LE NOM DE LA ROSE

LE NOM DE LA ROSE

Jean-Jacques Annaud, 1986

LE COMMENTAIRE

Les fake news ne datent pas d’hier. Par le passé, on les appelait des rumeurs. Leur multiplication récente vient nourrir les théories conspirationnistes les plus folles (cf Everything is a rich man’s trick). Elles finissent par être contre-productives en décrédibilisant la possibilité d’un éventuel complot (cf Hold up). Dans ce monde obscurantiste, il est plus que jamais nécessaire d’y voir clair.

LE PITCH

Un moine mène l’enquête au sein d’une Abbaye en proie au doute.

LE RÉSUMÉ

Le moine Franciscain Guillaume de Baskerville (Sean Connery) accompagné de son novice Adso de Melk (Christian Slater) se rendent dans une Abbaye bénédictine du Nord de l’Italie où se prépare un grand congrès avec des émissaires du Pape à propos de la supposée pauvreté du Christ.

À leur arrivée, Monseigneur l’Abbé (Michael Lonsdale) révèle à Guillaume que la mort suspecte d’Adelme de Trente a éveillé les soupçons au sein de la communauté. On craint la présence du malin. Il aimerait que Guillaume puisse résoudre cette énigme. Bien que croyant, Guillaume doute que le diable puisse être responsable de la mort du jeune moine.

The only evidence I see of the antichrist here is everyones desire to see him at work.

Il conclut rapidement à un suicide. Les morts s’enchaînent. Alors que tout le monde commence sérieusement à paniquer, Guillaume lie ces regrettables décès à un livre mystérieux qui serait empoisonné.

L’Abbaye a l’une des plus grandes bibliothèques de toute la chrétienté. Ce livre fait figure d’aiguille dans une botte de foin. D’autant que le vénérable Jorge (Feodor Chaliapin Jr.) et son bras droit, le frère Malachie (Volker Prechtel) lui compliquent la tâche.

L’enquête progresse. Guillaume découvre que certains moines ne sont pas aussi dévoués qu’ils devraient l’être, comme le frère Remigio de Varagine (Helmut Qualtinger) qui négocie de la viande contre les faveurs d’une jeune fille du village voisin (Valentina Vargas). Elle fera d’ailleurs tourner la tête du jeune Adso après l’avoir rencontré de manière inopinée.

Master? Have you ever been in love?

L’enquête ne progresse pas assez vite. La délégation papale arrive et Monseigneur l’Abbé se voit contraint de solliciter l’aide de l’inquisition. Bernardo Gui (F. Murray Abraham) débarque et fait le ménage : Remigio ainsi que son disciple Salvatore (Ron Perlman) sont tous les deux qualifiés d’hérétiques. La pauvrette est condamnée pour sorcellerie (cf The Witch). Tous les trois auront droit au bûcher.

Guillaume ne croit pas à la justice des flammes. Il parvient à accéder à la bibliothèque et inspecte ce fameux livre, gardé jalousement par Jorge. Son analyse est formelle : le livre est parfumé à l’arsenic puisqu’il est satirique et qu’il met tout le système en danger. Guillaume et Adso dévorent ce livre mythique, à l’aide d’un gant pour ne pas s’empoisonner. Quand Jorge le réalise, il s’empare du livre et met le feu à toute la bibliothèque.

Guillaume et Adso se sortent de ce labyrinthe, en sauvant autant de livres que possible. Dans la débâcle, Bernardo Gui meurt empalé sur l’un de ses objets de torture. Remigio et Salvatore finissent brûlés alors que la fille à été sauvée par les gens du village.

Au moment de reprendre la route, Adso a le choix de rester avec son amoureuse ou suivre son maître. Il prendra ce qu’il considérera être la meilleure décision qui lui laissera pourtant un goût amer.

I have never regretted my decision, for I learned from my master much that was wise and good and true. (…) And yet, now that I am an old, old man, I must confess that of all the faces that appear to me out of the past, the one I see most clearly is that of the girl of whom I’ve never ceased to dream these many long years. She was the only earthly love in my life, yet I never knew, nor ever learned… her name.

L’EXPLICATION

Le Nom de la Rose, c’est prendre le bon chemin.

Pour avancer le plus possible dans la vie, il est utile de suivre la bonne direction et donc prendre les bonnes décisions. Faire le bon choix comme le recommandait la philosophe Leslie. Car le chemin est semé d’embûches.

Adso, l’enfant, apprend la vie. Le rôle de Guillaume n’est pas de trouver le criminel mais plutôt d’aiguiller son disciple dans le labyrinthe.

My dear Adso, we must not allow ourselves to be influenced by irrational rumors of the Antichrist, hmm? Let us instead exercise our brains and try to solve this tantalizing conundrum.

À l’époque, la religion était l’unique GPS. Elle permettait la connaissance. Et sa discipline délivrait de la tentation. La religion stricte représentée par Jorge met en garde contre la satire, perçue comme une remise en cause de l’ordre. Jorge et Guillaume ont d’ailleurs un débat animé à ce sujet, que beaucoup d’humoristes ont encore aujourd’hui : peut-on rire de tout, et donc de Dieu?

Can we laugh at God? The world would relapse into chaos!

Guillaume est religieux lui aussi, ce qui veut dire qu’il apprécie les cadres offerts par la foi. Mais c’est un religieux éclairé qui lutte contre les excès d’une religion dont le carcan peut finir par étouffer ses adeptes (cf Spotlight). Jorge et Bernardo Gui sont des radicaux. Guillaume au contraire est un modéré.

You will not eliminate laughter by eliminating that book.

Jorge est soucieux de maintenir l’ordre pour mieux préserver son pouvoir sur les autres. Il règne sur l’Abbaye d’une poigne de fer. Il a trouvé en la peur un moyen infaillible de parvenir à ses fins. La satire fragilise son empire, ce qu’il ne peut pas autoriser.

Laughter kills fear, and without fear there can be no faith because without fear of the Devil, there is no more need of God.

La religion met également en garde contre les femmes qui obsèdent l’homme et le détournent de sa route.

Proverbs warns us, « Woman takes possession of a man’s precious soul », while Ecclesiastes tells us, « More bitter than death is woman ».

La preuve : le jeune Adso est profondément perturbé après avoir goûté à la chair. Encore une fois, Guillaume lui offre une autre perspective.

Are you not confusing love with lust?

Grâce à la lucidité de son maître, Adso va apprendre à faire la part des choses.

La vie n’est pas noire ou blanche. Il faut en être conscient et savoir ce que l’on veut pour soi, sans être obtus. Si Guillaume a fait le choix de la chasteté, il a l’intelligence de ne pas considérer les femmes comme des sorcières pour autant.

I find it difficult to convince myself that God would have introduced such a foul being into creation without endowing her with some virtures. Hmm? How peaceful life would be without love, Adso, how safe, how tranquil, and how dull.

Essayons d’être un peu intelligent. C’est ainsi qu’on peut avancer sereinement. Le chemin d’Adso ne peut pas s’arrêter à l’Abbaye. Il ne peut pas s’arrêter non plus au village.

Adso ira loin dans la vie pour finalement réaliser à son crépuscule que la seule chose qui compte… est le prénom d’une femme.

Tout ce chemin pour en arriver à cette pesante conclusion. On ne peut pas tout savoir.

LE TRAILER

https://www.youtube.com/watch?v=7-yYJgpQ-CE

Cette explication n’engage que son auteur.

9 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.