LA FAMILLE BÉLIER

LA FAMILLE BÉLIER

Eric Lartigau, 2014

LE COMMENTAIRE

Une femme doit se battre constamment contre les étiquettes que la société tente de lui coller sur le front. Paradoxalement, l’étau se resserre davantage pour les jeunes femmes qui doivent se faufiler entre les barreaux de leurs propres angoisses pour aller affronter le monde (cf Girl, interrupted). Quand on vient d’un petit village, la route est longue.

LE PITCH

Une jeune provinciale tente de décrocher son billet pour la capitale.

LE RÉSUMÉ

Paula (Anne Peichert) est la seule entendante d’une famille de sourds, les Bélier. Les parents Rodolphe (François Damiens) et Gigi (Karin Viard) sont agriculteurs à Lassay-les-Châteaux, une commune Mayennaise de 2,000 âmes.

Agacé par l’attitude dénigrante du maire Lapidus (Stéphan Wojtowicz), Rodolphe décide de se présenter aux élections. Après tout, il sait ce que c’est que c’est que de se retrousser les manches.

Depuis quelques années nos commerces ferment. Nos jeunes s’en vont. Il n’y a plus de médecin et l’école est à l’abandon. Vous pensez quoi? Que je vais laisser faire la fatalité?

Embarquée malgré elle dans la campagne de son père, Paula pense plutôt à Gabriel (Ilian Bergala), un jeune Parisien ténébreux. Afin de se rapprocher de lui, la jeune fille finit dans la chorale de son lycée, son talent tape dans l’oreille de M. Thomasson (Éric Elmosnino).

L’adolescente en pleine puberté vient d’avoir ses règles. Les bouleversements sont nombreux. Le professeur de musique croit en elle et veut l’inscrire à un concours de la Maîtrise de Radio France, alors que ses parents la verrait plutôt reprendre le cheptel en compagnie de son frère Quentin (Luca Gelberg). Tout s’enchaîne un peu trop vite pour Paula qui se dispute avec ses parents et sa meilleure amie.

Excuse moi Mathilde j’deviens conne.

Paula ne veut pas quitter sa famille. Adieu le concours. Elle continue néanmoins de s’accrocher à son Sardou, poussée par M. Thomasson.

Je fais ce que je veux, c’est ma vie.

Vous êtes sûre que c’est votre vie?

Le spectacle est une révélation. Conscient qu’il vient de passer à côté d’un grand moment, Rodolphe demande à Paula de chanter pour lui en collant sa main sur sa gorge pour mieux sentir sa voix. Il n’en dort pas de la nuit. Prenant conscience du talent de sa fille, il lui offre de faire l’audition. En voiture pour Paris!

Elle chante Je vole de Michel Sardou, accompagnée par M. Thomasson au piano. Ses parents sont émus. Le jury est bluffé.

L’heure du départ a sonné. Paula fait ses valises. Elle fera demi-tour pour un dernier câlin avant la grande aventure.

belierfmi

L’EXPLICATION

La famille Bélier, c’est la province qui se rebiffe.

La France est le pays de la laïcité, de la centralisation et de l’élitisme. En France, il y a Paris avec ses élites (cf Paris est à nous), et le province – sans majuscule. C’est à dire le reste. Perdu dans cette approximation, le village de Lassay-les-Châteaux avec l’exploitation agricole des Bélier. Une belle famille provinciale dans toute sa splendeur : des bons vivants (cf Camping), simples et attachiants.

Chacun ses boulets!

Paula a honte de son père quand il vient la chercher devant le lycée avec sa Renault Kangoo et la musique à fond. La province, pays des beaufs, manque clairement de goût (cf Les Tuche).

Pourtant la province a du caractère à l’image de Rodolphe, vexé par l’attitude du maire, et qui ne voit aucun problème à se présenter. Il en a marre de se faire marcher dessus. Ras le bol! Surtout, il n’a pas l’intention de s’excuser. Il revendique fièrement qui il est.

C’est pas un handicap d’être sourd, c’est une identité.

Les provinciaux sont sans filtre. Ne pas mettre les formes ne leur rend pas toujours service d’ailleurs. Rodolphe va devoir apprendre à mettre de l’eau dans son pinard s’il veut être élu.

Tu peux pas dire ‘connards’, c’est tes électeurs!

Car cette province a des idées, et de l’énergie à revendre. Pas de vacances pour nos agriculteurs qui ne rechignent pas. Durs au mal, ils sont capables de déplacer des montagnes s’ils le souhaitent.

Mon Rodolphe, quand il a une idée en tête : mieux vaut être derrière lui que devant.

Le problème est précisément qu’ils ne le souhaitent pas assez. Ils manquent d’ambition. Manque de confiance? Peur de l’échec? Trop souvent, ils jouent les victimes.

Nous on est bien gentils, mais ça sert à quoi?

La faute à pas de chance ou la faute des autres. Tous pourris. Les provinciaux ont tendance à relayer tous les lieux communs.

C’est un mec, je suis sûre qu’il a rien compris.

La bêtise est sournoise. C’est ainsi que la famille Bélier finit par s’enliser dans son obscurantisme. Les autres sont des cons. Gigi se sent isolée et méprise profondément ceux qui ne sont pas comme elle.

J’ai jamais pu encadrer les entendants!

En réalité, les Provinciaux se comportent un peu comme Paula, une adolescente qui se cherche et qui risque de manquer l’opportunité de passer à l’âge adulte. Difficile d’entendre la vérité quand on se sent isolée ou oubliée. Et pourtant…

Le terre tourne pas autour de vous Paula. Vous allez vous en rendre compte assez vite.

Les provinciaux se cachent derrière leur condition médiocre pour ne pas se donner les moyens d’y arriver, en l’occurrence à Paris. Alors qu’on ne peut pas s’apitoyer sur son propre sort.

Ça n’excuse pas tout d’être sourd.

Il est l’heure de se réveiller.

Capture d’écran 2020-04-24 à 17.17.53

Paula va achever ce que Rodolphe a commencé. Pour quitter le nid, elle a besoin de M. Thomasson, un Parisien aigri mis au placard.

Comment ça qui je suis?? J’ai travaillé avec les plus grands noms de la chanson française! Ça fait 10 ans! Et votre abruti de recteur me refuse Paris. 

Thomasson a l’oreille qui fait défaut cruellement aux culs terreux, comme il les appelle. Lui sait qu’il faut faire des efforts pour s’en sortir dans la vie. Il rentre un peu dans le lard de son élève.

Vous en avez pas marre de vous plaindre? (…) Vous faites aucun effort! 

C’est l’électrochoc dont Paula a besoin pour avancer.

Je suis pas une grande artiste moi…

C’est vrai. Vous êtes une petite merde.

Thomasson détecte le talent et permet à Paula de travailler (cf Whiplash). Il l’aide à transformer sa colère en beauté. Lui permettant de quitter son trou pour accéder à une vie de raffinements (cf Mektoub). Radio France plutôt qu’M6. Ne pas oublier ses racines, sans que celles-ci vous empêchent de vous envoler. Bravo à la jeune fille qui va connaître le succès, sans avoir la tête qui tourne. Merci surtout à Michel Sardou d’élever un peu le niveau.

Quand tout va mal et qu’il n’y a plus d’espoir, il reste Michel Sardou.

Une nouvelle preuve que la province ne serait décidément rien sans Paris.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.