NO COUNTRY FOR OLD MEN

NO COUNTRY FOR OLD MEN

Ethan Coen, Joel Coen, 2007

LE COMMENTAIRE

La vie se joue à peu de choses : des poteaux carrés, un millième de seconde, un petit bout de salade coincé entre les dents, une braguette pas complètement fermée, une pièce qui retombe du mauvais côté (cf Match Point) ou raie sur le mauvais côté. Ce ne sont toujours que des détails qui finissent par compter le plus. Le genre qui fait la différence entre Javier Bardem, Didier Bourdon et Mireille Mathieu.

LE PITCH

Un shérif, un détective et un psychopathe courent après un cow-boy.

LE RÉSUMÉ

Llewelyn Moss (Josh Brolin) tombe par hasard sur un gros pactole lié au trafic de drogue. Autant d’argent finit toujours par manquer à quelqu’un à un moment ou un autre. Llewelyn le chasseur se retrouve dans le rôle du traqué. Alerté par tous les cadavres qu’Anton Chigurh (Javier Bardem) laisse derrière lui, le shérif Bell (Tommy Lee Jones) tente de retrouver Llewyn le premier – pour le mettre à l’abri.

Malheureusement il arrive trop tard pour le sauver des cartels.

Chigurh se débarrasse de Carson (Woody Harrelson) et de Carla Jean (Kelly Macdonald), la femme de Moss. Et le shérif finit désabusé, à la retraite, seul avec ses cauchemars – et sa femme.

L’EXPLICATION

No Country For Old Men, c’est un rendez-vous raté.

Ed Tom sent le poids de l’âge. Il souffre de la maladie de Cabrel et montre des signes évidents de c’était mieux avant. Le temps que Ed Tom regrette est celui de l’ancien monde où les vieux étaient respectés et consultés. Les vieux étaient tellement inspirants que dans certaines civilisations, les jeunes étaient presque impatients de vieillir pour profiter de l’expérience et donc avoir du recul. On consultait les anciens pour leur sagesse parce que fut un temps, on cherchait encore à s’inscrire dans une continuité.

You can’t help but compare yourself against the old timers.

Les temps changent.

Aujourd’hui, être au fait de ce qui se passe est plus important que de comprendre ce qui se passe. La fièvre du FOMO a gagné la jeunesse. Aujourd’hui, il n’y a rien de pire que d’être vieux. Cela veut dire qu’on a mal partout, qu’on a des rides, qu’on est nécessairement corrompu. Surtout, cela veut dire qu’on n’est plus dans le coup. Ils sont #old. Plus armés pour la violence gratuite du monde de demain.

Told me he killed somebody for as long as he could remember. Said if they turned him out, he’d do it again.

Ce monde cauchemardesque auquel appartient malheureusement Ed Tom, c’est le Texas de George W. Bush et l’Amérique de Donald Trump. Désertique. Sans règle. Ed Tom a attendu toute sa vie que Dieu lui fasse un signe mais Dieu a quitté El Paso depuis longtemps pour aller s’installer à la Guadeloupe. C’est l’anarchie complète. Comme dans une classe désertée par son enseignant, tout le monde est livré à lui-même. La mort est au coin de la rue à l’image de Chigurh qui frappe comme bon lui semble, de manière complètement imprévisible. Jouant la vie des gens à pile ou face.

What’s the most you’ve ever lost on a coin toss?

Chigurh ne montre aucune émotion. Totalement increvable, soignant lui même sa jambe tel un chirurgien avec des moyens de fortune ou quittant la scène d’un accident de voiture une fracture ouverte du radius en bandoulière. Insaisissable. Il échappe au policier qui l’avait pourtant fait prisonnier et il disparaît de la chambre d’hôtel de manière mystérieuse avant qu’Ed Tom ne puisse lui mettre le grappin dessus. Il échappe aussi à Carson qui ne comprend pas ses fulgurances spirituelles.

Do you have any idea how crazy you are?

Car Chigurh est un Terminator philosophe, à mi-chemin entre Schwarzenegger et Montesquieu. Il est le néant qui nous fait nous demander quel est le sens de l’histoire, si tant qu’il existe (cf Monty Python).

If the rules you followed brought you to this, of what use is the rule?

La question semble être hors-contexte. Il s’agit pourtant d’une question de fond. On passe notre vie à suivre des règles sans réfléchir, en pensant qu’elles s’imposent à nous. En réalité, elles ne nous empêchent pas de nous mettre nous-mêmes dans de sales draps, voire de mourir du jour au lendemain. Carson, à l’image de la jeunesse, est très attachée à la vie. Face au vide, il se dégonfle. Comme quoi, plus on se raccroche à la vie plus on est faible. Ou alors on implore son bourreau.

You don’t have to do this.

Llewelyn incarne une autre facette de cette jeunesse qui ne vit que pour le moment: l’insouciance. Il brave tous les dangers.

91637188_o

Pour ça, Chigurh le respecte – autant qu’il puisse respecter quelqu’un. Llewelyn pense qu’il peut tromper la mort. Se battant comme un beau diable avec l’audace d’un adolescent qui pense qu’on peut ramasser un gros paquet, envoyer sa femme se planquer à Odessa et que le tour sera joué sans en payer le prix. Ça ne l’empêche pas de se faire prendre par la patrouille mexicaine (cf Sicario).

C’est un monde de chasseurs. Ed Tom n’y a clairement plus sa place. Il est le justicier qui arrive toujours en retard. Comme un Zorro dépassé, qui se serait transformé en lapin blanc d’Alice au Pays des Merveilles. Plus dans le rythme. Ed Tom rêve de passer les canyons pour retrouver son père de l’autre côté et finit toujours par se réveiller au mauvais moment, dans un monde qu’il ne comprend plus.

I knew that when I got there he’d be there. Then I woke up.

Personne ne semble pouvoir éviter le destin de la pièce à deux faces (cf The Dark Knight). Tout le monde se fait rattraper par son âge (cf Benjamin Button), malgré les pansements de la chirurgie esthétique. Et tous les gagnants du loto qui pensent naïvement qu’ils vont pouvoir dire adieu à leur patron pour toujours afin de se la couler douce tout le reste de leur vie sur une île (cf Les Évadés), comme Llewelyn pense pouvoir échapper aux Mexicains, finissent toujours par se faire rattraper par les impôts.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

23 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.