WHERE THE WILD THINGS ARE

WHERE THE WILD THINGS ARE
Spike Jonze, 2009

LE COMMENTAIRE

Georges Brassens était un fataliste qui pensait qu’il n’y avait que peu de chances pour qu’on détrône le Roi des cons. Les Rois restent toujours en place. Leurs têtes, après qu’on les coupe (cf Marie-Antoinette), finissent immanquablement par repousser (cf Mon Roi). Il semble effectivement que le peuple ait toujours besoin d’une figure souveraine qu’il s’agisse d’un monarque, d’un empereur ou d’un président en marche. La couronne vacille, puis tombe avant d’être récupérée par quelqu’un(e) d’autre. Elle ne disparaît pas.

LE PITCH

Max (Max Records) met les voiles.

LE RÉSUMÉ

Le petit Max est un garçon turbulent qui vit dans son monde. Il se dispute avec le petit ami de sa soeur Claire (Pepita Emmerichs) sans que celle-ci ne bouge le petit doigt, Max enrage. Il saccage la chambre de sa soeur en représailles.

Sa mère Connie (Catherine Keener) est un peu dépassée depuis son divorce. Max vit mal sa nouvelle relation avec Adrian (Mark Ruffalo). Il enfile son costume de loup, monte sur la table comme un animal et s’enfuit de la maison.

Dans sa fugue, Max se perd dans la jungle urbaine. Il prend un bateau et traverse une mer agitée. De l’autre côté l’attend une petite île peuplée de créatures gigantesques, étranges et sauvages. Max sympathise rapidement avec Carol (James Gandolfini) en l’aidant à détruire tout sur son passage. Les autres monstres, mécontents de tout ce remue-ménage, menacent de manger Max. Celui-ci ne se démonte pas, prétendant qu’il a des pouvoirs. Il devient leur Roi.

Looks like we’ve found our king!

Tout le monde s’amuse bien sous le règne de Max. Cependant, Carol semble un peu taciturne depuis que K.W. (Lauren Ambrose) s’est fait des nouveaux amis. Pour l’occuper Carol, Max propose de diviser les monstres en deux camps et de faire la guerre. Durant la bataille, K.W. et Carol se disputent à nouveau. Et Alexander (Paul Dano) se blesse. Max va le voir et confesse qu’il n’est pas vraiment un Roi, ce dont Alexander se doutait.

You’re not really a king, are you?

Ce n’est pas le cas de Carol qui risque d’être déçu s’il l’apprend. Ses sautes d’humeur sont imprévisibles. Déçu par les décisions de Max, inquiet de la disparition du soleil, frustré à cause de K.W… Carol veut manger Max lorsqu’il apprend l’imposture. K.W. protège le petit garçon.

C’est le moment de rentrer à la maison. Max va voir Carol pour s’expliquer. Il dit au revoir à tous les monstres qui s’inquiètent un peu de la publicité que Max va leur faire.

When you go home, will you say good things about us?

Au moment de reprendre la mer, son ami Carol se précipite sur la plage pour un adieu aux larmes.

Connie attend son fils avec un gros verre de lait frais. Elle lui fait un gros câlin plutôt que de lui passer un gros savon.

max

L’EXPLICATION

Max et les Maximonstres, c’est attendre que passe l’orage.

Connie n’arrive pas à gérer son fils tempétueux. À présent que la loi a interdit les paires de claques et autres fessées, il ne lui reste plus que la voie de la psychologie. Il lui faut comprendre pourquoi Max est insupportable, et analyser ce qui se passe dans sa tête.

Le constat c’est que Max est blessé. Il s’estime trahi par une soeur qu’il confond avec sa petite amie et délaissé par une mère qui n’a tout simplement pas le temps. Son ego souffre. Max ne manque pas d’imagination mais plutôt d’attention. Le point de départ était certainement le divorce de ses parents. Connie ne peut cependant pas revenir en arrière. La conséquence pour son fils est qu’il navigue entre tristesse et colère, ce qui se traduit par des cris, des sauts sur la table et une fugue. Il s’est transformé en animal sauvage, réclamant des solutions sans les chercher. Se sentant déjà bien seul au monde, Max croit qu’il peut trouver ces solutions en se réfugiant sur une île imaginaire où il deviendrait le roi absolu, le nombril du monde qu’il a toujours souhaité être. Là-bas, tout lui appartiendrait enfin. Il pourrait fixer les règles.

I can show you your kingdom. This is all yours. You’re the owner of this world. Everything you see is yours.

Sur cette île où il obtient ce dont on l’a constamment privé, il va commencer à apprendre.

1) Rien n’efface la mélancolie ou les problèmes. Les grands ne peuvent pas faire comme si les soucis n’existaient pas. Ils doivent avaler leur exaspération et passer à autre chose. Ils ne se font pas tout un monde d’un divorce, d’un fort détruit ou d’un gateau qui tombe par terre. En tout cas ils essaient.

You got a problem, eat it!

2) Le bonheur n’est pas la seule façon d’être heureux (cf Vice Versa).

Happiness isn’t always the best way to be happy.

3) On ne peut pas s’épanouir dans le désert. Max est peut-être le Roi, mais le Roi du néant.

Well, look: this used to be all rock, and now it’s sand, and then, one day, it’s going to be dust, and then the whole island will be dust, and then… well I don’t even know what comes after dust.

4) Le soleil finit toujours par s’éteindre, même sur cette île utopique. Un jour, tout s’arrête.

Carol, did you know the sun was gonna die?

What? I never heard that… Oh, come on. That can’t happen. I mean you’re the king, and look at me, I’m big! how can guys like us worry about a tiny little thing like the sun, hmm?

5) Vouloir tout casser ne mène à rien. Dans ce monde, Max se retrouve confronté à lui-même : colérique, capricieux, violent. Carol est la fureur de Max incarnée. C’est pour cela que tous les deux se comprennent naturellement. En observant Carol tout casser, il se voit dans la glace et constate que sa propre attitude ne le conduit nulle part. Il prend conscience de son ridicule. Pour cette raison et aussi parce qu’il n’a pas de temps à perdre à jouer le super héros qu’il n’est pas, il va accepter qu’il n’est pas le centre du monde.

Who are you?

I’m Max.

Well, that’s not very much is it?

Tout comme Alice au Pays des Merveilles, Max accepte qu’il n’y a pas de monde en dehors du monde dans lequel on puisse se construire. Il n’est pas grand chose, mais il est lui même et c’est déjà pas mal. Il saura s’en contenter. Il a envie de retourner chez lui. Il ne peut pas rester cloitré dans sa chambre (ou dans sa tête).

Lorsque ce moment arrive, Connie est bien inspirée de ne pas le punir. Elle lui permet de rentrer à la maison. Contrairement à une mère parfaite qui aurait cherché à retenir son fils par tous les moyens, elle a eu l’intelligence de le laisser partir pour mieux le laisser revenir. Elle a été patiente, sans paniquer. Elle n’a pas appelé la police pour signaler la disparition inquiétante de son fils. Elle n’a pas contacté Super Nanny ou Pascal le Grand Frère. Elle a juste attendu que son fils se calme tout seul.

Elle a aussi eu beaucoup de chance qu’il ne lui soit pas arrivé de bricoles parce qu’on sait que les bateaux coulent (cf Titanic), que les centres de détention juvénile ne sont pas paradisiaques (cf Sleepers) et que les petits garçons qui fuient le monde ne reviennent pas toujours vivants de leurs aventures (cf Into the Wild). Tout le monde ne s’appelle pas Mark (cf Trainspotting) ou Richard (cf The Beach).

On ne passe jamais très loin de la catastrophe.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.