TRAINSPOTTING

TRAINSPOTTING

Danny Boyle, 1996

LE COMMENTAIRE

Les Écossais n’ont jamais été très forts sur les longues distances. En même temps ça n’est pas un problème. Tous les athlètes sont dopés, on le sait. Donc un toxicomane, nonobstant sa nationalité, devrait être capable de taper des sprints sur une distance assez longue pour peu qu’on le prenne en chasse et ce malgré sa foulée supinatrice. En plus, le temps en Écosse est tellement sombre que ça donne une bonne raison de mettre les voiles vers le Portugal.

LE PITCH

Un jeune toxicomane d’Edimbourg tente de se remettre sur le droit chemin.

LE RÉSUMÉ

Mark Renton (Ewan Mc Gregor) et sa bande de potes se traînent et dévalisent des hospices pour se payer leur héroïne. Étouffé par toute cette médiocrité, Mark fait une première tentative de sevrage qui lui permet de rencontrer Diane (Kelly McDonald) une adolescente insouciante. Incapable de se satisfaire de ce qui l’entoure, il replonge aussi sec.

Arrêté par la police, Mark s’en sortira avec sursis. Spud (Ewen Bremner), lui, ira faire un tour en prison. Ses parents vont mettre Mark à la diète: une cure de désintoxication à l’ancienne, dans sa chambre avec du pain sec et de l’eau. Enfin clean, Mark décidera de partir tenter sa chance à Londres pour y travailler comme agent immobilier.

For the first time of my adult life, I was almost content.

Mark est rattrapé par ses « amis » Sick Boy (Jonny Lee Miller) et Begby (Rober Carlyle) qui montent squatter chez lui à Londres pour un deal foireux. Désireux de se débarrasser de ses morpions, Mark parviendra à se sauver un beau matin dans un concert de ronflements – avec le pactole. Cette évasion sera peut-être la bonne, même s’il reste résolument cynique à propos de l’avenir.

I’m gonna be just like you : the job, the family, the fucking big television. The washing machine, the car (…), clearing gutters, getting by, looking ahead, the day you die.

trainspotting-toilet-scene-e1421243563230

L’EXPLICATION

Trainspotting c’est un choix.

La réalité c’est que la vie n’a pas d’autre sens que celui qu’on veut bien lui donner (cf The Meaning of Life). Et la vie telle qu’on la connaît en Ecosse, aux nuages gris et à l’accent pourri, Renton n’en veut tout simplement pas. Il choisit autre chose:

Choose life. Choose a job. Choose a career. (…) I chose not to choose life. I chose something else. And the reasons? There are no reasons. Who needs reason when you got heroin.

On ne peut pas vraiment le blâmer, l’Écosse ne fait pas rêver plus de deux jours. À moins d’aimer Game of Thrones. Comme un ado qui refuse le système, Mark décide de se mettre volontairement en marge. Plus il regarde ce qui l’entoure et plus il préfère fermer les yeux très fort.

Our only response was to keep on going and fuck everything.

Renton a quand même la chance d’avoir le choix. Tout le monde ne l’a pas. Nous penserons par exemple à ces filles qu’on voile ou qu’on promet à des garçons (cf Capharnaüm). Il ne leur reste plus qu’à se taire, être obéissantes et bien passer l’aspirateur dans les coins. Nous penserons aussi à ces Chinois qui n’ont pas le choix de penser ce qu’ils veulent. Nous penserons aux migrants. Renton a la possibilité de décider de se laisser couler dans la cuvette des toilettes alors qu’il y a plus à plaindre. Il y a toujours plus à plaindre.

Il ne s’agit cependant pas de faire l’apologie de l’auto-destruction. Au contraire, ceux qui parviennent à sortir de leur condition minable et à se détacher de leurs influences malsaines sont les véritables héros. Par contre, il ne faut pas attendre que quelqu’un nous tende la main. Encore que Mark peut remercier ses parents et aussi un peu la bonne fortune de ne pas avoir fini en taule ou avec un virus quelconque. Car il aura pas mal flirté avec les ennuis. Il finit par s’en sortir, à la force d’un caractère et d’une volonté qui lui ont trop souvent fait défaut.

Personality, that’s what counts, right?

Ce qui le distingue des autres, c’est qu’il a choisi. Et qu’à partir du moment où il choisit autre chose il peut s’en sortir. Sa personnalité est sa force, ainsi qu’une bonne dose de cynisme salvateur. Car on imagine mal Mark passer de l’héroïne aux petites fleurs.

Son vrai problème c’est sa colère. Il se déteste. Il a honte d’être Écossais.

We are colonized by wankers.

Il a honte de son identité au point où il ne peut même plus regarder ses potes tellement ils lui renvoient une image de lui-même qu’il abhorre. Encore une preuve supplémentaire que s’en sortir passe d’abord par s’accepter soi-même. Le tristement célèbre « aimez vous les uns les autres » ne peut fonctionner que dans un environnement où on ne s’aime pas soi-même à la base. Certes, on a toujours besoin de plus petit que soi, pour se moquer notamment (cf Mimi Mathy ou Passe Partout). On ne peut en tout cas pas compter sur Dieu, ou quelconque force supérieure pour y parvenir. Cette force pourrait être le pays colonisateur par exemple. We are NOT all in this together malheureusement. On ne peut pas rejeter la faute sur un élément extérieur sans arrêt comme ces joueurs de tarot qui se plaignent d’avoir des cartes pourries dans les mains.

Au final, Renton se paie donc le luxe de cracher sur l’Angleterre. Certes les Anglais n’ont pas vu le soleil depuis des années, il y’a pourtant pire que d’avoir été colonisé par l’Angleterre. Il aurait pu être Brésilien et se faire coloniser par le Portugal. Encore pire: il aurait pu être Belge et se faire coloniser par la France. La Belgique n’est-elle pas une ancienne colonie française?

Renton n’en a rien à faire de tout ça. Il est l’Écossais qui réclame son indépendance. Il veut se démarquer. Il fait honneur à Sean Connery. Il voit l’Angleterre se planter à l’euro. Il voit son Royaume végéter, empêtré dans un Brexit dont il ne sait plus s’il doit ou peut sortir. Renton est loin d’être aussi bête qu’il en a l’air.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

4 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.