THE SHALLOWS

THE SHALLOWS
Jaume Collet-Serra, 2016

LE COMMENTAIRE

On pense souvent que le requin ne fait rien d’autre que nager, se reproduire et bouffer. Ce serait réduire ce mammifère à une sorte de Homer Simpson des mers. Alors qu’il est autrement plus profond qu’il n’en a l’air. Il sait par exemple que la beauté d’une femme ne se mesure pas qu’à la blondeur de ses cheveux ou la taille de sa poitrine. Il a compris que ce qui rend une femme attractive, c’est sa personnalité, sa sensibilité… ainsi que la délicatesse de ses chevilles, qu’il ne se lasse pas de croquer avec tendresse.

LE PITCH

Nancy Adams (Blake Lively) retrouve une plage isolée au Mexique où elle va pouvoir surfer tranquille.

LE RÉSUMÉ

Suite à la mort de sa mère, Nancy, étudiante en médecine, décide de se rendre au Mexique. Elle se met à la recherche d’une plage secrète où sa mère faisait du surf à l’époque où elle était enceinte.

Déposée par Carlos (Oscar Jaenada), Nancy peut profiter de ce petit paradis en compagnie de deux autres jeunes surfers mexicains déjà sur place. Après plusieurs heures à se prendre des rouleaux, les deux lascars décident de rentrer chez eux. Nancy se retrouve seule à barboter sur sa planche.

Elle remarque au large la carcasse flottante d’une baleine. C’est à ce moment qu’elle est renversée par un énorme requin blanc. Elle est sévèrement touchée à une jambe mais profite de la marée basse pour se mettre à l’abri sur un rocher. Elle est néanmoins coincée au milieu de cette crique.

Le lendemain matin, elle aperçoit un homme ivre sur la plage. Les appels au secours de Nancy finissent par le réveiller. Celui-ci préfère lui voler son téléphone et son argent restés sur la plage. Il remarque que la planche de surf de Nancy flotte à proximité et cherche à la récupérer. Ce manque de lucidité lui vaudra de se faire cisailler par le requin qui n’en demandait pas tant.

Les deux surfers de la veille reviennent le lendemain. Ils se jettent à l’eau. Nancy n’a pas le temps de les prévenir qu’ils se font dévorer tour à tour par le prédateur visiblement toujours pas repu.

Nancy parvient à récupérer le casque de l’un des surfers, équipé d’une caméra. Elle enregistre un message de détresse puis renvoie le casque vers la mer en espérant qu’il atteigne la plage.

La marée monte. L’aileron tourne autour de la jeune Texane. Elle va devoir se jeter à l’eau à nouveau. Son seul espoir est une balise flottante à proximité. Elle profite d’un banc de méduses pour atteindre la balise, à l’abri du requin.

Une fois sur la balise Nancy découvre des fusées de détresse malheureusement inopérantes. Dans un dernier duel acharné, elle repousse tant bien que mal les attaques de la bête, après avoir essayé de l’incendier et ne cessant de l’invectiver.

Fuck you!

Elle finit par l’attirer vers les profondeurs où le requin finira par s’empaler tout seul, un peu bêtement, sur l’ancre de la balise.

La caméra sur la plage a été retrouvée par le fils de Carlos, qui arrive à la rescousse.

Un an plus tard, Nancy surfe toujours, mais sur les plages du Texas en compagnie de sa sœur et sous les yeux de son père.

THE SHALLOWS

L’EXPLICATION

The Shallows c’est une femme qui se trouve (sur un rocher).

Pour se trouver, il faut déjà commencer par se chercher. Un événement malheureux (la mort de sa mère) va précipiter les choses et bouleverser les plans de Nancy, faits d’études de médecine. Déboussolée, Nancy décide donc de se rendre sur un lieu avant tout symbolique, puisque cette fameuse plage mexicaine est perdue au milieu de nulle part, et que sa défunte mère y surfait déjà à l’époque. Elle veut s’inscrire dans son sillage.

Nancy a aussi besoin d’air. La mort de sa mère, c’est trop lourd. Elle veut vivre sa jeunesse. Elle veut croquer la vie. Elle s’en va loin pour mieux rester légère, elle veut surfer sur les événements. Parfois on tombe sur un os, ou sur une dent. Car sans le savoir, elle va au devant du danger, en allant d’abord contre l’avis de son père (Brett Cullen), en se rendant sur une plage secrète, en risquant de se manger le corail à chaque instant. Nancy veut s’exposer, pas qu’au soleil. Elle va se retrouver prise au piège. Il faut dire qu’elle s’est mise elle-même dans une merde noire: blessée, seule, loin de tout et sous la menace d’un aileron. L’horloge joue également contre elle puisque la marée montante peut la condamner.

Elle se retrouve à la merci de cette menace incarnée par ce fameux requin. Le requin c’est ce qui trotte dans la tête de Nancy. Donc il ne risque pas de s’en aller. Elle doit bien faire face à ses idées noires d’une manière ou d’une autre. Et elle doit en venir à bout. Il n’y a qu’au prix de cette expérience ultime que Nancy pourra réellement se trouver. Elle va devoir puiser au plus profond de ses ressources.

Se trouver, c’est se prouver de quoi on est fait. Plus les circonstances sont exceptionnelles, plus la réalisation est forte. Nancy va se montrer qu’elle a l’instinct de survie. Comme sa mère s’est battue contre le cancer, elle ne baisse pas les bras. Elle doit fait preuve de créativité (des boucles d’oreilles en points de suture) mais aussi de raisonnement, calculant les temps de passage du requin autour du rocher avant de se mettre à l’eau.

La jeune femme sait aussi faire preuve de romance et d’altruisme. À moitié mourante, elle prend le temps de soigner une mouette qui se trouve à ses côtés et la placer sur un morceau de planche pour l’aider à retrouver la plage. De ce point de vue, Nancy n’est pas Rose.

The Shallows, c’est le portrait absolu d’une femme aboutie, qui a voyagé, s’est confrontée au danger, l’a surmonté, pour mieux revenir à la maison et satisfaire à ses obligations. Elle fait preuve d’audace en surfant seule dans des eaux dont elle ne maîtrise pas la langue. Elle fait preuve de sagesse en rentrant dans le rang. Et surtout elle s’en sort par elle-même, comme une grande et en cela Nancy est fondamentalement héroïque. Tout l’inverse de ces hommes qui sont ridicules : prétentieux, machos, insouciants à l’image de ces deux jeunes abrutis, sournois et ivrogne dans le cas du gros porc qui finira coupé en deux, ou en retard tel Carlos. Pas un pour rattraper l’autre.

La vraie question qu’on est en droit de se poser c’est: pourquoi un requin? Le monde avait-il vraiment besoin d’un nouveau requin mangeur d’hommes (puisqu’il n’arrive pas à manger la femme)? Pourquoi Nancy n’aurait-elle pas pu faire une randonnée au Canada et se faire pourchasser par un Grizzly (cf Grizzly Man)?

En tout cas, la vraie morale c’est qu’on est quand même plus en sécurité sur une plage du Texas plutôt que sur une plage au Mexique, donnant malheureusement raison à Donald Trump.

LE TRAILER

 

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

  • J’adore merci de m’avoir fait rire, perso je comprends toujours pas comment elle incendie le requin par contre

    • Merci N.S. Et à propos de comment elle incendie le requin, j’ai envie de demander: est-ce le plus important? 😀

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.