l’air terrifié, pour la première fois. Comme s’il venait de prendre conscience de ce qui s’est passé. Sa mère le prend dans ses bras avant qu’il ne se fasse embarquer.

weneed

L’EXPLICATION

We need to talk about Kevin, c’est le cauchemar d’une mère.

Les mauvaises langues disent souvent que les gens font des enfants pour toucher les allocs. Les parents de leur côté prétendent vouloir des enfants pour assurer la continuité de la race humaine, régler la question du réchauffement climatique ou œuvrer pour la paix dans le monde. En vrai ils ne rêvent que d’une chose, c’est que leurs enfants deviennent champions de France. Un enfant n’est rien d’autre que le fruit égoïste de l’union de deux égocentriques qui ne pensent qu’à s’offrir une continuité. Il y a la continuité du nom d’abord et puis peut-être la possibilité de gagner à Game of Thrones pour peu que les gosses soient assez nombreux et un peu ambitieux. S’il les prive de sommeil, l’enfant offre aussi à ses parents une seconde jeunesse. Grâce à lui, ils ont l’impression de vivre un peu plus longtemps.

Qu’ils le veuillent ou non, les parents ne peuvent pas ne pas se projeter dans leurs enfants. Et c’est bien naturel. Dans chaque enfant, il y a une grosse part d’eux mêmes. Les enfants sont les reflets de leur parents. Que se passe-t-il si le reflet ressemble à un serial killer? C’est insupportable pour Eva qui doit confronter un reflet d’elle même qu’elle déteste, chaque jour. C’est d’autant plus ignoble qu’elle aime son mari et qu’elle n’a jamais vraiment rien fait de mal. Elle a essayé de l’aimer cet enfant qui aurait du être parfait! Elle se sent coupable sans savoir de quoi.

Comme victime d’une erreur judiciaire, Eva reçoit son châtiment. Elle traverse toutes les angoisses classiques d’une mère. Elle veut que son bébé soit heureux. Il ne fait que pleurer. Elle veut que son enfant soit épanoui. Il ne lui renvoie pas la balle. Pire, il la fixe alors qu’il chie dans sa couche. Kevin la prend en otage. Tout part de travers. Elle n’arrive pas à le comprendre.

Then what’s the point?

There is no point. That’s the point.

Elle l’espionne puis se fait prendre la main dans le sac. Elle le soupçonne d’avoir commis des atrocités et se sent fautive de ne pas lui laisser le bénéfice du doute alors qu’elle n’a aucun moyen de prouver quoique ce soit et qu’il est quand même son fils. Il la dégoûte quand il mange. Et cette femme se retrouve seule. Les hommes l’ont abandonnée dans ce qui est devenu son combat.

Pour le pédiatre, il n’y a aucun problème avec Kevin.

There is nothing wrong with him.

Idem avec Franklin pour qui tout semble absolument normal.

You just have to rock him a little bit.

Eva croit devenir parano. Elle perd son mari. Avant de le perdre pour de vrai, ainsi que sa fille. Lorsqu’elle se rend à l’école et qu’elle comprend qu’il s’est passé quelque chose d’affreux, sa réaction est de s’inquiéter pour son fils. Quelle n’est pas sa surprise lorsqu’elle découvre que c’est son fils qui est le responsable de ce massacre. Elle continue son chemin de croix après la condamnation, frappée dans la rue par des parents. Ce qui est presque moins insoutenable que de tomber nez à nez sur des ados en fauteuil roulant suite à la tuerie. Quand elle va voir son fils en prison, il continue de la punir, jusqu’au moment où il doit partir pour le pénitencier. Il devient enfin un enfant, le fils d’Eva. C’est précisément le moment où on le prend des bras de sa mère. Le calvaire d’Eva n’en finit donc pas. Quand elle a enfin trouvé son fils, on lui enlève. Une maman ça souffre pour toujours.

Alors on a besoin de parler de Kevin. Oui bien sûr. Peut-être qu’on a surtout besoin de parler d’autre chose. Peut-être qu’Eva a besoin d’aller en thalasso, se faire masser les mollets.

LE TRAILER

 

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.