STAR WARS ÉPISODE II : L’ATTAQUE DES CLONES

STAR WARS ÉPISODE II, L’ATTAQUE DES CLONES

George Lucas, 2002

LE COMMENTAIRE

Le peu qu’il nous reste de nos cours d’Histoire nous suffit à nous méfier du totalitarisme. Les dictatures sont redoutables, on le sait, car elles annihilent la notion de choix et ceux qui gouvernent sont souvent des fous autoritaires, corrompus, qui se soucient d’abord d’eux-mêmes avant de se soucier de leur peuple. Ils forment des armées de soldats qui marchent au pas de l’oie. Rien à voir avec notre société dans laquelle on peut dire ce qu’on veut et être qui on veut (cf Thelma et Louise), y compris porter les mêmes Stan Smith que les autres. Si on veut être un mouton qui pense pareil que tout le monde, ça nous regarde. C’est ça la vraie liberté!

LE PITCH

Un Jedi sécessionniste mène la fronde et menace la République.

LE RÉSUMÉ

There is unrest in the Galactic Senate. Several thousand solar systems have declared their intentions to leave the Republic. This separatist movement, under the leadership of the mysterious Count Dooku, has made it difficult for the limited number of Jedi Knights to maintain peace and order in the galaxy. Senator Amidala, the former Queen of Naboo, is returning to the Galactic Senate to vote on the critical issue of creating an Army of the Republic to assist the overwhelmed Jedi…

La sénatrice Padmé Amidala (Natalie Portman) réclame la création d’une armée pour défendre la République. Elle est victime d’une tentative d’assassinat. Anakin Skywalker (Hayden Christensen) est chargé de sa protection. L’ancienne reine de Naboo redécouvre son garde du corps qu’elle a connu alors qu’il n’était encore qu’un petit garçon.

Ani? My goodness, you’ve grown.

So have you, grown more beautiful… for a senator, I mean.

Ani, you’ll always be that little boy I knew on Tatooine.

Obi-Wan Kenobi (Ewan McGregor) apprend que la République est en train de lever une armée de clones modelé sur un chasseur de prime Jango Fett (Temuera Morrison). Son enquête le mène jusqu’à Géonosis où il constate que le comte Dooku (Christopher Lee), un ancien Jedi séparatiste, complote. la Fédération du commerce construit elle aussi son armée de droïdes. Obi-Wan est capturé par des séparatistes avant de pouvoir avertir son apprenti.

Pendant ce temps, Anakin flirte gentiment avec la sénatrice, au mépris de la différence d’âge qui les sépare. Padmé tente de le convaincre qu’il ne s’agit que d’un amour de vacances, une histoire sans lendemain.

From the moment I met you, all those years ago, not a day has gone by when I haven’t thought of you. And now that I’m with you again… I’m in agony. The closer I get to you, the worse it gets. The thought of not being with you- I can’t breath. I’m haunted by the kiss that you should never have given me. My heart is beating… hoping that kiss will not become a scar. You are in my very soul, tormenting me… what can I do?- I will do anything you ask.

I can’t… We can’t… It’s not possible.

Anything is possible, Padme, listen to me.

No you listen! We live in a real world, come back to it. You’re studying to become a Jedi, I’m… I’m a senator. If you follow your thoughts through to conclusion, it will take us to a place we cannot go, regardless of the way we feel about each other.

Le jeune homme est préoccupé car il sent que sa mère (Pernilla August) est mourante. Il la retrouve prisonnière des Hommes des Sables. À sa mort, il génocide les Hommes des Sables, y compris les femmes et les enfants. Il avoue son trouble à Padmé et révèle son tempérament colérique.

I… I killed them. I killed them all. They’re dead… every single one of them. And not just the men. But the women… and the children, too. They’re like animals, and I slaughtered them like animals! I HATE THEM!

Averti du danger par Obi-Wan, le conseil Jedi décide d’agir. L’urgence de la situation permet au Chancelier Palpatine (Ian McDiarmid) de s’attribuer les pleins pouvoirs pour autoriser le recours à l’armée.

And as my first act with this new authority, I will create a grand army of the Republic to counter the increasing threats of the Separatists.

Dooku essaie de convaincre Obi-Wan de rejoindre le côté obscur, lui assurant que le Sith Dark Sidious a une influence grandissante sur le Sénat. Obi-Wan ne peut s’y résoudre.

What if I told you that the Republic was now under the control of a dark lord of the Sith?

No, that’s not possible. The Jedi would sense it.

The Dark Side has clouded their vision. Hundreds of senators are now under the influence of a Sith lord called Darth Sidious.

I don’t believe you.

Padmé, Anakin et Obi-Wan sont capturés. Yoda leur vient en aide. L’affrontement entre les clones et les droïdes éclate. Les clones l’emportent. Dooku s’échappe pour rejoindre Dark Sidious qui n’est pas du tout inquiet. La guerre a commencé, exactement comme il le souhaitait.

Yoda et Windu savent qu’il faut désormais se méfier du Sénat.

Profitant de l’inattention des uns et des autres, Anakin se rend sur Naboo où il se marie avec Padmé, ni vu ni connu.

star-wars-episode-ii-l-attaque-des-clones-photo-hayden-christensen-ewan-mcgregor-natalie-portman-972680

L’EXPLICATION

Star Wars épisode II, c’est être son pire ennemi.

Toutes celles et ceux qui croient au destin sont convaincus qu’il est entre leurs mains. C’était le cas de Lawrence d’Arabie ou des Inconnus. Puisque nous avons la solution en nous, nous pouvons être notre propre ange-gardien (cf Suspiria) tout comme nous pouvons représenter notre plus grande menace. Les joueurs de football professionnels le savent très bien : rester concentré (cf épisode I), ne jamais se relâcher, il n’y a pas de match facile.

On devient son pire ennemi dès lors qu’on ne sent pas le vent tourner, comme Obi-Wan qui refuse tout simplement d’admettre sa faiblesse. Il n’a pas compris que Palpatine était Dark Sidious. Le Jedi refuse d’admettre son erreur. La galaxie va le payer cher.

On devient également son pire ennemi quand on pense qu’on s’auto-suffit, comme Anakin qui supporte de moins en moins bien les leçons de son Maître.

Be mindful of your thoughts, Anakin, they betray you. You’ve made a commitment to the Jedi Order… a commitment not easily broken… and don’t forget she’s a politician. They’re not to be trusted.

Not another lecture, Master.

Anakin n’en fait qu’à sa tête. Lorsqu’il n’a pas ce qu’il veut, il perd le contrôle. Il accuse les autres et devient même violent.

It’s all Obi-Wan’s fault. He’s jealous. He’s holding me back.

On devient son pire ennemi quand on commence à succomber aux flatteries du renard.

You don’t need guidance, Anakin. In time, you will learn to trust your feelings. Then, you will be invincible. I have said it many times, you are the most gifted Jedi I have ever met.

Thank you, Your Excellency.

On devrait toujours se surveiller soi-même avant de s’intéresser aux autres. Restons Maîtres de nous-mêmes et ne nous abandonnons pas trop vite à nos émotions. Rappelons nous que le ver peut être dans le fruit (cf Inside Job). Nous avons la faculté de justifier nos propres égarements ou de se trouver de bonnes raisons. Ainsi, il est facile de créer une menace pour mieux monter une armée. Des gilets jaunes qu’on laisse envahir l’Arc de Triomphe aujourd’hui permettent de faire passer des lois ultra-sécuritaires demain. L’armée de clones qui nous protègent des terroristes peut finir par nous mettre des coups de matraque si nous décidons de rester sur les ronds-points plutôt que d’aller dans des centres commerciaux. Les clowns se retournent contre le peuple qu’ils sont censés protéger. C’est dommage.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.