POLISSE

POLISSE

Maïwenn, 2011

LE COMMENTAIRE

La Police, il est de bon ton ne pas l’aimer. Parce que comme disait Desproges, les gens sont toujours du côté de guignol. Et parce que comme chantait NWA : Fuck the police (cf Straight outta Compton). Il faut avouer que parfois, dans la police, ça abuse un peu de la matraque (cf les Misérables). C’est pas Serpico qui dira le contraire. Malgré tout, la Police on est bien content de l’applaudir après les attentats. Une Police qui a la tâche difficile d’être exposée à des horreurs quotidiennes qui ne donnent pas toujours foi ni en l’avenir, ni en l’espèce humaine (cf Se7en). Reconnaissons-le aussi.

LE PITCH

On ne se marre pas tous les jours dans la Brigade de Protection des Mineurs.

LE RÉSUMÉ

L’artiste Mélissa Zahia (Maïwenn) est chargée par le Ministère de l’Intérieur de faire un livre de photographie sur la BPM. Beauchard (Wladimir Yordanoff) la confie au commandant Yvan Gérard (Frédéric Pierrot) dit Baloo. Elle va patrouiller avec ses équipes sur la zone de Belleville.

Le quotidien est chargé. Un jour c’est une descente à 4h du matin dans un camp de Roms pour démanteler un réseau de prostitution. Un autre c’est une maman qui avoue absolument sans gêne faire des fellations à ses garçons pour qu’ils s’endorment. Quand ça n’est pas le grand père qui se frotte le sexe contre sa petite fille, avec un cynisme répugnant lors de sa garde à vue.

Vous pensez que les gamins ont toujours raison?

Il y a les garçons séparés de leur mère. Les couples bourgeois qui ont aussi leurs petits secrets honteux. Les hommes trop proches des enfants de leurs amis (cf Les Chatouilles). Les enfants qui affabulent. Et les adolescents qui ne savent pas s’exprimer sans insulte.

Sur le Coran de La Mecque j’vais t’niquer ta grand mère sale pute!

Les policiers font leur boulot dans un environnement auquel s’ajoutent leurs problèmes personnels. Bamako (Arnaud Henriet) reproche à Gabriel (Jérémie Elkaïm) d’être un intello. Fred (JoeyStarr) est en train de se séparer. Baloo s’entend bien avec sa femme Céline (Carole Franck) même s’ils ont parfois de drôles de manières de se dire ‘bonne nuit’.

Moi aussi hein je gère des drames toute la journée à la crèche!

De quel drame tu parles dans une crèche du 6e arrondissement?? Ils ont eu des petits pots à la place des petits suisses? Enfin c’est du drame ça?! Bon ben moi en attendant j’ai plus envie de baiser! Alors merde. Chier! De toute façon je me lève à 4h du mate. Alors bonne nuit.

Pourquoi tu te lèves à 4h du mate?

J’ME LÈVE À 4H DU MATE PARCE DEMAIN J’ARRACHE DES MOMES, DES ROUMAINS, À LEUR FAMILLE! (…) ILS VONT ÊTRE DANS DES FOYERS! ET ILS VONT ME PRENDRE POUR UN CONNARD! (…) VOILA POURQUOI JE ME LÈVE À 4H, ALORS TES PETITS POTS ET TES PETITS SUISSES TU PEUX TE LES CARRER DANS L’CUL! VOILÀ. À SEC!

T’ES VRAIMENT CON! TOI T’ES LE SAUVEUR DE L’HUMANITÉ AVEC TON COPAIN FRED! VOUS SAUVEZ LES ENFANTS DU MONDE ENTIER… PARCE QUE DANS TA PETITE TÊTE, Y’A QUE DANS LE 19E QU’IL Y A DES INCESTES?! 

Nadine (Karine Viard) est en procédure de divorce. Elle est conseillée par Iris (Marina Foïs) qui est anorexique et dont le mec (Riton Liebman) vient de partir exaspéré. Toutes les deux finissent par se disputer violemment devant tout le monde.

Tout n’est pas si sombre. Il y a aussi des histoires d’amour comme entre Krys (Karole Rocher) et Mathieu (Nicolas Duvauchelle). Ou Fred qui tombe amoureux de Mélissa Zahia qui est pourtant avec Francesco (Riccardo Scamarcio), sans l’être.

Au retour des vacances, Beauchard annonce la promotion de Iris comme chef de groupe. À la fois surprise et déçue du manque d’enthousiasme de son équipe, elle prétexte d’avoir chaud pour ouvrir la fenêtre, et se défenestrer devant ses collègues horrifiés.

7276491cd7f1295c050b176bd606949ce4db3992

L’EXPLICATION

Polisse, c’est un besoin pressant d’ouvrir la fenêtre.

Reconnaissons que nous sommes tous à cran: Thierry en agent de sécurité (cf La Loi du Marché), Tom Egan en pilote de drônes (cf Good Kill), Joséphine en tueuse à gage (cf Nikita), Riggan Thompson en acteur de théâtre (cf Birdman). Le burn out pourrait être reconnu comme maladie professionnelle. Ça ne sort pas de nulle part. En attendant, on s’accroche, le  plus souvent pour le salaire ou en l’occurrence pour les gosses. S’épanouir dans son métier est devenu une attente qui s’est transformée en une frustration. Puisque dans le cas de la BPM, comment s’épanouir lorsqu’on manque de moyens, qu’on ne peut parfois pas envoyer des pédophiles derrière les barreaux quand ils s’appellent de la Faublaise (Louis-Do de Lencquesaing) et qu’on nous sert toujours plus d’horreurs dans notre assiette jour après jour? Prenons une minute pour prendre la mesure de ces policiers qui tentent de protéger les enfants. Ils passent leur journée à essayer de se détacher de l’enfer.

On vous juge pas. On s’en fout.

Ces policiers qu’on pense peu respectueux parce qu’ils se moquent de la fugueuse ou de l’adolescente qui suce des garçons pour récupérer son téléphone. Ils essaient juste de se défendre comme ils le peuvent car il n’y a pas de gilet par balles émotionnels qui protège du viol sur mineur. Alors comme le dit Fred qui juge le reportage de Mélissa Zahia un peu léger et essaie d’attirer son attention sur la difficulté du métier:

C’est pas que ça ce qu’on fait. C’est plus complexe que ça. 

L’équipe s’engueule, elle reste néanmoins soudée. Car il faut se serrer les coudes. Nous avons tous nos problèmes. Certains arrivent à laisser leurs problèmes d’ego à la maison comme Beauchard. Il n’est pas patron de la brigade pour rien. Certains préfèrent s’épancher sur leur malaise comme une façon de mieux se faire plaindre. D’autres n’arrivent pas à en parler du tout, ça n’est pas mieux. D’autres, comme Iris, font mine d’être imperturbables et se comportent avec une violence verbale inouïe. La preuve, Nadine finit par riposter de manière explosive et inattendue.

Iris est pourtant une bonne flic. Elle est à l’affût de la femme qui secoue son bébé dans la rue. Fait des heures supp pour aider ce petit garçon victime de pédophilie à ne pas arrêter la gymnastique. Son travail est reconnu puisqu’elle monte en grade. Elle s’est néanmoins isolée. Lorsqu’elle est nominée, est-elle submergée par la responsabilité accrue qu’elle va devoir endosser? Ou est-elle profondément déçue de voir que le groupe, son groupe, de l’autre côté de la table, ne montre pas le moindre signe d’émotion à l’annonce de sa promotion? Elle se sent à l’abandon.

Chacun fait de son mieux, comme il peut. On se soucie, dans une certaine limite. Jusqu’ici tout va bien. Pas pour Iris en tout cas. Elle a manifestement envie de rendre son tablier, submergée par l’urgence. Contrairement à Mélissa Zahia, Iris n’a pas le luxe de pouvoir habiter en face et traverser la rue dès que ça lui chante. Elle n’a pas la chance d’être un témoin du monde.

polissedocu

Iris est en plein dans la bataille. Et dans son milieu, pour certains, rendre son tablier ça veut dire se passer par la fenêtre ou se mettre une balle dans la tête. Et personne ne voit jamais rien arriver malheureusement.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

5 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.