300

300

Zack Snyder, 2007

LE COMMENTAIRE

Les hommes d’aujourd’hui se sont relâchés. Leur métro-sexualité est devenue molle et ventripotente. Fut un temps, les hommes avaient une autre allure. À l’époque des Grecs, ils portaient fièrement le slip, les muscles pectoraux gonflés, les abdominaux irréprochables. Affûtés, prêts à aller au charbon au nom de leurs convictions.

LE PITCH

Une poignée de soldats opposent une résistance héroïque à une armée entière.

LE RÉSUMÉ

Léonidas (Gerard Butler) prend la tête de Sparte et apprend que le roi Perse Xerxes (Rodrigo Santoro) a des envies d’OPA hostile. Les négociations sont fermées. Il choisit 300 de ses plus valeureux soldats pour en découdre avec l’ennemi.

We are with you, sire! For Sparta, for freedom, to the death!

L’affrontement aura lieu sur le passage des Thermopyles.

En face de ces guerriers se dresse une armée gigantesque. Le rapport de force est déséquilibré. Pourtant, les troupes de Xerxes essuient des pertes sévères qui conduisent le Roi à tenter de négocier à nouveau avec Léonidas. Ce dernier est têtu comme une mule.

Give them nothing. But take for them everything!

Xerxes n’a pas d’autre choix que d’envoyer ses forces spéciales : les Immortels. Nouvel échec cuisant. Les tentatives d’intimidation se multiplient.

Go now, run along and tell your Xerxes that he faces free men here, not slaves! Do it quickly, before we decide to make our wall just a little bit bigger!

No… not slaves. Your women will be slaves. Your sons your daughters, your elders will be slaves! But not you. By noon this day, you will all be dead men!

Éphialtès (Andrew Tiernan), un Spartiate bossu recalé par Léonidas, trahit les siens en révélant à Xerxes l’existence d’un passage secret vers les Thermopyles.

Léonidas envoie Dilios (David Wenham) à Sparte pour témoigner.

À Sparte, c’est une autre guerre qui se livre. La reine Gorgô (Lena Headey) doit faire face aux manoeuvres politiciennes de Théron (Dominic West), à la solde des Perses. Après de multiples chantages en tout genre, Théron abuse de Gorgô en échange de la clémence du Conseil lorsqu’elle plaidera la cause de son défunt mari.

Finalement Théron retourne sa veste (cf Valkyrie) et accuse Gorgô d’adultère. Elle le poignarde et dévoile sa machination.

Léonidas et les siens vont au devant de leur destin, la tête haute.

Unless I miss my guess, we’re in for one wild night.

Ils se font massacrer par les Perses. Le récit de Dilios donne du courage aux Spartiates.

Taught never to retreat, never to surrender. Taught that death on the battlefield in service to Sparta was the greatest glory he could achieve in his life.

Les Grecs s’unissent pour continuer la bataille.

HA-OOH! HA-OOH! HA-OOH!

300

 

L’EXPLICATION

300, c’est un bras de fer inutile.

L’appétit des hommes est trop important pour cette planète. Pas assez de place pour tout le monde. À la fin, il ne pourra en rester qu’un (cf Chiens de paille). Leonidas a gagné le droit de régner sur son peuple à la régulière. Il n’a pas du tout l’intention de laisser sa place à Xerxes sous prétexte que celui-ci a une grosse armée. Il en fait une question de principes (cf Des Hommes d’honneur).

Il veut défendre ce que Sparte représente : le respect et l’honneur. Sparte est connue pour son éducation rugueuse. Les Spartiates forment des soldats ultra-disciplinés, efficaces et attachés au bien de la cité, avant leur gloire ou leur bien-être personnel. Ils sont réputés dans toute la Grèce pour leur force de caractère et leur détermination sans faille, incarnée par Léonidas qui ne met jamais un genou à terre – qu’on le menace ou qu’on le supplie.

Yield, Leonidas! Use your reason! Think of your men! I beg you.

Léonidas est un leader qui tient du chêne plutôt que du roseau. Il a un cap et il s’y tient. Ce chef ne se bat peut-être qu’avec ses 300 de ses troupes mais il mourra pour ses idées – et son peuple avec.

Children, gather round! No retreat, no surrender; that is Spartan law. And by Spartan law we will stand and fight… and die. A new age has begun. An age of freedom, and all will know, that 300 Spartans gave their last breath to defend it!

En face, Xerxes avait pourtant lancé un grand débat.

Listen to your fellow Greek. He can attest to the divine one’s generosity. Despite your several insults, despite your horrid blasphemies, the lord of hosts is prepared to forgive all, and more, to reward your service. You fight for your lands? Keep them! You fight for Sparta? She will be wealthier and more powerful than ever before! You fight for your kingship? You will be proclaimed warlord of all Greece, answerable only to the one true master of the world! Leonidas, your victory will be complete if you but lay down your arms, and kneel to holy Xerxes.

Gorgô a retourné la tête de son mari qui est devenu impossible à approcher. Il s’est fermé à toute forme de conversation. Totalement isolé.

Then what must a king do to save his world when the very laws he has sworn to protect force him to do nothing?

It is not a question of what a Spartan citizen should do, nor a husband, nor a king. Instead, ask yourself, my dearest love, what should a free man do?

Il en résulte un dialogue de sourds dans lequel chacun campe sur ses positions. On finit par avoir recours à la violence par manque de solution. La conséquence de ces querelles de cours de récréation, ce sont des milliers de morts. Du sang et des larmes au nom de la liberté, qui n’empêcheront pourtant pas le Titanic de couler des siècles plus tard. Ni les femmes de se faire abuser malheureusement (cf Promotion Canapé).

Capture d’écran 2020-05-02 à 09.02.02

Plutôt que de se taper dessus jusqu’à ce que mort s’en suive, on pourrait peut-être s’asseoir tous autour d’une table et faire preuve d’un peu de diplomatie? Arrêter tout ce gaspillage. Faire des compromis. Trouver des réponses.

Il sera bien temps de se faire du souci (cf Dr Folamour) quand la planète se retournera contre nous (cf Le Jour d’Après, San Andreas) ou lorsque les Aliens prendront le pouvoir (cf Captive State).

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

5 commentaires

    • Ces légendes nous ont fait plus de mal qu’autre chose en réalité. Elles ont poussé des footballeurs comme Cristiano Ronaldo à passer leur vie en salle de muscu, à prendre des produits illicites pour mieux enlever son maillot après chaque but et faire étalage de sa musculature. Pathétique. Si seulement la mythologie nous avait offert des héros un peu plus ordinaires, nous aspirerions peut-être tous aujourd’hui à devenir comme Jean-Pierre Raffarin. Et ça ne poserait de problème à personne.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.