VALKYRIE

VALKYRIE

Bryan Singer, 2008

LE COMMENTAIRE

On pense souvent à Hitler lors de ses défilés, acclamé par une foule en délire. Ou lors de ses discours électriques en train d’haranguer les siens. La mèche impeccable. Le bras tendu. La moustache souple. On oublie un peu vite qu’il ne s’agissait que de propagande. En réalité, la vie avec Hitler n’était pas drôle tous les jours.

LE PITCH

Une bande de soldats Nazis souhaitent couper la tête du Roi.

LE RÉSUMÉ

Claus von Stauffenberg (Tom Cruise) est un héros de guerre sévèrement blessé en Tunisie puisqu’il y perd un oeil. Cette expérience change sa vision des choses. Il rejoint la résistance Allemande menée par le Général Olbricht (Bill Nighy).

I’m a soldier, I serve my country. But this is not my country. I was lying out there bleeding to death, thinking, if I die now, I leave nothing to my children but shame. I know now there is only one way to serve Germany, and doing so I’ll be a traitor – I accept that. 

Le groupe de frondeurs est composé du Général Ludwig Beck (Terence Stamp), du Dr. Carl Goerdeler (Kevin McNally) et du Général Erwin von Witzleben (David Schofield).

We have to show the world that not all of us are like him. Otherwise, this will always be Hitler’s Germany.

Le plan est de profiter de l’opération Valkyrie pour reprendre le pouvoir, grâce au déploiement de l’armée de réserve, bien que le Général Fromm (Tom Wilkinson) sente ce qui se trame et n’ait aucune envie d’en faire partie.

I don’t know what you’re brewing up, and I don’t want to know.

Pour que le plan fonctionne, il faut tuer Hitler (David Bamber).

We have to kill Hitler.

Une première tentative avorte à cause de l’indécision des Généraux.

Remember, this is a military operation. Nothing ever goes according to plan.

La seconde tentative doit être la bonne. Le 20 juillet 1944, une bombe est disposée dans une valise par von Stauffenberg dans la tanière du loup, à proximité du Führer. Après le départ du Colonel, un officier déplace la valise et sauve la vie d’Hitler.

À Berlin, l’opération est en cours. Le mot est donné.

Hitler is dead. Operation Valkyrie is in effect.

Des dirigeants SS sont aussitôt arrêtés mais la rumeur commence à gonfler : Hitler n’est pas mort. Von Stauffenberg veut faire croire à une fake news. La rumeur se confirme. Soudain, les dominos ne tombent plus.

Remobilisés par cette annonce, les SS neutralisent les comploteurs qui seront tous exécutés.

Avant de mourir, Von Stauffenberg souhaite longue vie à l’Allemagne sacrée, en gardant le souvenir de sa femme (Carice van Houten) avant son départ.

Capture d’écran 2020-04-09 à 18.39.42

L’EXPLICATION

Valkyrie, c’est retourner sa veste.

Quand on retourne sa veste, on change de camp. C’est tout un art comme l’a très bien chanté Jacques Dutronc, en hommage à ces opportunistes qui ont le chic pour se retrouver toujours du bon côté (cf Macron à l’Elysée). Changer d’avis est aussi le propre de ceux qui ne sont pas des imbéciles.

Pour comprendre comment cela fonctionne, il faut d’abord savoir pourquoi retourner sa veste. Car dans l’hypothèse où le plan ne marche pas, il n’y a pas de marche arrière envisageable.

No one will be spared.

Mieux vaut être à l’aise avec sa conscience, ce qui est le cas de von Stauffenberg et les autres qui jouent leur vie en voulant se rebeller contre le grand patron. Ils ont plutôt intérêt à ne pas avoir de regret (cf Inception). Encore que leur plan fonctionne, ils ne seraient considérés quoiqu’il arrive que comme des déserteurs.

You’re nothing but rats jumping from a sinking ship! What makes you think you’ll be any different? What makes you think you’re stronger than the people, the Reich?

Détestés par les uns. Méfiés par les autres. Ces hommes ne seraient jamais véritablement considérés à leur juste valeur, y compris par les alliés. Il leur faudra assumer leur défaite ou leur succès. Peu importe, le Colonel ne peut plus vivre ainsi. Il refuse de continuer à trahir ses principes.

The Fuhrer’s promises of peace and prosperity have fallen by the wayside leaving in their wake a path of destruction. The outrages committed by Hitler’s SS are a stain on the honor of the German Army. There is widespread disgust in the officer corps toward the crimes committed by the Nazis, the murder of civilians, the torture and starvation of prisoners, the mass execution of Jews. My duty as an officer is no longer to save my country, but to save human lives. I cannot find one general in a position to confront Hitler with the courage to do it.

Capture d’écran 2020-04-09 à 19.30.33

Ensuite, il faut savoir avec qui retourner sa veste. Car les girouettes tournent avec le vent. Il est nécessaire de ne pas trembler au moment de passer à l’action. Von Stauffenberg est un homme de confiance qui dépose la bombe à proximité du chef suprême, comme il est censé le faire. À l’inverse, Olbricht fera preuve d’hésitation au moment de lancer les grandes manoeuvres. Les personnes qui choisissent de prendre un autre chemin que les moutons (cf Le Poséidon) doivent se faire confiance, en tant que traitres.

I’m a soldier, but in serving my country, I have betrayed my conscience.

Enfin, il faut savoir quand retourner sa veste. Ces hommes planifient leur attentat en juillet 1944. C’est dommage. Si seulement ils avaient attendu un an de plus, ils auraient pu voir le Reich s’effondrer. Ou peut-être seraient-ils mort pendant la débâcle? Ça ne parait pas grand chose et c’est pourtant très long un an d’horreur. En réalité il n’y a pas de bon moment pour retourner sa veste. On le fait ou on ne le fait pas. Ces lâches n’ont pas calculé et ils ont été punis. Leur sacrifice n’aura pas été vain. Leur échec a continué de semer le doute dans la tête des troupes. Leur mémoire mérite d’être honorée (cf Des hommes d’honneur).

Look them in the eye. They’ll remember you.

On ne peut pas toujours en dire autant de tout le monde.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.