MENSONGES D’ÉTAT

MENSONGES D’ÉTAT

Ridley Scott, 2008

LE COMMENTAIRE

La règle en matière d’espionnage est de ne faire confiance à personne (cf Raison d’Etat). Ce qui veut dire qu’il est important de toujours surveiller ses arrières. Car la personne censée nous assurer est également la première à pouvoir nous planter un couteau dans le dos. Même si elle semble jouer dans la même équipe.

LE PITCH

Friture sur la ligne de la CIA entre Washington et le Moyen-Orient.

LE RÉSUMÉ

L’agent Roger Ferris (Leonardo DiCaprio) est en mission en Irak, à la recherche d’Al-Saleem (Alon Abutbul), l’une des têtes d’Al Qaïda. Avec Bassam (Oscar Isaac), il a identifié un contact précieux en la personne de Nizar (Mehdi Nebbou). Ed Hoffman (Russell Crowe) n’y croit pas. Il lâche Nizar qui se fait découvrir. L’opération capote. Bassam meurt dans une explosion et Ferris est rapatrié.

En Angleterre, les terroristes frappent à Sheffield et Manchester.

Ferris est envoyé en Jordanie, toujours à la recherche d’Al-Saleem. Sur place, il collabore avec Hani Salaam (Mark Strong). Le directeur de l’intelligence locale n’est pas plus à l’aise avec Al-Qaïda que les États-Unis.

L’Américain parvient cependant à construire la confiance avec Salaam.

You’re smarter than the Americans that are usually sent to Amman.

Encore une fois, une opération parallèle conduite par Ed Hoffman compromet Ferris.

How do you expect me to operate??

Salaam n’avait pourtant exigé qu’une seule chose…

I have one rule : never lie to me.

En Europe, les bombes continuent d’exploser. Amsterdam. 75 morts.

Ferris s’agace des décisions outre Atlantique de Ed Hoffman qui lui compliquent sérieusement la tâche. Néanmoins il s’accroche. Il monte un opération compliquée comme seuls les Américains ont le secret. L’idée est de débusquer Al-Saleem par l’intermédiaire d’Omar Sadiki (Ali Suliman), sur base de fausses informations.

Salaam n’est au courant de rien, ce qui n’est pas pour lui plaire.

Lorsqu’Aisha (Golshifteh Farahani), dont Ferris est tombé amoureux, se fait kidnapper, Salaam ne bouge pas le petit doigt.

Le plan de Ferris fonctionne pourtant. Il se fait enlever par les hommes d’Al-Saleem. Bien mal embarqué en Syrie, devant une caméra. Ce qui n’est jamais bon signe. Il tente une ultime manoeuvre pour semer le doute en mentionnant que Mustaffa Karami (Kais Nashef) est un agent double. Echec. Les hommes d’Al-Saleem sont sur le point de l’executer dans les règles de l’art lorsque les agents Jordaniens arrivent in extremis pour sauver l’agent de la CIA.

Salaam explique à Ferris qu’il a lui aussi fomenté le kidnapping d’Aisha, de façon à ce que l’Américain lui serve indirectement d’appât et puisse le conduire à Al-Saleem.

Ed Hoffman rappelle Ferris au bercail.

I got a corner office just down the hall from mine. As soon as I get the guy who’s in it out of it, it’s all yours. More money. A fancy title. No sunscreen, no couscous… unless you really want it.

Ferris décline et décide de rester au Moyen-Orient. Hoffman donne l’ordre de ne plus le suivre.

He’s all by himself.

Ferris disparaît définitivement des radars.

L’EXPLICATION

Mensonges d’État, c’est sortir du jeu.

Avant de rejoindre la CIA, Roger Ferris était journaliste. Ce qui veut dire qu’il n’a pas vraiment l’étoffe. Il est un joueur d’échecs amateur, à la table des grands. Car la guerre contre les terroristes est un conflit d’un nouveau genre, qui nécessite des stratèges hors pair (cf Syriana).

Ferris a bien compris que la situation était grave pour son pays. Alors qu’il était possible de discuter avec les Soviétiques pendant la Guerre Froide (cf Dr Folamour), il n’est pas possible d’en faire de même avec les Islamistes radicaux.

Those people they do not want to negotiate. They want the universal caliphate established across the face of the earth, and they want every infidel converted or dead.

Ces hommes ne travaillent pas au maintien de la paix, mais ils se battent au nom de la survie de leurs principes. On peut dire qu’ils marchent sur un fil.

Our world as we know it is a lot simpler to put to an end than you might think.

Ferris est un amateur car il est bien trop bon élève (cf Sicario). Il joue les Lawrence d’Arabie auprès de Salaam, amoureux du désert. Naïf. Ensuite il fait l’erreur de tomber amoureux d’une infirmière. Ridicule.

Enfin, il râle sans cesse contre les choix de son patron. Ce qui constitue sa plus grave erreur, en tant que soldat. Ne jamais critiquer ses supérieurs, sous aucun prétexte.

You can’t pull your normal bullshit here!

Lorsqu’Hoffman confie la direction du bureau de la CIA à Amman, Ferris s’est peut-être un peu trop pris au jeu. Sa tête s’est mise à tourner. Il a oublié qu’il n’en restait pas moins qu’un simple homme de terrain. Un exécutant.

You did what you had to do.

Même Salaam s’est proposé gentiment de devenir son mentor.

Watch and learn. 

Il lui suffisait de regarder et grandir. Mais Ferris est impatient. Il veut griller les étapes. À croire qu’il imagine pouvoir gagner la guerre à lui tout seul. Comme s’il savait tout mieux que tout le monde. Il prend l’initiative et se retrouve frustré par les décisions d’en haut qui contre-carrent ses plans. Logique. Donc il continue de râler.

You’re a million miles away, I’m here everyday!

Il se plaint sans comprendre que les enjeux dépassent sa petite personne, comme essaie pourtant de lui rappeler Ed Hoffman. Nous ne sommes pas le sujet. Par ailleurs, nous ne sommes que des cibles mouvantes sur une carte satellite.

Hani’s interests extend only to his own little fiefdom. Mine are global.

Ed Hoffman sait d’ailleurs qu’il n’est pas beaucoup plus important que Ferris dans cette histoire. Lui aussi n’est qu’un rouage dans la machine. Il fait son job comme les autres, logé à la même enseigne.

Nobody is innocent in this shit. 

Il s’agit d’une question de droiture. Rester dans le rang. Être loyal dans un monde instable où rien n’est sûr. Où tout le monde ment tout le temps, y compris son propre camp (cf Snowden).

You’re going to have to decide which side of the cross you’re on.

Trop dangereux, trop tordu (cf Tenet)… Ce challenge n’intéresse pas Ferris qui n’a de toute façon pas le niveau pour naviguer en eaux troubles.

I can’t do this anymore. (…) This is not working. 

Il s’est auto-sabordé en se débranchant du jeu. Le voilà sorti de l’organisation – indemne. C’est déjà cela. Il n’était déjà pas grand chose dans cette configuration. À présent, il n’est plus personne.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.