DARK CITY

DARK CITY
Alex Proyas, 1998

LE COMMENTAIRE

Seul dans le brouillard de cette ville où il a si froid, l’homme aime trouver refuge dans cette cabine téléphonique qui n’existe plus. L’homme est un rat de laboratoire, accroc à son portable et shooté à la notification. Il a besoin d’appeler à l’aide. Il a besoin qu’on lui réponde. Ou peut-être a-il simplement besoin de raconter la blague du Français, de l’Américain et du Belge dans l’avion qui s’écrase et dans lequel il n’y a que deux parachutes?

LE PITCH

John Murdoch (Rufus Sewell) souffre d’amnésie.

LE RÉSUMÉ

Le Dr. Daniel Schreber (Kiefer Sutherland) confesse avoir collaboré avec des extra-terrestres dont l’espèce était en voie de disparition. Ils ont conquis notre planète grâce à leurs pouvoirs paranormaux et l’ont plongée dans la pénombre. Chaque soir, à minuit, ils procèdent à la synthonisation. Les contours de la ville changent et les mémoires s’effacent.

John se réveille dans une baignoire à côté d’un cadavre. Il fuit la scène du crime sur les conseils du Dr. Daniel Schreber. Des hommes mystérieux sont à ses trousses, ainsi que l’inspecteur Frank Bumstead (William Hurt) qui le soupçonne coupable.

Murdoch découvre qu’il a les mêmes pouvoirs que les extra-terrestres. Il peut contrôler les choses par télékinésie. Bizarrement il n’est pas victime de la synthonisation. Il commence petit à petit à se rappeler d’où il vient, Shell Beach.

Parmi les extra-terrestres, Mr. Hand (Richard O’Brien) se propose pour qu’on lui injecte les souvenirs de Murdoch de manière à mieux le comprendre et le tracer.

Bumstead parvient à mettre la main sur Murdoch mais réalise qu’il est effectivement innocent. Tous les deux demandent des explications au Dr Schreber qui leur révèle la cruelle vérité.

Their civilization was in decline, and so they abandoned their world seeking a cure for their own mortality.

Bumstead et Murdoch décident de se rendre à Shell Beach pour percer ce mystère mais ne trouvent qu’un simple poster contre un mur. Ils défoncent les briques de rage et découvrent un vide intersidéral.

Les extra-terrestres kidnappent Emma (Jennifer Connelly), la femme de Murdoch et ordonnent à Schreber d’injecter leur mémoire collective dans le crâne du renégat pour mettre fin à tout ce bordel. Schreber n’est plus à une trahison près. Il retourne sa veste et permet à Murdoch de prendre pleine possession de ses pouvoirs et vaincre Mr. Book (Ian Richardson), le chef des extra-terrestres.

La pauvre Emma a disparu dans la bataille. Murdoch utilise ses pouvoirs pour recréer Shell Beach et y retrouver Anna (Jennifer Connelly) qui est une re-création de Emma. Il oriente la planète en direction du soleil pour profiter enfin d’un peu de lumière. En chemin il croise Mr Hand et lui dit que pour comprendre l’humanité, les extra-terrestres auraient du chercher ailleurs que dans la tête.

You wanted to know what it was about us that made us human. Well, you’re not going to find it in here. You were looking in the wrong place.

dark-city

L’EXPLICATION

Dark City, c’est j’veux du soleil.

Le monde a été mis en veilleuse par une assemblée d’hommes qui auraient pu être imaginés par Jean-Pierre Jeunet. Ils se ressemblent tous: sans l’ombre d’un cheveu ou d’humour. C’est peu de dire qu’on s’emmerde dans ce monde sans vitamine D. Que représentent ces extra-terrestres tyranniques qui nous maintiennent dans l’obscurité?

En fonction de la forme du moment, on pourra voir dans cette assemblée une représentation de la classe politique emmenée par le nouveau grand guru Macron. Il n’y a plus de couleur, droite ou gauche: tout le monde se ressemble. Et à la fin de la journée, on n’aura encore pas vu le jour.

Derrière ces hommes peuvent se cacher les papes du marketing qui nous maintiennent la tête dans le guidon de la routine rythmée par une ou deux courses hebdomadaires chez Carrefour Market. Chaque jour, on a l’impression que tout a changé. Alors qu’on est reparti pour un tour à avaler la même purée.

On pourra également entrevoir les présentateurs de la télé qui endort plutôt qu’elle n’allume. Cyril Hanouna, Thierry Ardisson, Michel Drucker, Yann Barthès, Benjamin Castaldi, Arthur, Nagui, Stéphane Bern… Tiens, que des hommes! Ils ont des styles différents et identiques à la fois. Ils nous lessivent le cerveau.

They mix and match our memories as they see fit, trying to divine what makes us unique.

On pourra enfin voir dans ces extra-terrestres sans émotion l’avènement des machines. Comme le dit Morphéus dans Matrix, on ne sait plus quand ni comment, ce sont bien les machines qui sont responsables de l’assombrissement du ciel. Dark City c’est une approche pessimiste de l’intelligence artificielle.

Ces extra-terrestres empêchent de réfléchir et nous poussent à l’uniformisation. Ils nous rendent cinglés parce l’humanité, par définition, cogite (cf Descartes).

I know this is gonna sound crazy, but what if we never knew each other before now… and everything you remember, and everything that I’m supposed to remember, never really happened, someone just wants us to think it did?

Si le monde s’est retrouvé en auto-pilote, c’est par la faute d’un homme. C’est parce que le Dr Schreber a trahi qu’on en est là.

I have betrayed my own kind.

Comme quoi on ne peut pas faire confiance en la médecine.

L’humanité va sortir la tête du trou grâce à un autre homme, Murdoch, a.k.a. Spartacus. Il est celui qui s’est affranchi presque tout seul, avec l’aide de la girouette de service.

Together, we can stop them, we can take the city back. 

Murdoch se libère grâce à l’amour, respectant une coutume tenace héritée des contes de fées qui veut que le prince et la princesse vivent heureux avec beaucoup d’enfants à la fin de l’histoire. Pas de divorce chez Disney.

On aurait aimé que Murdoch résiste à la synthonisation grâce à la culture. On aurait aimé qu’il s’en sorte grâce à son intelligence. Mais non. C’est dans le coeur que ça se passe, pas dans la tête. Ce qui est un peu hypocrite quand même car c’est bien grâce à sa jugeote, sa volonté et sa créativité qu’il va recréer un monde. Son coeur guide son instinct. S’il rallume la lumière, c’est grâce à son cerveau.

There is no ocean, John. There is nothing beyond the city. The only place home exists… is in your head.

Ce qui semble donner raison à Dolores O’Riordan lorsqu’elle chantait en boucle que c’était dans notre tête, quasiment à nous en donner la migraine. En même temps c’était ça ou Leopold Nord et Vous.

LE TRAILER

 

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.