JEUX D’ENFANTS

JEUX D’ENFANTS

Yann Samuell, 2003

LE COMMENTAIRE

Les enfants ne se posent pas de question. Ce qui veut dire qu’ils ont le courage d’embrasser qui ils veulent, sur un coup de coeur, sans ce soucier des conséquences. L’inconvénient quand on ne se pose pas de question, c’est précisément qu’on ignore que notre vie n’est précisément qu’une suite de conséquences  (cf Retour vers le Futur). L’enfant n’a pas besoin d’assumer. Il peut se cacher derrière son statut. L’adulte n’a aucune excuse (cf Un Moment d’égarement).

LE PITCH

Un couple se retrouve prisonnier du grand manège de l’amour.

LE RÉSUMÉ

La mère du petit Julien (Thibault Verhaeghe) souffre de métastases. Avant de mourir, elle confie un petit manège à son fils. Sur le chemin de l’école, il croise la petite Sophie (Joséphine Lebas-Joly) que les autres enfants tyrannisent à cause de ses origines polonaises. Julien lui propose son manège pour la réconforter.

Sophie non plus n’avait plus rien de précieux. Alors il fallait partager.

Julien demande à Sophie si elle voudra bien le lui rendre un jour. Celle-ci accepte à la condition qu’il lui montre s’il est à la hauteur. Le manège se mérite. S’engage alors un jeu de cap’ ou pas cap’ entre les deux enfants.  

Julien et Sophie deviennent rapidement les meilleurs amis, comme frère et soeur. Ils multiplient les bêtises jusqu’à tomber amoureux l’un de l’autre à l’âge adulte. Julien (Guillaume Canet) et Sophie (Marion Cotillard) s’embrassent. Ce bisou anodin va tout changer.

Car les choses deviennent apparemment plus sérieuses pour Sophie que pour Julien. Il ne s’en rend pas compte, comme s’il s’agissait toujours d’un jeu. Elle s’agace de son immaturité. Et puis la vie s’en mêle à nouveau. Le père de Julien fait du chantage affectif à son fils et le contraint à prendre ses distances avec son amie. Les études d’abord!

C’est fini de jouer!

D’incompréhension en incompréhension, ils finissent par se blesser, puis se faire souffrir et même se venger. Julien monte un scénario pour faire croire à Sophie qu’il va la demander en mariage alors qu’elle ne sera que son témoin. Julien se marie avec une autre. Sophie ruine la cérémonie. Après quoi, Julien la laisse presque se faire écraser par un train.

Va en enfer!

La réponse de Sophie est cinglante :

Ok. On se revoit pas pendant dix ans.

Dix ans de purgatoire pendant lesquels tous les deux vivent séparément, sans se donner de nouvelle. Sophie se marie avec le footballeur Sergei Nimov Nimovitch (Gilles Lellouche) à qui elle n’a jamais dit Je t’aime. Julien de son côté s’ennuie comme un rat dans sa vie de papa. Il se résout au bonheur fade de sa vie : l’amour, la famille, le boulot.

À l’anniversaire de leurs dix ans de séparation, ils se retrouvent et scellent définitivement leur amour dans le béton.

C’est comme ça qu’on a gagné la partie. Ensemble. Heureux. Et là, au fond du béton, on a enfin partagé notre rêve d’enfant : le rêve d’un amour sans fin…

Sous un arbre, un octogénaire dit Je t’aime à sa compagne. Leur baiser ravive en eux les souvenirs de leur amour de jeunesse qui n’a pas pris une ride.    

L’EXPLICATION

Jeux d’enfants, c’est le ciment de l’amour.

On dit que les grands esprits se rencontrent. C’est un peu comme ça que Julien tombe sur Sophie, par hasard. Parce qu’il fait bien les choses dit-on. Le hasard, pas Julien.

Entre eux, c’est tout de suite le coup de foudre. Tout va bien tant qu’ils sont enfants et que rien n’est grave. Puis lorsqu’ils deviennent grands, ils ne savent soudainement plus comment gérer ces beaux sentiments qui leur brulent le coeur. La taquinerie se transforme en perversion. Ils se refilent la patate chaude et réclament sans cesse une preuve d’amour pour se rassurer. 

Tu donnes et tu reprends… Si tu la veux vraiment prouve le moi! 

Voilà comment ce petit jeu se retourne contre eux. C’est un peu comme s’ils avaient peur de souffrir. Ils fuient chacun à leur façon. Sophie craint que l’amour de Julien ne soit pas sincère et préfère se réfugier dans une relation d’amitié. De son côté, Julien a peur de s’engager. Il joue les coqs sans s’apercevoir que Sophie a besoin d’autre chose. Il finit par multiplier les maladresses. Tous les deux sont frustrés et s’en veulent d’être aussi naïfs. 

J’imagine que je nous voyais continuer comme ça pendant des années. Quelle conne.

Ils ne communiquent que pour se faire des reproches.

Tu quémandes ta vie au lieu de la diriger.

Ils n’y arrivent plus. Leur erreur consiste à essayer de continuer de jouer à ce jeu comme des adultes responsables en essayant de tout concilier : faire plaisir aux autres tout en ménageant leurs ego respectifs. La solution leur apparaît enfin quand ils retrouvent leur âme d’enfant. Tout s’éclaircit. Et tout redevient à nouveau possible.

J’suis cap’ de tout.

Ils retrouvent l’Amour, le vrai, avec une majuscule, celui qui ne rend pas triste (cf Love), celui qui dure, plus fort que les années (cf Interstellar). Cet Amour là est la vie. Il rend éternel. On ne s’y sent pas prisonnier, contrairement à ce qu’on pourrait craindre. À deux, on est simplement plus fort. Cet amour là est possible pour peu qu’on garde la flamme de son espièglerie. Pourquoi devrait-on tout assumer quand on est adulte? Quel intérêt de toujours essayer de bien faire? Qu’est-ce qui fait qu’un beau jour, nous devrions laisser une maladie décider? Qui peut nous imposer la fin des réjouissances?

Ces deux octogénaires ont vécu leur vie comme de grands enfants. Ils le sont toujours, à pisser sur le tapis ou manger des caramels mous malgré leurs appareils dentaires. En restant des enfants et en prenant la vie comme un jeu, ils ont percé le secret de l’Amour. Ce qui leur a permis d’être portés toute une vie dans un voyage parfois chaotique mais terriblement passionnant.

Ces enfantillages leur ont permis de se détacher du regard des autres. Ces bêtises ont fait cicatriser la douleur. Julien et Sophie ont pris tous les risques au nom de l’Amour. Ils ont pu accepter la souffrance de la séparation et réaliser qu’il est possible de se quitter sans jamais se perdre (cf La La Land). Quand l’Amour est coulé dans ce ciment là, il ne s’effondre pas.  

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.