N’OUBLIE JAMAIS

N’OUBLIE JAMAIS

Nick Cassavetes, 2004

LE COMMENTAIRE

Certains sourires de circonstances parviennent à tromper les apparences. Ces sourires, il en existe des milliers et ils ont pour caractéristique de tous se ressembler. Puis il existe d’autres sourires, plus déterminés. Ces sourires se distingue par leur authenticité. Ils traduisent une émotion particulière à l’encontre d’une autre personne. Certains regards ne trompent pas non plus.

LE PITCH

Un vieux monsieur rend visite à une vieille dame souffrant de démence.

LE RÉSUMÉ

Dans une maison de retraite, Duke (James Garner) fait le récit à Allie (Gena Rowlands) d’une histoire impossible : celle d’un jeune homme du nom de Noah Calhoun (Ryan Gosling) tombant amoureux de la jeune Allison Hamilton (Rachel McAdams), dans la Caroline du Sud des années 40.

It was an improbable romance. He was a country boy. She was from the city. She had the world at her feet, while he didn’t have two dimes to rub together.

Noah multiplie les belles promesses mais doit lutter contre des vents contraires, qu’il s’agisse de Fin (Kevin Connolly) ou des parents d’Allison. La mère d’Allison (Joan Allen) lui défend formellement de revoir Noah. La famille Hamilton déménage à Charleston sans que Noah puisse dire au revoir à sa belle. Noah écrit chaque jour à Allison. Sa mère intercepte le courrier. En absence de nouvelle, il décide de s’engager dans l’armée et part faire la guerre. De son côté Allison, s’engage comme infirmière et tombe amoureuse de Lon Hammond Jr (James Madsen). Elle se fiance pour le plus grand soulagement de sa mère.

Après la guerre,  Noah et Allison se croisent à nouveau dans Charleston… pour se faire des reproches.

Why didn’t you write me? Why? It wasn’t over for me, I waited for you for seven years. But now it’s too late.

I wrote you 365 letters. I wrote you everyday for a year.

You wrote me?

La mère d’Allison passe aux aveux concernant le courrier, créant une confusion dans le coeur de sa fille qui n’en attendait pas plus pour rompre avec Lon Hammond Jr.

Allison est Allie. Elle souffre de la maladie d’Alzeihmer. Quelques éclairs de lucidité lui permettent de se rappeler son mariage avec Noah. Elle a écrit leur histoire dans un carnet de notes de manière à ne pas oublier.

Duke est Noah. Victime d’une attaque cardiaque, il doit être hospitalisé. À sa sortie, il retourne voir Allie qui a retrouvé momentanément ses esprits. Inquiète, elle lui demande ce qui se passera le jour où elle aura tout oublié pour de bon. Noah la rassure afin qu’ils s’endorment paisiblement ensemble.

Le lendemain, une infirmière les retrouve tous les deux côte à côte, « morts de leur belle mort ».

L’EXPLICATION

N’oublie jamais, c’est une promesse romantique comme on n’en fait plus.

La romance est la solution qui permet au couple de s’inscrire dans la durée. Grâce à cette forme de boussole qui nous rappelle sans cesse le cap qu’on s’est fixé, il devient possible de traverser les tempêtes (cf Jeux d’enfants, les noces rebelles). Car la réalité du couple est tempétueux. Au cours de ce long voyage, les années peuvent s’étendre à n’en plus finir. Le quotidien nous mine (cf Vivarium). Si l’Amour est évident, il n’a rien de simple. Noah tente de l’expliquer à Allison la rêveuse dès leur première rencontre.

So it’s not gonna be easy. It’s going to be really hard; we’re gonna have to work at this everyday, but I want to do that because I want you. I want all of you, forever, everyday. You and me… everyday.

Le couple est miné par les insécurités de l’un ou de l’autre (cf Love). Il faut tout la force de conviction de Noah pour qu’Allison se permette enfin de vivre son histoire d’amour.

Get in the water.

No! I’m scared.

Get in the water!

Le couple n’est pas un acquis. L’homme doit toujours être présent, sinon il est remplacé. La preuve, Noah doit sans cesse courir après Allison qui s’est fiancée avec un autre, par facilité.

It’s not about following your heart and it’s not about keeping your promises. It’s about security.

Au delà des disputes, il y a l’oubli (cf Still Alice). À la longue, on ne sait plus pourquoi on est ensemble. On s’accroche à des photos comme à des preuves. Et la romance devient une histoire embellie, qu’on se raconte régulièrement pour se rappeler que ça vaut le coup, ou plutôt se convaincre que ça en vaut encore le coup. L’histoire, la vraie, ne s’est peut-être pas passée comme ça. Allison doute. Elle a besoin d’être constamment rassurée:

It was real, wasn’t it? You and me. Such a long time ago, we were just a couple of kids. But we really loved each other, didn’t we?

Si tout ne s’est pas exactement déroulé ainsi,  peu importe. Du moment qu’Allison y croit. Le carnet de notes d’Allie est son propre livre des évangiles – racontées par un homme devenu expert en storytelling.

You need to learn how to trust.

Les meilleures histoires sont souvent les plus classiques, comme celle de la princesse et du crapaud.

I am nothing special; just a common man with common thoughts, and I’ve led a common life. There are no monuments dedicated to me and my name will soon be forgotten. But in one respect I have succeeded as gloriously as anyone who’s ever lived: I’ve loved another with all my heart and soul; and to me, this has always been enough.

À la fin, on finit tellement par se donner l’impression de surfer sur les années. Tout ce qui nous reste sont des souvenirs plus ou moins précis (cf Total Recall), et quelques rides au front comme le chantait le grand Charles. Les rides on ne peut pas les effacer. Par contre, les souvenirs on peut les ré-écrire si besoin pour ne garder que le meilleur.

Faire de notre histoire autre chose qu’un amour de vacances de Christophe Rippert. On se parle d’un amour bien ficelé qui nous donne l’impression d’être invincibles. Une potion magique contre les légions romaines, notre placebo.

Do you think our love, can take us away together?

I think our love can do anything we want it to.

Aujourd’hui, on a considérablement réduit l’espace temps de la relation (cf Newness) qui prend la forme d’un contrat à durée déterminée (cf La La Land). L’éternité est trop loin de nous. Il faut vivre dans la vérité de l’instant. On ne veut donc plus se raconter d’histoire. Malgré tout, on n’en est pas moins malheureux (cf Marriage story).

L’amour reste du patinage artistique, mais en individuel. Mieux vaut être seul(e) que mal accompagné(e), et comme personne n’est jamais vraiment à la hauteur de notre talent… On collectionne les aventures comme autant de followers redevenus anonymes sur les réseaux sociaux. En fait, on n’a plus besoin de qui que ce soit. Les réalistes que nous sommes devenus prennent sans le savoir le risque de finir seuls dans leur amnésie, ou sur leur lit d’hôpital.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.