NYMPHOMANIAC – VOLUME 1

NYMPHOMANIAC – VOLUME 1

Lars von Trier, 2013

LE COMMENTAIRE

Les hommes seraient des pervers narcissiques, pour ne pas dire des porcs, qui ne réfléchiraient qu’avec leur pénis alors que les femmes seraient plutôt des passagères de première classe qui écouteraient d’abord leur coeur. Et pourtant, que se cache-t-il derrière la porte de leurs désirs les plus inavouables? Se pourrait-il que ces femmes au dessus de tout reproche puissent elles-aussi avoir leurs faiblesses ou leurs déviances (cf La Secrétaire)?

LE PITCH

Une jeune femme fait le récit de ses folles aventures à un vieil homme.

LE RÉSUMÉ

Joe (Charlotte Gainsbourg) git au sol sous la neige, le visage couvert d’ecchymoses. Elle est recueillie par Seligman (Stellan Skarsgård) qui lui offre un peu de thé et se propose d’écouter la vie tumultueuse de cette jeune nymphomane auto-proclamée – en essayant dans la mesure du possible de faire des parallèles avec ses propres lectures.

Seligman évoque sa passion pour la pêche à la mouche, ce qui permet à Joe de se lancer. Elle commence par son père (Christian Slater) et sa mère (Connie Nielsen) qu’elle décrit comme une femme glaciale.

She was a cold bitch.

Dès l’enfance, la petite montre des besoins sexuels prononcés. À l’adolescence, Joe (Stacy Martin) offre sa virginité à Jerôme (Shia LaBeouf). Le mécanicien va la pénétrer 8 fois : 3 par devant et 5 par derrière. Seligman trouve cette combinaison de chiffres fascinante.

Those are Fibonacci numbers.

That may be… In any case, it hurt like hell.

Avec son amie B (Sophie Kennedy Clark), Joe joue à celle qui sera capable de sauter le plus de mecs possible dans le train. Elle viole S (Jens Albinus) un homme marié et émet déjà des scrupules que Seligman balaie d’un revers de la main.

Avec B, Joe créée une sorte de société secrète dont la vocation est de libérer le monde de l’amour, par le sexe.

Mea vulva. Mea Maxima Vulva!

Au grand désespoir de Joe, la plupart des membres de la secte finissent par s’attacher à leurs amants et développer des sentiments. Ce qui n’est pas son cas. Elle continue donc sa route en solo.

The secret ingredient to sex is love.

For me, love was just lust with jealousy added; everything else was total nonsense. For every hundred crimes committed in the name of love, only one is committed in the name of sex.

Elle décroche un job de secrétaire pour le compte de Jerôme. À la surprise du jeune homme, Joe refuse ses avances alors que le couple est coincé dans un ascenseur. Pire, Joe couche avec de nombreux collaborateurs pour augmenter sa frustration. Suite au départ de Jerôme, Joe est immédiatement éjectée par Liz (Felicity Gilbert), jalouse du succès de sa collègue.

Tout n’est pas toujours rose. Joe fait chavirer le coeur de Monsieur H (Hugo Speer) qui quitte sa femme (Uma Thurman). Celle-ci débarque, avec les enfants, pour faire un scandale.

Joe se rappelle d’un souvenir plus douloureux. Celui de la mort de son père. Ne supportant pas cette agonie, Joe avait multiplié les relations avec des inconnus à l’hôpital. Puis elle avait ressenti une excitation sexuelle devant le cadavre de son père, sans parvenir à se l’expliquer.

Elle cite ensuite F (Nicolas Bro) très prévenant, puis G (Christian Gade Bjerrum) beaucoup plus animal.

Joe croise par hasard Jerôme dans un square. Celui-ci s’est séparé de sa femme. Tous les deux se retrouvent avec passion. Joe est soudainement prise de panique.

Fill all my holes.

What’s wrong?

I can’t feel anything. I can’t feel anything. Anything at all!

Nymphomaniac Vol. I Stacy Martin

L’EXPLICATION

Nymphomaniac volume 1, c’est une mise à nu différente des autres.

On ne sait pas ce qui a mis Joe dans cet état. Une chose est certaine, elle est dans un sale état. Aucun ami n’est là pour s’occuper d’elle sinon cet homme d’âge mûr. Il va soigner ses blessures, la conforter et l’écouter – ce que personne n’a fait jusque là peut-être. Joe se sent suffisamment en confiance pour se confier. Elle parle. Sa confession est délicate puisqu’elle touche à un sujet au nom duquel on qualifiait les femmes de sorcières (cf The Witch).

Seligman est un inconnu. Une figure paternelle qui ne juge pas, contrairement à tout le monde. La démarche est peut-être plus facile, encore que. Joe part de très loin :

It’s my own fault. I’m just a bad human being.

I’ve never met a « bad human being. »

Tandis que le regard sur l’addiction au sexe, dans le cas des hommes, est en train de changer (cf Shame) ; l’addiction au sexe reste encore un tabou dans le cas des femmes. On la dénigre, on s’en moque même. Les nymphos, il n’y a que le train qui ne leur est pas passé dessus, comme le veut l’expression. En l’occurrence, tous les passagers du train ont effectivement goûté aux faveurs de la belle. Joe se sent extrêmement honteuse.

I’m ashamed of what I became. But it was beyond my control.

Au Moyen-Âge, de tels aveux lui auraient sans doute valu le bûcher. Aujourd’hui, elle parvient à en parler. Ce qui constitue déjà un progrès en soi.

Son addiction au sexe ne ressemble pas à un trouble psychique en lien avec un conflit intrapsychique ancien, comme le voudrait la psychologie. En effet, elle s’excitait déjà dès son plus jeune âge.

Pourtant, il est vrai que le rapport entre Joe et son père est d’une nature particulière. Tous les deux entretiennent une relation de quasi-vénération mutuelle. C’est un peu comme si Joe cherchait à retrouver chez un homme, n’importe quel homme, le sentiment de valorisation que son père lui procurait étant enfant. Cette émotion est restée gravée en elle. Elle en a besoin de manière compulsive.

Plutôt que de chercher l’amour chez un homme, elle s’arrête donc au sexe. Plus facile.

Love is blind.

No, no, no. It’s worse. Love distort things. Or even worse, love is something you never asked for. The erotic was something that I ask for or even demanded of men. But this idiotic love… I felt humiliated by it. And all the dishonesty that follows.

Cette recherche frénétique de plénitude ne va pas sans quelques désagréments. Forcément. Heureusement.

You can’t make an omelet without breaking a few eggs.

Joe comprend bien qu’elle n’est pas dans la norme. Avoir des rapports intimes répétés avec des hommes qu’elle ne connait pas, sans rémunération (cf Il n’y a pas de rapport sexuel), est suspect. Joe en a conscience mais ne se considère pas si éloignée de la norme pour autant.

Perhaps the only difference between me and other people was that I’ve always demanded more from the sunset; more spectacular colors when the sun hit the horizon. That’s perhaps my only sin.

Elle refuse qu’on la plaigne. Seligman cherche à montrer de la compassion, ce que Joe ne lui permet pas.

And I’m still not allowed to feel sorry for you…

Joe s’est offerte tant de fois pour mieux se protéger finalement. Désormais, elle s’ouvre en fait. Elle s’expose. Il est important pour elle d’assumer sa nature et les souffrances qui vont avec. Ce qui la conduit à ce moment douloureux où elle ne ressent plus rien. Joe le vit comme un traumatisme. Au contraire, il s’agit peut-être là d’un indicateur que les choses doivent changer. Elle est arrivée au bout de son voyage (cf Apocalypse Now). Cette absence soudaine de sensation constitue sa porte de secours pour sortir de ce tourbillon (cf Truman Show).

On l’espère.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.