L’OEUVRE SANS AUTEUR – 1E PARTIE

L’OEUVRE SANS AUTEUR – 1E PARTIE

Florian Henckel von Donnersmarck, 2018

LE COMMENTAIRE

Le peuple est assez régulièrement trompé par ceux qui les dirigent. Pour un Général de Gaulle qui se retire avec classe, combien s’accrochent à leur chaise? Quand ceux qui gouvernent mettent la barre haut et qu’ils ratent leurs objectifs, le peuple trinque. Les Allemands moribonds ont cru au Reich de mille ans promis par Hitler. L’ivresse n’aura duré que quelques années, pour une gueule de bois de près d’un demi-siècle. L’homme à qui l’on offre le bouquet de fleurs aujourd’hui est celui-là même qui nous étouffera demain.

LE PITCH

Un jeune artiste essaie de trouver sa voie entre Allemagne Nazie et Allemagne de l’Est.

LE RÉSUMÉ

À l’aube de la Seconde Guerre mondiale, le petit Kurt Barnert montre déjà de belles capacités artistiques. C’est la pire des époques pour lui. À Dresde, les Nazis crachent sur l’art dégénéré.

Qu’est-ce que ça à avoir avec l’Art?

Sa tante, la jeune Elisabeth May (Saskia Rosendahl) l’encourage à ne jamais détourner les yeux, parce que tout ce qui est vrai est beau. Malheureusement, les délires créatifs d’Elisabeth passent mal. Jouer du piano nue puis se frapper la tête avec un vase sous prétexte d’avoir trouvé la note de musique absolue n’est pas quelque chose que les Allemands pouvaient comprendre. Elle est diagnostiquée schizophrène et envoyée dans un hôpital psychiatrique.

Les Nazis neutralisent les handicapés de toute nature parce que les ressources ne sont pas illimitées et que les bien portants doivent être les premiers à en profiter – surtout ceux qui ont les yeux bleus et les cheveux blonds. Puis les choses s’accélèrent. Il faut libérer de la place. Tous les patients dont la fiche sera taxée d’un + rouge seront déportés.

Votre stylo. Votre épée.

Le Professeur Carl Seeband (Sebastian Koch) n’hésite pas longtemps avant de condamner Elisabeth, bien que celle-ci le supplie. La discipline Nazie ne s’embarrassait pas avec des états d’âme. Elisabeth est interné dans un camp d’extermination dont elle ne reviendra pas.

Les années passent. Les Alliés rasent Dresde. Seeband est capturé par les Soviétiques qui le condamnent à mort. Alors qu’il attend son tour en prison, le Professeur aide à mettre au monde le fils d’un officier Russe qui le protège et détruit son dossier pour lui offrir une seconde chance à l’ancien SS.

Qui sauve une vie sauve le monde entier. Tu as sauvé mon monde. Je m’assurerai personnellement que personne ne touche à l’un de tes cheveux.

Kurt (Tom Schilling) a grandi et travaille comme ouvrier. Son père paie cher son adhésion tardive au régime Nazi : aucune école ne veut l’embaucher (cf Allemagne Année Zéro). Le patron de Kurt remarque son talent et soutient sa candidature à l’école des beaux arts de Dresde. Sous le régime communiste, le discours n’a finalement pas changé. Picasso est mis à l’index.

Kurt tombe amoureux de Ellie (Paula Beer), une jeune styliste qui, tout comme lui, est frustrée par le manque d’originalité artistique dont fait preuve le régime. Il ignore qu’Ellie est la fille de Seeband. Le jeune homme emménage dans la résidence des Seeband où un appartement se libère – ce qui lui permet de voir Ellie plus fréquemment.

Les relations avec Carl sont mauvaises. Ellie tombe enceinte. Kurt sait très bien qu’il ne pourra pas s’épanouir artistiquement au pays du réalisme socialiste, ni amoureusement avec Seeband dans les parages. Il est temps de regarder vers l’Ouest.

oeuvre sans auteur 1

L’EXPLICATION

L’oeuvre sans auteur – 1e Partie, c’est comprendre.

Trop nombreux sont les protagonistes du grand film de la vie qui ne comprennent pas l’histoire dont ils sont pourtant acteurs eux-mêmes . Ils vivent les événements de manière passive, comme si tout s’imposait à eux. Une bonne raison de se plaindre à longueur de journées et de répéter qu’on ne comprend pas. Par exemple, les Trois Frères affirment ne pas comprendre pourquoi ils ne peuvent pas toucher leur héritage…

Il est sûr que vu comme ça, on peut regarder la croisière du haut du pont et ne pas voir venir l’iceberg en face (cf Titanic).

Elisabeth ne comprend ce qui se passe que trop bien. Son extra lucidité la disqualifie. Elle ne fait pas peur parce qu’elle se frappe le cadre avec un vase, nue dans le salon. Elle fait peur quand elle devine que l’officier Nazi déteste sa femme sur la base d’une photo, ou qu’elle explique à Seeband que sa fille a un grand coeur sur la base d’un dessin. Elisabeth a effectivement percé le secret de l’univers. Parce qu’elle n’a pas su le garder pour elle, le monde va lui faire payer.

Les Nazis croient épurer la planète de la race inférieure alors qu’en réalité, ils éradiquent la beauté. Leur discipline et leurs costumes noirs ont du mal à cacher leur angoisse du monde. Ils veulent le voir grand, structuré, droit parce que ça les rassure. Elisabeth au contraire voit le monde tel qu’il est : divers, différent, bizarre.

Heureusement les Nazis sont comme la Tecktonik : une mode éphémère qui aura duré trop longtemps. Ceux qui ont dansé sur ces rythmes sont morts aujourd’hui ou vivent sous une fausse identité quelque part en Bolivie. Car ils ont honte. Et ils ont raison d’ailleurs.

Les Nazis ont eu Elisabeth mais ils n’auront pas Kurt. Seeband est tenace. Il essaie même de convaincre sa fille d’avorter parce que son expérience de gynécologue lui fait dire qu’aucun jeune couple ne se remet d’un avortement. Kurt est plus malin. Lui aussi a tout compris.

Quelque chose le pousse à nouveau vers le challenge Nazi. Seeband est de nouveau sur sa route. Il va falloir l’affronter, sans en avoir peur.

Kurt n’a pas pu empêcher son père de se pendre. Son 7e sens lui permet cependant de ne pas être pris par surprise par le père de sa petite-amie. Un homme malveillant bien que très lucide par ailleurs lui aussi. Kurt ne sait strictement rien de Carl et il a pourtant déjà tout deviné de lui.

Il sait qu’il a déjà atteint le plafond de son école, n’en déplaise à son professeur.

Tu aurais du travail et même de l’argent!

Je suis désolé. C’est pas pour moi…

Moi, moi, moi…!

L’avenir de Kurt s’écrit avec Ellie. Sa liberté passe par le dépassement de Carl. Le comprendre c’est déjà trouver un élément de réponse. Tout est lié.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.