L’INTOUCHABLE HARVEY WEINSTEIN

L’INTOUCHABLE HARVEY WEINSTEIN

Ursula Macfarlane, 2019

LE COMMENTAIRE

L’image du cycliste entouré de deux hôtesses n’est rien d’autre qu’une représentation d’un système qui révolte tout autant les féministes (cf Je ne suis pas un homme facile) que les partisans d’un sport moins hypocrite (cf Icarus). On peut faire tomber le cycliste pour dopage ou remplacer les hôtesses… Rien ne changera sans un mouvement de fond.

LE PITCH

Portrait du producteur-prédateur le plus célèbre d’Hollywood.

LE RÉSUMÉ

Le jeune Harvey Weinstein a commencé comme promoteur de concerts à Buffalo. Son talent relationnel indéniable et son goût pour le marketing le rendent très vite incontournable. Et pourtant ses méthodes envers les femmes sont déjà plus que douteuses. Son pouvoir grandissant, les choses ne vont pas s’arranger.

Harvey quitte Buffalo et la musique pour New York et le cinéma. Il fonde avec son frère la société de production Miramax, en hommage à leurs parents.

Les premiers paris sont gagnants. Sexe, mensonges et vidéo fait un carton. Cinema Paradiso, My Left Foot, La Leçon de Piano, Pulp FictionLa Vie est Belle, Le Patient Anglais… Tous ces chefs d’oeuvre font partie de l’écurie Miramax.

En coulisses, des rumeurs sordides de harcèlement commencent à se multiplier – discrètement. Les langues se délient encore difficilement aujourd’hui. Rendez-vous dans la chambre d’hôtel, demandes de massage illicite, absence de port de pantalon, absence de port de sous-vêtements, mains baladeuses, exhibitionnisme, proposition indécente, viol… Les victimes racontent la façon abjecte dont cet homme de pouvoir profitait de sa position pour parvenir à ses fins.

Il utilisait la menace :

Do you really want to make me an enemy for 5min of your time? (…) Do you know who I am??

Quand cela ne suffisait pas, il se montrait insistant et utilisait carrément la force :

He just pushed and pushed… He’s huge. I dont know how to explain. I thought if I just shut up it will be over in a few minutes.

Miramax n’opérait pas autrement. La pression était énorme. D’après les témoignages d’anciens collaborateurs, la compagnie a cassé bon nombre de personnes. Harvey fonctionnait donc avec les femmes comme à son habitude. À l’image du loup de Wall Street, il n’acceptait pas qu’on lui dise non – ni dans les salles de réunion, ni dans sa chambre d’hôtel.

He really thinks he’s telling the truth. In his mind, ‘if I get what i want it was consensual’.

Au travail, son exigence paie. Les films Miramax ont la formule gagnante. 1 Oscar par an minimum. Disney rachète cette poule aux oeufs d’or – nonobstant le manque d’éthique de la société déjà assignée plusieurs fois en justice pour harcèlement sexuel mais qui s’en sort toujours par des arrangements financiers. Le silence se monnaie. L’argent continue de tourner. Tout va bien.

Why rock the boat?

Dans l’intimité, ses abus scandalisent. Comme souvent, les hommes de pouvoir finissent par devenir trop gourmands. Les écarts de conduite d’Harvey toujours trop nombreux finissent par devenir la norme. Il insulte les journalistes en se prenant pour Dieu.

I’m glad i’m the fucking sheriff of this shit ass town.

Son attitude commence à sérieusement gêner. On pardonne jusqu’à un certain point, même au Sheriff. À Hollywood, on ne se cache plus pour s’en moquer. Au journaliste qui lui demande si elle a un conseil à donner aux jeunes actrices, Courtney Love répond de ne jamais accepter d’invitation de la part d’Harvey Weinstein. Disney rachète les parts des frères Weinstein pour les sortir de Miramax. Le vent tourne. À New York, les journalistes d’investigation sont dans les starting blocks.

Weinstein tente de se protéger en participant à des galas féministes, en faisant des donations à des oeuvres, en posant avec Alexandria Ocasio-Cortez. Quelle farce! Le despote embauche également des agences d’influence pilotées par d’anciens espions israéliens (cf Munich).

Cela n’empêche pas les papiers de sortir (cf Spotlight). Les plaintes sont nombreuses. Weinstein fait la une du New York Times et du New Yorker. Le procès est en marche. Le mouvement #metoo aussi.

Benjamin Brafman, le représentant des causes perdues (cf L’avocat de la terreur), s’empare du dossier. L’intouchable a le culot de plaider non-coupable, arguant que ces relations sexuelles étaient toujours consenties.

To be continued

harvey

L’EXPLICATION

L’intouchable Harvey Weinstein, c’est l’arbre qui cache la forêt.

Quel problème se cache derrière l’affaire Weinstein?

#1 L’abus de pouvoir

He used this power to exploit these girls’ dream.

Oui. Ce qu’on appelait le droit de cuissage. Le Roi se permet tout quand le pouvoir lui monte à la tête. Lord Acton ne disait-il pas lui même que le pouvoir corrompt absolument tout? Alain ne disait-il pas que tout pouvoir rend fou? Pour éviter les dérives, il est nécessaire de réguler. Demandons-nous maintenant pourquoi Jacques Chirac a déclaré que le pouvoir ne se partageait pas.

#2 Le silence

How did he get away with it for so long??

Quels sont les amis puissants d’Harvey Weinstein qui l’ont protégé toutes ces années? Pendant trente ans, les gens savaient et personne n’a rien dit. Quentin Tarantino le premier. C’est long trente ans. Ça fait beaucoup de victimes. Qui sont les marionnettistes qui ont laissé faire (cf Dans la peau de John Malkovich)? Des contrats tacites ou officiels étaient passés avant ou après le crime. L’omerta est toujours difficile à rompre. Certaines ont réussi à dénoncer.

You have a choice to make. You can ignore it. I’m not that kind of person. I left shortly after. And I said to Bob ‘your brother is a PIG!’.

#3 La manipulation psychologique

Remember I’ve always been loyal to you. I’m the good guy.

De l’avis de tous, Weinstein était un homme charmeur qui pouvait se transformer en monstre. Il a blessé physiquement ses victimes mais il les a surtout détruites mentalement en les groomant (cf Leaving Neverland) puis en réfutant le rôle du méchant. Comble de l’ironie, des femmes abusées par le producteur se sont retrouvées à devoir remercier leur bourreau en public au moment de récupérer leur récompense. Il violait des femmes qu’on accusait par la suite d’avoir cherché à coucher avec le producteur pour avoir le rôle. Inversion des rôles. Vicieux. Très vicieux…

He left me with no way out.

#4 Le système

Everybody does this.

Hollywood ou Cannes sont autant de forêts remplies de loups sans scrupule et de chaperons rouges faussement naïfs. Le politiquement correct nous empêche de parler de l’ambition dévorante de certaines actrices prêtes à presque tout pour percer.

I was so happy. I’m going to work for a huge person in the industry. Thank you God!

Ce serait insinuer que certaines ont joué le jeu de Weinstein – en conscience. Tant qu’à être politiquement incorrect, demandons-nous si certaines actrices se seraient retournées contre Weinstein si celui-ci n’avait pas été aussi répugnant? À la fin, c’est une question de choix et d’éthique personnelle. Personne n’a mis un revolver sur la tempe de ces professionnelles afin qu’elles montent dans la voiture de Weinstein. Discute-t-on d’un rôle dans une chambre d’hôtel juste parce que ça se fait dans l’industrie (cf Promotion Canapé)? Ça parait un peu ridicule dit comme ça.

You take risks. You say ‘yes’. I could either go home or take the adventure.

#5 Une goutte d’eau dans l’océan

Le vrai problème avec Harvey Weinstein c’est qu’il n’est qu’une tête de gondole dans un supermarchés de cochons. Oui il est un vilain personnage. Et il est loin d’être le seul. Il y en a encore plein d’autres.

There is an Harvey Weinstein in every industry.

Et non des pires, quand on voit ce qui s’est passé récemment avec Jeffrey Epstein, retrouvé suicidé dans sa cellule alors que de nombreux grands noms risquaient d’être mêlés à son procès. Bizarre. D’habitude on ne meurt pas dans les cellules américaines. En tout cas, pas autrement que sur une chaise électrique (cf La Ligne Verte) ou par injection (cf La dernière marche).

On parle d’Harvey Weinstein. On ne parle plus des propos tenus par l’homme le plus puissant des États-Unis. Celui qui viole l’électorat américain quasi-quotidiennement à coups de grossièretés, de bêtises et de mensonges. Le nom de Trump était également cité dans le dossier Epstein. Surprise.

On parle d’Harvey Weinstein. On parle peu de Luc Besson ou de Gérard Depardieu. Ah non hein. Pas gros Gégé! Jean-Claude Brisseau, on n’en parle plus non plus. Respect pour les morts. En France, on est fier de la filière. On défend fièrement le cochon français. Sinon on va tous finir par manger du porc américain. Non merci! Déjà qu’ils ont failli empêcher notre Alain Delon national d’avoir sa palme d’honneur…

Alors que faire avec Harvey Weinstein? Le condamner, évidemment. Comme avec les vampires, il faut non seulement lui couper la tête mais aussi lui enfoncer un pieu dans le coeur. Et brûler tous ses copains. Ça commence par là.

Sans occulter le travail de fond qui doit permettre d’éviter que se propagent ces pratiques détestables de harcèlement. Pour cela, les hommes peuvent se reprendre en mains en étant plus rigoureux (cf Un moment d’égarement). Les mamans peuvent continuer de soigner l’éducation de leurs fils (cf 20th century women). Et tout ira mieux.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

6 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.