L’ARMÉE DES OMBRES

L’ARMÉE DES OMBRES

Jean-Pierre Melville, 1969

LE COMMENTAIRE

La vie est marquée par des périodes de légèreté : Faire des picnic sur les Buttes Chaumont avec des amis d’amis. Danser lors du bal des pompiers. Célébrer nos sportifs conquérants (cf Les yeux dans les Bleus) comme on saluait jadis les soldats revenant de la guerre. Car nous vivons aussi des périodes moins drôles pendant lesquelles les visages sont fermés. L’heure est à la suspicion. On doit se retourner sans cesse pour vérifier qu’un compatriote ne cherche pas à nous poignarder dans le dos.

LE PITCH

Pendant l’occupation Allemande, la résistance Française s’organise discrètement.

LE RÉSUMÉ

Juin 1942. Philippe Gerbier (Lino Ventura) est soupçonné de Gaullisme par la police de Vichy.

Ingénieur des ponts et chaussées… Esprit vif… caractère indépendant… attitude distante et ironique : à mater!

Mis en camp de concentration dans l’attente de son interrogatoire par la Gestapo. Il réussit à s’échapper de l’hôtel Majestic et retourne à Marseille.

Guillaume Vermersch (Christian Barbier), dit Le Bison et Félix Lepercq (Paul Crauchet) ont arrêté Paul Dounat (Alain Libolt) coupable d’avoir donné des noms aux Allemands. Claude Ullmann (Claude Mann), dit Le Masque doit se faire violence pour étrangler le traître.

Vous avez demandé à faire quelque chose de difficile, et bien vous êtes servi! 

Gerbier part à Londres depuis Marseille, en sous-marin, en compagnie du Grand Patron Luc Jardie (Paul Meurisse). Il y reçoit des renforts tandis que Jardie est décoré par le Général, en personne. Le séjour doit être écourté car Félix a été arrêté à Lyon. Gerbier fait son baptême de saut en parachute pour rentrer en France.

Mathilde (Simone Signoret) travaille sur un plan d’évasion qui échoue malheureusement. Jean-François Jardie (Jean-Pierre Cassel) se dévoue et se fait interpeller dans l’espoir de venir en aide à Félix. Tous les deux se retrouvent dans la même cellule, dans un état critique. Jean-François fait don de sa pilule de cyanure à Félix pour abréger ses souffrances.

L’étau se resserre. Mathilde implore Gerbier de partir à Londres mais celui-ci est décidé à rester. Arrêté dans la foulée par la milice, il passe entre les balles du peloton d’execution puis est secouru par Mathilde et son équipe. Contraint de se cacher, il passe un mois en isolement total et reçoit finalement la visite inattendue de Jardie, puis du Masque et du Bison. Mathilde a été arrêtée puis relâchée dans la foulée. Deux résistants ont été capturés. Une décision s’impose.

Mathilde est à liquider d’extrême urgence et par tous les moyens.

Le Bison s’oppose formellement à l’assassinat de cette femme remarquable puis comprend qu’elle a envoyé un message en ne donnant que quelques noms seulement. Elle sait ce qui l’attend.

Il n’y a pas à discuter. Elle doit disparaitre, elle disparaitra.

Avenue Hoche, les quatre hommes l’abattent froidement dans la rue. Quelques mètres plus loin, ils se font arrêter à leur tour. Les soldats Gerbier, Lepercq, Ullmann et Jardie mourront, avec leur dignité (cf Des hommes d’honneur).

Capture d’écran 2020-04-19 à 12.43.38

L’EXPLICATION

L’Armée des Ombres, c’est le sens du sacrifice.

Avec le recul, on aime se dire que la plupart des Français étaient des résistants (cf La traversée de Paris), ou a minima aidaient secrètement la Résistance. Sans doute pour gommer les ratures, comme le fait que d’autres Français ont collaboré avec l’ennemi.

Il n’y a plus d’autorité, il n’y a plus que des j’en foutre.

La réalité n’était ni blanche ou noire mais plutôt grise. Par temps de guerre, les repères sont brouillés.

Il n’y a vraiment plus rien de sacré dans ce monde.

Dans le doute, on s’abstient. La grande majorité ne prend pas de risque ni dans un sens, ni comme dans l’autre. On se mouille le moins possible, c’est de bonne guerre. Lorsque le virus est aux portes de la ville, on part plutôt se confiner à la campagne.

Faut bien se débrouiller comme on peut par ces temps de misère…

Les résistants n’étaient en vérité qu’une petite minorité – ce qui était pratique, moins de monde à décorer. Ils n’ont certes pas permis de renverser le cours de la guerre comme ont pu le faire les Ricains si chers à Sardou (cf Il faut sauver le soldat Ryan), néanmoins le rôle des résistants était essentiel. Leurs opérations ont rendu la tâche plus difficile aux Nazis, les empêchant de prendre racines. Surtout, c’est grâce aux résistants si la France n’a pas totalement baissé les bras. Ce sont eux qui ont permis que nos belles idées continuent de circuler après la libération de Paris (cf V for Vendetta).

Bravo encore aux résistants. Ces figures de l’ombre sans qui nous ne serions évidemment pas là aujourd’hui. Cette armée qui ne faisait pas de bruit. N’oublions pas que nous saluons avant tout des fantômes, car ils sont presque tous tombés sous la torture et les balles Allemandes. Ces hommes et ces femmes qui ne pouvaient se résoudre à l’idée que la France devienne Allemande. C’est à dire que Goethe soit enseigné à l’école à la place de Molière, que la poule au pot soit sacrifiée sur l’autel de la choucroute, que le pinard succombe au houblon. Jamais. Pour éviter cela, ils étaient prêts à tout les sacrifices.

Au moins, vous souffrez pour une idée.

Au nom de la Cause, ils ont été contraints de tuer des Français faussement inoffensifs.

Nous aussi c’est la première fois.

Ils ont du se cacher eux-aussi et accepter de s’effacer – avec toutes les difficultés que cela comporte.

Depuis trois semaines je vis seul, comme un animal craintif. J’établis un long rapport pour Londres et je me fais croire que je suis encore d’une quelconque utilité.

Alors que leur propre vie était en jeu, ils n’ont jamais oublié qu’ils étaient au service de quelque chose de plus grand. Jean-François se livre héroïquement pour apporter une pilule de cyanure à son ami et lui tenir compagnie. Ces hommes doivent respecter Mathilde en la tuant, proprement.

simonet-signoret-dans-larmc3a9e-des-ombres-de-jean-pierre-melville-1969

Obligés de commettre des crimes affreux pour permettre que d’autres un jour puissent profiter égoïstement de leur liberté.

Mauvais souvenirs, soyez pourtant les bienvenus. Vous êtes ma jeunesse lointaine.

Au delà de leur sacrifice, ils ont su rester dignes jusqu’au bout. À la hauteur de ces circonstances exceptionnels, ce qui rend leur sacrifice plus admirable encore.

Je voudrais tout de même vivre et je vais mourir… et je n’ai pas peur. C’est impossible de ne pas avoir peur quand on va mourir. C’est parce que je suis trop borné, trop animal pour y croire. Et si je n’y crois pas jusqu’au dernier instant, jusqu’à la plus fine limite, je ne mourrai jamais.

Un jour, Gerbier a décidé de ne pas courir. S’il ne franchit pas la ligne d’arrivée avec les autres sous les applaudissements de la foule, les honneurs lui reviennent pour toujours.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.