SUSPIRIA

SUSPIRIA
Luca Guadagnino, 2018

LE COMMENTAIRE

Désir et orgueil vont souvent de pair. Quelqu’un qui raie le plancher sera souvent assimilé à quelqu’un d’arrogant. Cela peut être vrai pour l’homme, ce loup croisé avec le porc, aux dents souvent bien longues pour ses semblables. Qu’en est-il des femmes? Elles ont les dents mieux proportionnées. Si elles veulent rayer le parquet, elles doivent donc garder la tête très proche du sol. Elles réussissent ainsi le pari impossible de marier ambition et humilité.

LE PITCH

Une jeune danseuse en remplace une autre.

LE RÉSUMÉ

La talentueuse Susie Bannion (Dakota Johnson) débarque de son Ohio natal pour rejoindre la prestigieuse Académie Markos de Berlin. Elle va pouvoir remplacer numériquement Patricia Hingle (Chloë Grace Moretz) qui a disparu après avoir montré des signes de démence. Elle était suivie depuis peu par le Dr Josef Klemperer (Tilda Swinton) qui redoute que la compagnie de danse ne soit un nid de sorcières. La jeune névrosée lui a parlé des 3 mères de la sorcellerie :

  • Mater Tenebrarum
  • Mater Lachrymarum
  • Mater Suspiriorum

L’Académie est effectivement le théâtre d’événements terribles. Sous les yeux de la magnétique Madame Blanc (Tilda Swinton), la chorégraphie de Susie provoque la mort atroce d’Olga, une autre danseuse.

Madame Tanner (Angela Winkler), Madame Vendegast (Ingrid Caven), Madame Griffith (Sylvie Testud), Madame Huller (Renée Soutendijk), Madame Balfour (Christine LeBoutte), Madame Millius (Alek Wek), et Madame Pavla (Fabrizia Sacchi) sont heureuses d’avoir entre leurs griffes un nouveau joyau en la personne de Susie.

Madame Blanc ambitionne d’en faire sa danseuse étoile pour Volk. L’esprit de Mater Suspiriorum cherche à la connaître et à la pénétrer. Susie est rapidement victime de cauchemars.

Les répétitions s’intensifient. Sara Simms (Mia Goth) s’inquiète de la proximité que Susie entretient avec Madame Blanc. Elle craint pour sa vie depuis la disparition de Patricia et de Olga. Sara va se perdre dans l’Académie et se casser la jambe juste avant la première. Envoutée par les sorcières, elle se produit malgré sa blessure puis s’écroule avant la fin de la représentation.

Lors d’un diner, Susie fixe Madame Blanc à l’autre bout de la table. Elle sait.

Le Dr Josef Klemperer est troublé de retrouver sa femme Anke (Jessica Harper) à Berlin Est. Il était persuadé qu’elle était morte dans les Camps pendant la Guerre. Apparemment elle avait pu fuir. Tous les deux repassent côté Ouest et se retrouvent devant l’Académie. Lorsque Klemperer se retourne, sa femme a disparu. C’était une illusion. Il est capturé par les sorcières pour assister au sacrifice final.

Au sous-sol, Madame Markos (Tilda Swinton) qui prétend être Mater Suspiriorum, n’attend plus que de pouvoir s’emparer de la jeune femme. Tout est prêt. Susie doit renoncer à sa propre mère pour accepter Markos en son sein. Madame Blanc semble douter. Quelque chose cloche. En effet, c’est Susie et non pas Madame Markos qui s’avère être Mater Suspiriorum. 

I am She.

Cela n’a rien d’étonnant : elle est rouquine, comme Mylène Farmer.  Et elle dégageait une impression de force intérieure depuis son arrivée qui cachait quelque chose. Comme si elle était Neo, confiant dans sa capacité à reprogrammer la matrice (cf Matrix). Avec l’aide de la mort, Susie tue les sorcières coupables de s’être alliées à un imposteur. Elle tue Madame Markos et quelques autres danseuses.

Puis elle rend visite à Klemperer pour lui révéler la vérité sur sa femme qui est bien morte dans un camp. Dans un soupir, elle le libère néanmoins de sa culpabilité et de sa honte.

We need guilt, Doctor. And shame. But not yours.

Le travail reprend dans l’Académie.

Suspiria-Venice-2018-Featured-1460x800

L’EXPLICATION

Suspiria, c’est ma petite sorcière bien-aimée.

La sorcellerie a toujours eu mauvaise réputation (cf Blair Witch Project). On blâme les sorcières pour les disparitions d’enfants ou les malédictions. Elles ensorcelleraient les gens en fonction de leur bon vouloir. Elles veulent tuer Blanche-Neige. Elles empoisonnent Godefroy (cf Les Visiteurs). Elles seraient intéressées, manipulatrices, vicieuses. En résumé, les sorcières ne sont guère fréquentables.

Love and manipulation, they share houses very often. They are frequent bedfellows.

Et pourtant, une sorcière n’était rien d’autre qu’une femme éclairée à l’époque du Moyen-Âge. (cf The Witch). C’est à dire une individualité avec du caractère, sachant faire preuve d’humour, de spiritualité et d’intelligence… Tout ce qui fait peur aux hommes.

La sorcière est la Femme, dans toute sa splendeur. Et cette Académie prend des allures de temple féministe. Les résidentes n’y paient pas de loyer et les hommes n’y sont pas les bienvenus. On y trouve tout type de femmes, de tous les horizons, toutes les cultures, tous les âges et toutes les couleurs. Sans discrimination.

Il s’agit de danseuses, c’est à dire de personnalités dramatiques et insaisissables, comme Patricia par exemple. Les danseuses sont des envouteuses qui se produisent en spectacle. Elles sont généreuses. Danser réclame un esprit de sacrifice puisqu’on fait don de son corps à la chorégraphie. Tout le monde n’en est pas capable.

When you dance the dance of another, you make yourself in the image of its creator.

Les danseuses sont aussi fragiles et sensibles (cf Black Swan). Elles sont exigeantes, à l’image de Madame Blanc. Les danseuses sont aussi des personnes élégantes avec une coordination harmonieuse. Ce sont enfin des acrobates douées d’un bel équilibre.

Les femmes sont tout ça à la fois.

Et l’homme psychanalyste improvisé n’y comprendra jamais rien. Lui passe son temps à observer pour mieux déchiffrer. Il échoue toujours. Son analyse issue de grandes théories s’effondre. Celui qui veut s’aventurer dans le labyrinthe féminin s’y perd.

When women tell you the truth, you don’t pity them. You tell them they have delusions!

Dans ce monde, Susie n’est encore qu’une étrangère. Elle ignore tout de cet environnement bien qu’elle ait toujours eu envie d’en faire partie. Il faut rappeler qu’elle a bravé les interdits pour voir Madame Blanc. Elle a d’ailleurs été punie pour ça. Susie est donc parfaitement à sa place à l’Académie. En tout cas, elle n’est pas là par hasard. Elle s’y sent d’ailleurs pleinement vivante. Même si tout n’est pas rose.

It’s all a mess. The one out there…The one in here… the one that’s coming. Why is everyone so ready to think the worst is over?

L’Académie ressemble carrément à un chateau hanté pour certaines. Comme si la femme pouvait être sa pire adversaire. Certaines danseuses craquent sous le poids de la pression qu’imposent certaines sorcières. Les regards de travers, les insinuations, les petites piquent peuvent faire très mal. Madame Griffith se suicide pour avoir voté contre Madame Blanc. Il y a donc de nombreuses querelles de clocher, des jalousies, des décisions qu’on n’assume pas et des états d’âme.

Si l’Académie n’était qu’une seule et même femme, alors elle représenterait une femme torturée par l’influence de la lugubre Madame Markos – qui se fait passer pour ce qu’elle n’est pas. Markos a les pleins pouvoirs. Elle est autoritaire. Pas très drôle. Sa dictature féministe ne fait pas rêver.

Susie va sonner la révolte. Son arrivée va redonner le sourire à beaucoup. Mater Suspiriorum ne veut que le bien, au prix de quelques têtes et de nombreux litres de sang certes. Susie est douce. Son fameux souffle (cf Guillaume et les Garçons à table!) est bienveillant. Elle épargne l’homme et fait de lui un ignorant puisque Klemperer oublie tout. Le ménage nécessaire que Susie opère dans les rangs de l’Académie va être salutaire. Il permet à toutes celles qui restent de repartir sur des bases saines.

Plus de jambe cassée. Plus de cauchemars. C’est le Nouveau Testament du féminisme. La Femme peut se faire confiance. Son monde est entre de bonnes mains.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.