COURAGE FUYONS

COURAGE FUYONS

Yves Robert, 1979

LE COMMENTAIRE

Pendant longtemps les hommes se sont demandés ce qui rendait les femmes folles de désir, en cherchant toujours au mauvais endroit. Ces imbéciles se sont concentrés sur les moyens : une moto, un cuir, des tatouages, de gros muscles, une moustache, une belle gueule à la Christian de Neuvilette (cf Cyrano)… De quoi le chevalier a-t-il réellement besoin pour emballer la princesse? Une personnalité, de l’attitude, beaucoup de charisme. Rien qui ne s’achète. Tout le reste n’est qu’une conséquence.

LE PITCH

Un homme audacieux mais pas téméraire quitte Paris pour Amsterdam.

LE RÉSUMÉ

Martin Belhomme (Jean Rochefort) est le descendant d’une longue lignée de pleutres. Ses aïeux avant lui avaient montré le chemin. Son grand-père, petit patron de grande entreprise, avait déjà pitoyablement cédé aux revendications ouvrières.

‘Nous ne lâcherons rien!’

Le lendemain matin, il lâche tout.

Ses parents avaient quitté la capitale pour échapper aux Nazis.

Juin 1940, Hitler peut toujours courir, il ne nous trouvera pas à Paris. Nous sommes à Toulouse où nous nous cachons d’abord quelques temps chez des amis Juifs. 

Martin s’est fait mettre le grappin dessus par Mathilda (Dominique Lavanant) qui lui fit deux enfants bien qu’elle ne l’aimait pas. Il a ouvert une pharmacie et dit adieu à sa passion pour la musique. La vie défile sous son nez lorsque mai 68 éclate. Les émeutes réveillent Paris. Les pavés pleuvent. Un soir qu’il rentre d’être allé faire les courses, Martin se retrouve embarqué malgré lui par un groupe de casseurs. Incapable de s’élever contre eux, le voilà qui se retrouve à caillasser sa propre voiture devant sa famille médusée au balcon.

Plutôt que de remonter se planquer chez lui, Martin entend l’appel du large dans l’ascenseur. Il prend la fuite vers Gare de Lyon, espérant pouvoir embarquer pour Marseille. Plus aucun train ne part à cette heure tardive alors Belhomme finit sa course dans un bar où il s’imagine la vie qu’il n’a pas eu : pianiste, champion de tennis de table, terrassant un officier militaire. Le jeune Christophe (Christophe Bourseiller) partage quelques verres avec lui et propose de le ramener à un squat.

C’est là que Martin fait la rencontre d’Eva (Catherine Deneuve), une chanteuse de cabaret qui doit se produire à Amsterdam. Martin se retrouve à l’emmener à l’aéroport en moto. Sous le charme, il se sent incapable de la quitter. Il enfourche sa moto et prend la direction d’Amsterdam.

Les deux amants passent la nuit ensemble. Eva fait comprendre à Martin qu’il est temps qu’il reparte. En direction de Paris, il fait demi-tour pour Amsterdam.

Je veux plus jamais vous quitter je m’excuse.

Il s’installe à l’hôtel Rembrandt et doit faire face à l’ancien amant d’Eva, le mystérieux Chalamond (Philippe Leroy) qui se fait de plus en plus insistant. Évidemment, Martin se dégonfle. Pire il revient même au bercail après avoir découvert que Mathilda a passé une annonce dans le journal pour le retrouver.

Martin reviens. Il te sera fait de nombreux reproches.

Feignant l’amnésie, Martin revient donc à Paris. Il prétend ne plus vraiment se rappeler de rien, certainement pas de cette absence dans sa vie pendant laquelle personne ne sait où il était (cf L’avocat de la terreur).

Une idée assez sensationnelle me vint en tête : ne rien dire.

Mathilda s’est mis en couple avec Noël (Michel Beaune). Eva retrouve son amant mystérieux à Paris. Tous les deux reprennent leur liaison, ce qui pousse Martin à la demander en mariage. Eva accepte discrètement puis confesse qu’elle doit annoncer la nouvelle à son mari et ses enfants.

Comment… papa maman?

Devant la violence de Charley (Robert Webber), un Américain qui parle fort, Eva préfère baisser pavillon. Elle réclame à Martin de lui annoncer la nouvelle lui-même.

Sans surprise, Martin ne prend pas ses responsabilités. Il devient le chauffeur de Charley et l’amant officiel de sa femme. Tous les deux vécurent heureux – en particulier lorsque Charley était en voyage d’affaires.

C’était la loi du plus fort et j’en profitais. Car on ne vit qu’une fois, et encore.

Catherine Deneuve, Jean Rochefort

L’EXPLICATION

Courage fuyons, c’est la stratégie payante des faibles.

Le voyage dans le temps a démonté les thèses déterministes en prouvant que rien n’était jamais figé : George Mc Fly peut à tout moment infléchir le cours de sa vie et passer d’un tocard à un grand romancier en un coup de poing (cf Retour vers le Futur). Il est nécessaire de se faire violence. Car nous avons tous un naturel conditionné par des valeurs et une capacité, ou une incapacité, à prendre des décisions. Dans la vie, il y a des pompiers qui sauvent le monde comme Ray (cf San Andreas) et puis il y a aussi des artistes comme Wladek qui se sauvent, tout simplement (cf Le Pianiste).

Pour sortir de sa condition, il faut le vouloir très fort. Ce qui n’est pas le cas de Martin, qui assume son statut de peureux sans montrer la moindre intention de changer.

Tout en grandissant dans le respect du plus fort, je me fis rapidement un nom dans la poltronerie écolière.

Martin reste confortablement enfermé dans son confort.

Ce n’était pas la porte qui était bloquée, c’était moi.

Cette situation ne semble pourtant pas lui plaire.

J’avais rêvé de quelqu’un d’autre. Je veux dire quelqu’un d’autre que moi.

Avec Eva, il trouve une personne qui lui donne l’occasion de devenir cet autre. Grâce à Eva, Martin va essayer de faire semblant d’être cet homme romantique qui plaque tout pour Amsterdam, capable d’aller invectiver un inconnu dans un aéroport. En apparences seulement, car il n’en fait rien. En réalité, il est tétanisé.

Dans les histoires d’amour, il est d’usage de trembler pour la personne aimée. Dans la mienne, je tremblais pour moi-même.

On peut évoluer mais pas vraiment changer sa nature. Or, il apparait qu’avec Eva, Martin est en sur-régime. Sur la durée, il ne pense pas pouvoir être l’homme de cette femme. C’est pourquoi il finit par rentrer à Paris, la queue basse.

Eva le retrouve car elle n’est pas celle qu’il pense. En réalité, Eva est également une fuyarde, tout comme Martin. Elle multiplie les amants pour mieux être libre.

Je vous retrouve où après?

Partout.

Oh non…

Quoi, vous n’êtes pas libre?

Si, justement! 

Eva fuit la possibilité d’une stabilité heureuse.

Le bonheur parut intimider Eva.

Eva est véritablement comme Martin. Tous les deux se sont trouvés. Elle se découvre après leur cérémonie, au moment de devoir annoncer son mariage à Charley. Ce qui lui est parfaitement impossible.

Tu sais ce que c’est que d’avoir peur?

En l’occurrence, Martin en connait un rayon sur la peur. Ce couple est fait de la même étoffe. Martin est trop heureux de pouvoir appliquer la devise de Jules Renard.

N’écoutant que son courage qui ne lui disait rien, il se garda d’intervenir.

Tout le monde n’est pas fait pour être en première ligne. Pour vivre heureux, vivons cachés. Ces deux froussards ont trouvé leur planque et vont pouvoir savourer chaque minute ensemble.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.