EDGE OF TOMORROW

EDGE OF TOMORROW

Doug Liman, 2014

LE COMMENTAIRE

Les garçons sont des va-t-en guerre, c’est bien connu. Les gros calibres les rassurent et les excitent. De son côté, la femme s’en moque pas mal. Au contraire, elle prône même l’apaisement pour expliquer à l’homme que la parité ne requiert pas que les femmes montent au carton. Tout le monde serait plus inspiré de déposer les armes (cf Lord of War). Pour les reprendre aussi sec en cas d’attaque extra-terrestre, bien sûr.

LE PITCH

Un officier se retrouve à mener une guerre sans fin.

LE RÉSUMÉ

Les Mimics sont en train d’envahir l’Europe grâce à leurs sortes de sentinelles (cf Matrix). L’Allemagne est tombée. La France n’est pas loin. Ce sera bientôt au tour de Londres si les forces de la coalition ne parvient pas à arrêter les aliens.

Le général Brigham (Brendan Gleeson) est confiant. L’opération Crépuscule devrait être un triomphe, au point qu’il dépêche le commandant William Cage (Tom Cruise), chef du service des relations publiques de l’armée américaine pour couvrir l’événement. Mais Cage n’a pas du tout envie d’aller en première ligne. Il est un publicitaire (cf No), pas un soldat.

Thanks for the confidence. I do this to avoid doing that. The war broke out. I lost my advertising firm. Here I am.

Il décline donc l’offre du Général. Manque de pot, il s’agit d’un ordre. Le Général le fait arrêter puis passer pour un déserteur. Cette fois-ci, Cage n’a pas le choix. Il va devoir aller au front.

L’assaut vire au guet-apens. Les Mimics déciment les troupes alliées. Équipé de son exosquelette dont il ne sait pas se servir, Cage ne va pas tarder à se faire tuer. Par chance, il parvient à tuer un Alpha qui l’asperge de son sang et lui donne un pouvoir particulier : celui de repartir de zéro, ce qui lui permet donc de reproduire ce qui va se passer à l’infini et voir dans le futur!

Condamné à revivre les mêmes événements, Cage fait des progrès qui le conduisent au sergent Rita Vrataski (Emily Blunt), fameuse pour sa victoire dans la bataille de Verdun – même si les soldats l’appellent ouvertement Full Metal Bitch. Avec le docteur Carter (Noah Taylor), Vrataski a découvert que l’ennemi est un organisme hautement perfectionné. Maintenant que Cage s’est approprié leur pouvoir, il est temps de remonter jusqu’à l’Omega : la tête. Supprimer Omega permettrait de neutraliser l’adversaire.

Cage et Vrataski se rapprochent de la source qu’ils croient d’abord se cacher en Suisse, pour finalement découvrir qu’elle est planquée sous le Louvre (cf Da Vinci Code).

Problème. Cage a été blessé et transfusé. Son sang a été mixé, ce qui lui a fait perdre son pouvoir. Cette fois-ci, plus le droit à l’erreur. Avec l’escouade J, ils mènent un assaut dont ils savent qu’il sera certainement leur dernier.

Neither one of us is getting out of here.

Cage et Vrataski s’embrassent. Parce que voilà, partager le quotidien encore et encore, ça rapproche. Le gredin est tombé amoureux!

Vrataski meurt. Cage également mais réussit à faire sauter l’Omega, ainsi qu’un Alpha qui l’asperge de nouveau de son sang. Il ressuscite comme par miracle, la veille de sa première rencontre avec le Général. Cage en profite pour aller retrouver Vrataski comme à son habitude, en train de faire son yoga. Comme d’habitude, elle ne le reconnaît pas tout de suite.

Capture d’écran 2020-05-04 à 13.46.23

L’EXPLICATION

Edge of Tomorrow, c’est vivre aujourd’hui sans chercher à anticiper demain.

La vie est remplie de paradoxes passionnants : Regarder sans toucher, toucher sans goûter, goûter sans avaler (cf L’associé du Diable). On peut passer une existence entière à chercher à l’amour sans le trouver. Puis le trouver sans rien demander. Classique.

Brassens disait que sans technique, la talent n’est qu’une sale manie. Comprendre, la technique est ce qu’il faut absolument maitriser pour pouvoir s’en débarrasser au plus vite.

Il en va de même avec la vie qu’on ne peut pas apprécier si on cherche à l’anticiper sans cesse. Celui qui ne cherche que des réponses se trompent constamment. Les prédictions sont toujours fausses. Elles ne génèrent que d’immenses frustrations. Des millions de joueuses et joueurs de loterie peuvent en témoigner. En mourant perpétuellement, Cage est enfermée dans une vie d’anticipation qui le conditionne. Il sait ce qui va se passer et se demande ce qui va se passer après. Cette vie n’en est pas une. Il souffre de devoir revivre les mêmes scènes jusqu’à l’ennui. S’attachant parfois à des personnes qu’il redoute de voir mourir à leur tour, comme Vrataski.

I wish I didn’t know you.

En réalité, Cage l’immortel vit donc un enfer (cf Dracula).

Lorsqu’il est transfusé, on pense qu’il est libéré de ce cycle. Cage perd sa belle assurance maintenant que la moindre fausse note peut provoquer la fin définitive du concert (cf Whiplash). Le jeu n’en est que plus excitant. Chaque souffle compte plus que le précédent. Il vit le carpe diem (cf Le cercle des poètes disparus). Maintenant, il n’a plus les réponses. Il aborde la vie avec beaucoup plus d’humilité. Contrairement au Général qui prévoyait une victoire facile ou au publicitaire arrogant qu’il était lui-même (cf 99 francs), Cage est maintenant celui qui ne sait pas.

What do we do now?

I don’t know. We’ve never gotten this far.

Cage vit enfin véritablement. Pleinement.

Néanmoins, il ne réussit à atteindre cet état de grâce que parce qu’il a cherché à anticiper demain encore et encore. Ce qui la conduit à mourir tellement souvent qu’il a failli s’habituer avec l’idée de mourir. Il n’en a plus peur (cf Troie). Quand Vrataski lui tirait dessus, elle lui rendait service.

Emily-Blunt-Tom-Cruise-Edge-of-Tomorrow-1280x720

Le voilà vraiment libre.

Cette liberté a été permise par la répétition. Cage avait besoin de s’endurcir un peu. Surmonter ses peurs.

There is no courage without fear.

Ces répétitions ont fait de ce lâche un soldat redoutable. Elles lui ont procuré sa belle assurance, à travers le travail et la mise en danger. Le combat lui a permis de se révéler.

Battle is the Great Redeemer.

Ces répétitions lui ont permis de comprendre l’essentiel : Vrataski.

Come find me when you wake up!

Quand on pense que la vie est infinie alors on a tout le temps de s’intéresser à quelqu’un d’autre qu’à soi-même. Cage prend le temps de connaître Vrataski, ses préférences, sa taille de chemise, son middle name. Il a du passer une vie de répétition pour mieux s’en détacher. Tellement coincé dans sa vie qu’il a compris la chance que tout puisse s’arrêter un jour. Cela lui a ouvert les yeux (cf Eyes Wide Shut). Il est regrettable qu’il ait eu besoin d’un extra-terrestre pour y parvenir.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.