RÉALITÉ

RÉALITÉ
Quentin Dupieux, 2014

LE COMMENTAIRE

Quel plaisir d’être dans une salle obscure, pleine à craquer, et d’être le seul à rire au beau milieu du film. Quel sentiment de plénitude. Une manière naturelle de se démarquer – en dehors de son noeud papillon. Crier qu’il fait chaud. Éveiller la jalousie. Jeter le trouble chez les autres qui se demandent forcément pourquoi un inconnu se met à rire à ce moment précis. Pourquoi pas eux? Les cinéphiles se demandent avec angoisse ce qu’ils ont raté. Tout. Ils ont tout raté. Ce sont tous des cons, sauf moi.

LE PITCH

Un caméraman veut passer derrière la caméra.

LE RÉSUMÉ

Jason Tantra (Alain Chabat) est technicien sur un plateau de TV où le présentateur Dennis (Jon Heder) écoute Jacques (Brad Greenquist) parler de sa recette de tarte aux fraises. Dennis n’arrête pas de se gratter (cf Bug), il est convaincu qu’il souffre d’eczema. Il est par contre le seul à voir ses boutons…

Jason a de l’ambition. Il veut réaliser son premier film d’horreur qui s’appellerait Waves et qui raconterait l’histoire de postes de TV qui tueraient les spectateurs. Il pitch son projet au producteur Bob Marshall (Jonathan Lambert) qui est véritablement conquis. Il faut dire que Marshall est en train de s’arracher les cheveux avec Zog (John Glover), un réalisateur plutôt pédant dont il ne comprend pas la direction artistique.

Bob Marshall a un coup de coeur pour Jason mais se pose la question de la souffrance des personnages. Il veut un gémissement qui marque les esprits. Jason n’y a pas pensé.

Pour être honnête, j’ai pas vraiment réfléchi à ce détail.

Oui mais c’est un détail important!

Bob lui donne 48h. Jason commence ses enregistrements, ce qui a le don d’agacer sa femme (Élodie Bouchez) pendant qu’elle fait ses séances de psychanalyse. Jason se désole de voir que son film est déjà sorti au cinéma.

Oh putain, c’est mon film! Y’a un type qui a eu la même idée que moi!

Il panique et réclame un peu d’encouragements de la part de Bob qui lui donne 24h de plus dans sa grande mansuétude.

Dennis s’est fait virer et pourchasse Jason, qui commence effectivement à se voir en double.

I think we’re the same person.

Le cauchemar confine à l’absurde et devient réalité, comme le nom de cette petite fille (Kyla Kenedy) qui joue dans le film de Zog. Jason ne s’en sort pas et se rend dans un hôpital psychiatrique.

Je souhaite être interné parce que je suis en train de perdre les pédales.

Il appelle Bob depuis l’hôpital pour le prévenir que ça va mal. Il est en fait dans le film de Zog, en direct, alors qu’il parle au téléphone à Bob qui n’en croit tout simplement pas ses yeux. Ce n’est plus la réalité, c’est du génie. Le film va se faire. Y’a plus qu’à! La recette de Jacques a fonctionné.

I put the strawberries in a damp cloth. And then I rub them. So gently that way you don’t damage the skin. 

L’eczema était bien dans notre tête.

It’s on the inside… the inside of your head.

realite

L’EXPLICATION

Réalité c’est une pression de malade mental.

À l’origine, il y a une aspiration assez simple :

What is your goal in life?

To be happy.

Mais nous sommes un tout petit peu plus ambitieux que Jacques. Jason rêve de plus qu’une charlotte aux fraises. Dream bigger. C’est ce qui le conduit à rencontrer la plus haute autorité du métier : le producteur. Le producteur fixe les règles. Il nous teste pour voir ce qu’on a dans le bide, bien que les tripes ne servent pas à grand chose.

Insides serve no purpose.

Le producteur veut voir comment on fume, comme on encaisse le stress. Il veut voir si on délivre. Il met un coup de pression, en posant les questions qui font mal.

Si ça te prend autant de temps de trouver un gémissement, tu vas le faire en combien de temps ton film?

Le producteur montre la marche à suivre et nous on fait le reste. Jason commence à faire des cauchemars. Il demande un peu d’indulgence. Alors le producteur en rajoute une couche.

Plus j’attends, plus je vais être exigeant… 

Il faut dire que Bob s’impose beaucoup de pression lui-même. Il n’est pas là pour s’amuser. Il doit faire du fric. Il faut faire tourner la planche à billets. On ne rigole pas avec les cigares.

Regarde comme c’est beau. Ça coûte la peau du cul.

Sous la pression, certains se concentrent. Ils ne sont pas nombreux. Car en réalité tout le monde disjoncte. Dennis somatise et se gratte de partout. Il finit même par insulter la costumière comme pourrait le faire un député LREM .

The matter is this bitch doesn’t want to listen to me and go back to our old detergent.

Jason fait des cauchemars dans lesquels il ne peut pas se lever de son siège pour aller chercher sa récompense. Il ne peut pas refuser de fumer même s’il n’aime pas ça, comme Melissa Thompson ne pouvait pas refuser à Harvey Weinstein de lui mettre la main sur la cuisse. Melissa Thompson pouvait pas se douter que le flirt à la Weinstein c’est pas vraiment le flirt comme l’entendait Michel Delpech.

Jason vit dans l’ombre des maîtres qui conduit à des querelles de couple ridicules.

Tu crois que Kubrick s’enregistrait des heures comme ça comme un con?

Je m’en branle de Kubrick. Chacun ses méthodes!

Il y a l’angoisse que son travail soit moins bien en vrai que dans sa tête. C’est une possibilité.

Le film existe, je l’ai vu… et il est très mauvais.

On se prend la tête avec des cérémonies de remises de prix qui nous flattent l’ego. On en perd le plus important : l’inspiration. On finit à l’asile à se faire menacer par une infirmière de se prendre un suppositoire par les voies anales. C’est pas de la rigolade la pression. C’est très réel. Les gens pètent les plombs. Il n’y a que Murielle Pénicaud pour dire que le burn out n’est pas une maladie professionnelle. La sécurité sociale ne s’en remettrait peut être pas. Et pourtant…

Les gens souffrent, ils souffrent à fond!

C’est dommage de se mettre minable pour tout ça parce qu’on n’a qu’une vie, jusqu’à preuve concrète du contraire. On est capable de choses géniales. La clé consiste peut-être à ne pas oublier la base : la tarte aux fraises.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.