ONLY GOD FORGIVES

ONLY GOD FORGIVES
Nicolas Winding Refn, 2013

LE COMMENTAIRE

Dans chaque homme, il y a un porc qui sommeille. Et les cochons tombent comme des mouches en ce moment : Harvey, Kevin, Morgan, Bill, Jean-Claude, Casey, Tariq, Dominique, Denis, Gilbert, Thierry et peut-être aussi DustinGeorgesLuc, Philippe ou Gérald. Néanmoins, il existe aussi une réalité dans laquelle c’est la femme qui inverse les rôles. Ce sont les poignets de Monsieur qui sont liés, pour changer. C’est Madame qui inflige le harcèlement. Alors tant qu’à oeuvrer pour un monde (vraiment) meilleur et défendre (toutes) les minorités, n’oublions pas non plus les 7% d’hommes qui sont victimes de harcèlement, sous prétexte que Julio Iglesias en a fait des (pauvres) diables.

LE PITCH

Les scarabées bourdonnent, c’est la folie à Bangkok.

LE RÉSUMÉ

Julian (Ryan Gosling) s’occupe avec son club de Muay Thai qui lui permet de blanchir son traffic de drogue pendant que son frère Billy (Tom Burke) assouvit ses pulsions pédophiles. Beurk.

I’m looking for a girl. A young girl. I want to fuck a fourteen year old.

Ce dernier sème la pagaille dans un bordel puis tue une prostituée mineure. Arrêté par le Lieutenant Chang (Vithaya Pansringarm), Billy se fait défoncer la tête par Choi, le père de la victime (Kovit Wattanakul). Il se trouve que le père n’est pas exempt de tout reproche puisqu’il laissait sa fille se prostituer. Il a beau se plaindre qu’il n’a que des filles et pas de fils, il n’a aucune excuse. Chang lui sabre les deux mains.

Julian a l’occasion de tuer Choi. Il l’épargne lorsqu’il apprend le crime de Billy. Cette clémence fait enrager Crystal (Kristin Scott Thomas), la mère de Billy et Julian récemment débarquée en ville. Elle aussi trempe dans le business. Elle n’a pas la langue dans sa poche. Elle humilie Mai (Rhatha Phongam), la petite-amie de Julian

So, tell me, Mai. What line of work are you in?

I’m an entertainer.

An entertainer? And how many cocks can you entertain with that cute little cum-dumpster of yours?

Son influence est telle sur son fils que Julian se montrera sans pitié avec Mai après leur diner en lui demandant d’enlever sa belle robe en pleine rue.

Puisque Julian ne bouge pas, Crystal décide de passer à l’action. Elle fait tuer Choi et met un contrat sur la tête de Chang lorsqu’elle apprend que celui-ci était impliqué dans l’affaire. L’attentat échoue. Chang remonte jusqu’à Crystal. Il met d’abord une branlée à Julian.

Crystal craint pour sa vie. Elle fait du chantage affectif à son fils au visage encore tuméfié pour qu’il la protège.

I don’t have anyone to protect me. (…) Please do this for me. Don’t let them hurt me.

Julian se rend chez Chang pour faire le ménage. Il ne pourra se résoudre à tuer sa petite fille.

Crystal avait raison de craindre pour sa vie. Chang la retrouve à son hotel et lui tranche la gorge. Julian la découvre morte et lui ouvre les entrailles pour y glisser sa main.

Qu’il en profite. Julian aura lui aussi le droit de se faire sabrer les poings par Chang. Après quoi le Lieutenant enchaînera tranquillement par un petit karaoké émouvant.

Only-God-Forgives-137

L’EXPLICATION

Only God Forgives, c’est la possibilité donnée à chacun de jouer à Dieu.

Nous vivons dans un enfer aux allures de Thaïlande. Un pays où il fait tellement chaud et humide que les gens préfèrent vivre la nuit. Un endroit où ses habitants ont fait du karaoké un sport national, avec la boxe. Une destination prisée des touristes sexuels car la prostitution n’y est pas illégale. On y propose des (très) jeunes filles en dessert. La Thaïlande est finalement un monde assez humain puisque rempli de faiblesses et aussi de ce qu’on appelait en vieux Français la vilainie (pas le perchiste). Billy représente celui qui a succombé à la tentation du pire. Il a rencontré le Mal.

Time to meet the devil.

On laisse forcément des plumes dans tant de violence. Face au meurtre, on a naturellement envie de se faire justice : Choi ne passe pas à côté de l’occasion de tuer Billy. Crystal veut se débarrasser de tous ceux qui ont été mêlés de près ou de loin à la disparition de son fils aîné. Hannah Arendt était catégorique à ce sujet : le châtiment a ceci de commun avec le pardon qu’il tente de mettre un terme à une chose qui, sans intervention, pourrait continuer indéfiniment. Il est donc très significatif, c’est un élément structurel du domaine des affaires humaines, que les hommes soient incapables de pardonner ce qu’ils ne peuvent punir, ce qui se relève impardonnable. Tout ce que nous savons, c’est que nous ne pouvons ni punir ni pardonner ces offenses, et que par conséquent elles transcendent le domaine des affaires humaines et le potentiel du pouvoir humain qu’elles détruisent tous deux radicalement partout où elles font leur apparition.

En cherchant à se venger et donc à punir, nous devenons Dieu, celui de l’Ancien Testament. Dans le Lévitique les choses étaient claires : Celui qui frappera un homme mortellement sera puni de mort. Celui qui frappera un animal mortellement le remplacera: vie pour vie. Si quelqu’un blesse son prochain, il lui sera fait comme il a fait. Oeil pour oeil. Selon cette philosophie, quand on a fait une bêtise, on finit toujours par la payer. Crystal, toujours très lucide, le sait bien :

And now I’m gonna pay.

Chang est de cette vieille école.

Remember, girls, no matter what happens… keep your eyes closed. And you men… take a good look.

Il représente une sorte d’ange de la vengeance. Il est pour la peine capitale de la guillotine ou de la chaise électrique. Celle qui coupe les mains et tranche les gorges. Il accuse Byron de ne pas voir ou entendre ce qu’il y a de bien pour lui alors il lui perce les tympans et lui crève les yeux, tout simplement.

You can’t see what is good for you. So it’s better you don’t see.

Il est rancunier. Il n’oublie pas.

This isn’t about your dead daughter. It’s about your three living daughters. This is to make sure you never forget them.

Face à l’horreur on a aussi l’option d’amnistier et ainsi jouer au Dieu de clémence, celui du Nouveau Testament – ou à Leslie, l’apologiste du pardon. C’est une sorte de rétropédalage sur le plan des idées, mais il est apparemment possible de tendre l’autre joue. C’est Julian qui épargne d’abord Choi car malgré la douleur d’avoir perdu son frère il ne peut excuser son comportement. En tout cas pas au prix d’une autre vie. C’est Julian encore qui laisse la vie sauve à la petite fille de Chang alors que Crystal avait bien insisté sur le fait qu’elle ne voulait plus voir personne.

She said to kill them all.

Julian semble avoir accédé à un certain niveau de sérénité. Il a pris du recul sur les événements. Tandis que Crystal est très premier degré, Julian a gardé suffisamment de sagesse pour ne pas se laisser envahir par la colère. Il entrevoit encore la big picture. Il sait que la violence ne règle rien parce que les choses ne sont pas si simples et ça l’aide à dépasser son ressentiment.

It’s a little more complicated than that, mother.

Meaning what, exactly?

Billy raped and killed a sixteen year old girl.

I’m sure he had his reasons.

Julian essaie de briser le cercle du mal qui s’auto-alimente. Il représente en cela l’espoir. Celui d’un monde qui ne va pas se finir qu’avec Chang sur scène en train de chanter une chanson thaïlandaise, émouvante certes, devant un public amorphe. Dans le monde de Julian on peut espérer y trouver des prisons dont on peut sortir, on l’espère un peu moins bête (cf Un Prophète). On s’endort avec un peu moins d’aigreur d’estomac à cause de la haine qu’on ne nourrit plus tous les jours. On fait la paix avec soi même et les autres, sans avoir recours à la loi martiale pour vivre en société.

Le problème c’est que dans le monde de Julian, on n’a pas de bras. Et donc, de facto, pas de chocolat. Il faut choisir encore et toujours (cf The Matrix).

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.