THE NORTHMAN

THE NORTHMAN

Robert Eggers, 2022

LE COMMENTAIRE

En dépit de toutes leurs bonnes intentions, les religions dites du Livre restent quand même les plus ennuyeuses de toutes. En comparaison, le polythéisme était dans son ensemble beaucoup plus ouvert et créatif, voire même romantique. Quant aux croyances nordiques, elles avaient certainement leur part d’exotisme (cf Midsommar).

LE PITCH

Un jeune viking vit dans le but de venger son père et libérer sa mère.

LE RÉSUMÉ

Le roi Horwendil (Ethan Hawke) rentre sur son île après une campagne triomphale, dont il ramène une belle balafre. Content néanmoins de retrouver sa reine Gudrún (Nicole Kidman) et son fils Amleth (Oscar Novak).

Horwendil invite Amleth à l’accompagner lors d’un rite initiatique conduit par Heimir (Willem Dafoe), visant à préparer le prince héritier à la suite.

You are dogs that wish to become men. Prove you’re not a dog!

Car la suite n’est pas triste… Fjölnir (Claes Bang), le frère du roi, assassine Horwendil pour prendre sa place sur le trône.

Strike brother, strike. But know that bearing a stolen ring make no half-breed a king. Soaked in my blood it will soon be sliding off your arm like a serpent. You kingdom will now last.

Le petit Amleth parvient à s’enfuir, non sans jurer la mort de son tonton.

I will avenge you Father, I will save you Mother, I will kill you, Fjölnir!  

Quelques années plus tard, Amleth (Alexander Skarsgård) s’est mué en guerrier Berserk impitoyable. Rassuré par une voyante (Björk) qui lui prédit la réalisation prochaine de sa vengeance – et la rencontre de la mère de ses deux enfants.

Amleth apprend que Fjölnir vit désormais en exil, après avoir été renversé par le roi de Norvège. Il décide de se faire passer pour un esclave et rejoint un bateau pour l’Islande sur lequel il fait la connaissance d’Olga (Anya Taylor-Joy), une sorcière slave. Une fois arrivé, Amleth devient l’esclave de Fjölnir, qui vit désormais avec Gudrún et leur fils Gunnar (Elliott Rose).

Lors d’une compétition de knattleikr, Amleth sauve la vie de Gunnar. Thorir (Gustav Lindh), le fils ainé de Fjölnir, récompense Amleth en le nommant en charge des esclaves et en lui permettant de choisir son épouse. Ce sera Olga.

Tous les deux se mettent au travail dès la nuit tombée, et jurent de venger le père d’Amleth en tuant Fjölnir, pour mieux libérer Gudrún.

Celle-ci découvre qu’Amleth est toujours en vie. Elle lui révèle qu’elle n’aimait pas Horwendil. Que celui-ci l’a violée.

I never began as his bride. How easily we become princesses again when the beasts take us for their wives.

Qu’elle a expressément demandé à Fjölnir de tuer son frère et qu’elle est bien plus heureuse avec lui.

Que de révélations… Amleth en tombe de sa chaise. Au moins il n’aura pas à libérer sa mère. C’est toujours cela de pris!

Gudrún propose à Amleth de la prendre comme reine lorsqu’il aura renversé Fjölnir. Elle l’embrasse. Mal à l’aise avec l’inceste, Amleth quitte aussitôt la hutte dégoûté, pour aller arracher le coeur de Thorir.

Il est ensuite fait prisonnier mais Olga le libère. Elle annonce être enceinte de jumeaux. Alors que le couple s’apprête à quitter l’Islande, Amleth se rappelle de la prophétie de la voyante.

You must choose between kindness for your kin, and hatred for your enemies.

Le choix est vite fait. Amleth abandonne femme et enfants à venir pour retourner vers l’Islande, craignant pour la santé des héritiers tant que Fjölnir sera en vie. Ce qui peut se comprendre.

Les deux hommes s’affrontent aux portes de Hel, en plein coeur d’un volcan en éruption. Amleth décapite Fjölnir, qui a transpercé le coeur de son ennemi avant de perdre la tête.

Juste avant de mourir, Amleth a une vision d’Olga avec les jumeaux. Une valkyrie le conduit vers le Valhalla (cf Ghost).

Now make your passage.

L’EXPLICATION

The Northman, c’est la vie à la dure.

Quand on pense que les vikings ont été réduits à de vulgaires costumes faits de casques à cornes et de tresses blondes, souvent récupérés par des fans de foot qui clapent bêtement dans les stades. Que des marques d’alcool ou de chewing-gum se revendiquent de l’esprit scandinave, sans honte.

Heureusement, la mythologie nordique est là pour nous rappeler à quel point nous sommes de tout petits êtres ridiculement fragiles. Ce ne sont pas nos séances de crossfit, documentées sur les réseaux sociaux, qui feront illusion.

La vie en Scandinavie n’avait strictement rien à voir avec celle que nous connaissons aujourd’hui.

Elle était marquée par des drames familiaux comme on n’en connait plus vraiment. Le genre de traumatismes qui foutent une vie en l’air. Amleth assiste à la mort de son père ce qui le rend haineux jusqu’à la fin de ses jours.

Hate is all I’ve ever known. I wish I can be free of it. (…) My heart knows only revenge.

On ne parlait pas de résilience en ces temps-là!

À l’époque, il fallait montrer de quel bois on se chauffait, sinon on mourrait tout de suite. Aucune parité. Les mâles alpha dominaient, et ils ne sentaient pas la myrrhe – c’est le moins qu’on puisse dire. De vrais leaders.

Show the shepherd you aren’t a sheep!

Les team players étaient réduits à l’esclavage. Pas de livre faisant l’apologie de l’introversion. À vrai dire, pas de livre tout court.

Aujourd’hui on vient chouiner à propos du dérèglement climatique. On se plaint quand il fait 40° à l’ombre et un petit 18° dans les centres commerciaux.

-1100 avant Al Gore, il fallait endurer des chocs thermiques incroyables. La rudesse de l’hiver et la chaleur infernale des volcans. Le tout, torse nu, sans vêtement technique.

Les existentialistes que nous sommes devenu·es sont convaincu·es d’être en maîtrise de chacune de nos décisions. Paralysé·es à l’idée de prendre la mauvaise.

En d’autres temps, les vikings avaient compris ce que les Grecs ne savaient que trop : tout est cyclique. Pas besoin de se prendre la tête. Le destin choisit pour nous. Rien ne sert de broncher, encore moins d’avoir peur.

Always live without fear, for your fate is set and you cannot escape it!

Aujourd’hui on s’affronte dans des débats qui n’ont aucun enjeu. On peut dire toutes les bêtises du monde sans craindre quoi que ce soit.

À l’époque, il fallait savoir manier l’épée, si possible en hurlant, pour ne pas se faire percer le coeur, ou couper la tête.

Aujourd’hui, on n’est responsable de rien en aucune manière (cf Courage Fuyons, Le Procès). On se planque (cf Le Pianiste). Se dérobant à la moindre occasion. Mieux, on blâme les circonstances ou on accuse les autres.

À l’époque on avait encore le sens des valeurs (cf Des hommes d’honneur). Les hommes auraient pu se regarder dans la glace, s’il y’en avait eue. Amleth plonge pour retourner finir le travail. Il se sacrifie pour sa famille. Sans question.

Live in honor!

C’était l’unique manière d’être accepté·e au Paradis.

La finalité dans la vie.

Car oui le Paradis existe bien.

Mais certainement pas pour nous.

LE TRAILER

Cette explication de film n’engage que son auteur. 

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.