LE LABYRINTHE DE PAN

LE LABYRINTHE DE PAN

Guillermo del Toro, 2006

LE COMMENTAIRE

Les écrans ne sont pas qu’une menace pour nos yeux, ils sont aussi une limite à notre imagination. Ils nous proposent une histoire déjà mise en scène, qu’il est souvent difficile de ré-interpréter. Sachons respecter la magie du livre. Rien n’égale la puissance d’une page blanche (cf L’Histoire sans Fin).

LE PITCH

Une petite fille échappe à la tyrannie du réel.

LE RÉSUMÉ

La légende raconte qu’une princesse vivant dans des mondes souterrains réussit à tromper la vigilance de ses gardiens pour rejoindre la surface où la lumière l’aveugla. Elle y mourut de maladie. Le Roi continua néanmoins de croire à son retour.

La 2e Guerre Mondiale s’achève, sauf en Espagne où la dictature perdure. Ofelia (Ivana Baquero) et sa mère Carmen (Ariadna Gil) sont en route pour rejoindre le Capitaine Vidal (Sergi López), un militaire franquiste ayant pour mission de mater la résistance (cf L’armée des ombres).

Carmen est veuve. Elle est également enceinte de Vidal qu’Ofelia refuse de reconnaître comme son père.

The captain is not my father!

Dans les bois, la fillette est attirée par une fée qui l’emmène vers un labyrinthe. Un faune l’informe qu’elle est la réincarnation de la Princesse et qu’elle doit passer trois épreuves pour retrouver ses parents dans le monde sous-terrain.

Tout d’abord, Ofelia doit défier un vilain crapaud afin de récupérer une clé. Elle doit ensuite tromper la vigilance d’un ogre pour s’emparer d’une dague. Malheureusement, elle ne respecte pas les règles et se voit punie par le faune.

The moon will be full in three days. Your spirit shall forever remain among the humans. You shall age like them, you shall die like them, and all memory of you shall fade in time. And we’ll vanish along with it. You will never see us again!

Pendant ces épreuves, Vidal capture et torture les maquisards, puis abat le docteur Ferreiro (Álex Angulo) qui aide les résistants en secret. Carmen meurt en donnant naissance au fils que le capitaine réclamait avec impatience.

Mercedes (Maribel Verdú) et Ofelia capturent le bébé et cherchent à s’enfuir. Le faune propose finalement à la petite fille une dernière épreuve : pour ouvrir le portail vers le monde souterrain, elle doit faire couler le sang d’un innocent. Ofelia refuse néanmoins de sacrifier le bébé.

Vidal retrouve la petite fille, s’empare de son fils et abat Ofelia d’une balle dans la poitrine.

À sa sortie du labyrinthe, Vidal est attendu par Mercedes et les maquisards qui lui reprennent le bébé et le tue d’une balle dans la tête.

Tell my son the time that his father died. Tell him…

No. He won’t even know your name.

Mercedes fredonne une comptine à la petite fille mourante. Son sang permet à la prophétie de se réaliser en la conduisant à ses parents.

It is said that the Princess returned to her father’s kingdom. That she reigned there with justice and a kind heart for many centuries. That she was loved by her people. And that she left behind small traces of her time on Earth, visible only to those who know where to look.

L’EXPLICATION

Le Labyrinthe de Pan, c’est la volonté de croire qu’aucun sacrifice n’est inutile.

Avec les années, les adultes réalisent une chose : la vie n’est pas drôle. On passe son temps à prendre des coups (cf Rocky). C’est le constat sans appel que dresse Carmen qui sait parfaitement de quoi elle parle vu qu’elle a perdu son mari et qu’elle est enceinte d’un monstre. Si elle avait pu choisir, elle aurait sans doute choisi autre chose.

The world is a cruel place.

Sa philosophie tragique est assez loin de celle d’Ofelia qui croit toujours aux contes de fées. C’est bien de son âge. Elle pense que les insectes de la forêt lui parlent. Dans le monde d’Ofelia, les histoires se finissent toujours avec un sourire plutôt qu’une grimace.

Carmen se veut pourtant catégorique. Ce n’est qu’une question de temps.

When you’re older, you’ll understand.

Ofelia n’a pas le temps de grandir qu’elle va en faire l’amère découverte, se retrouvant plongée malgré elle dans les ténèbres du Capitaine Vidal. Un homme égoïste qui voit un ennemi en quiconque ne porte pas son uniforme. Le temps s’est arrêté pour lui. Il se perd dans le labyrinthe de l’horreur.

La fillette découvre non seulement qu’on ne fait pas toujours ce que l’on veut dans la vie, mais qu’on peut se retrouver sous le joug de ce genre de tortionnaires thanatophiles.

Things are not that simple. You’ll see that life is not like your fairy tales. 

Plutôt que d’attendre gentiment son tour et mourir au hasard comme ces deux chasseurs de lapins châtiés arbitrairement par Vidal, il devient obligatoire de se battre. Ne pas rendre les armes, même si la situation paraît désespérée.

What if we can’t win?

At least we’ll make things harder for that bastard!

Contrairement à l’enfant, l’adulte sait qu’il ne peut pas s’échapper (cf Into the Wild). On n’échappe pas à son destin. Il faut faire des concessions, voire des sacrifices (cf Une Vie Cachée). Refuser d’obéir aux ordres. Parfois se faire prendre et subir la torture. Refuser de parler. Donner sa vie plutôt que de donner celle de quelqu’un d’autre – comme Ofélia préférant sauver son demi-frère.

You promised to obey me. Give me the boy!

No! My brother stays with me.

You would give up your sacred rights for a brat you barely know?

Yes, I would.

You would give up your throne for him? He who has caused you such misery, such humiliation?

Yes, I would.

As you wish, Your Highness.

Carmen s’est résignée. Mercedes, au contraire, ne veut pas abandonner. Elle a l’âme d’Ofelia et se convainc que les sacrifices ne sont pas vains. Mieux, ils seront récompensés.

You have spilled your own blood rather than the blood of an innocent. That was the final task and the most important.

Ils permettent de traverser toutes les tempêtes. Donnent une lueur d’espoir. Soufflent sur les braises de la lutte.

Grâce à ces sacrifices, l’Histoire peut se poursuivre. Écrite par d’autres certes, mais qui honorent la mémoire des sacrifiés. Leur permettant ainsi de rejoindre celles et ceux qu’ils aiment pour l’éternité. Alors que Vidal disparait à jamais, comme s’il n’avait jamais existé.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.