ZERO DARK THIRTY

ZERO DARK THIRTY

Kathryn Bigelow, 2012

LE COMMENTAIRE

Les hommes ont taxé toutes les femmes qui ne leur obéissaient pas de sorcellerie. Une excuse pour mieux les brûler vives. Plus tard, ils les ont ignorées. Les considérant comme des petits êtres insignifiants et fragiles. Jusqu’à ce que les femmes finissent par se mettre en colère.

LE PITCH

Le petit chaperon rouge part à la recherche du grand méchant loup.

LE RÉSUMÉ

Maya Harris (Jessica Chastain) rejoint les agents de la CIA missionnés pour retrouver Oussama Ben Laden, responsable des attaques du 11 Septembre. L’ennemi public numéro 1.

Son aventure commence en 2003 au Pakistan, sur un site secret où des Américains torturent tous ceux suspectés d’être liés au terrorisme. Dan Fuller (Jason Clarke) travaille Ammar (Reda Kateb) nuit et jours.

It’s cool, that you’re strong and I respect it, I do. But in the end, everybody breaks, bro. It’s biology.

Le prisonnier donne un nom : Abu Ahmed al-Kuwaiti.

La piste remonte jusqu’à Abu Faraj al-Libbi (Yoav Levi). Les informations semblent contradictoires. Au fur et à mesure que le temps passe, le mystère s’épaissit.

Maya Harris identifie un site qui pourrait être le repère de Ben Laden. Contrairement à la théorie des montagnes Afghanes, l’agente est convaincue qu’il se cache dans une forteresse d’Abbottabad.

Désormais il s’agit d’apporter la preuve que Ben Laden est bien là. Le superviseur de la CIA George Panetta (Mark Strong) fait tout ce qu’il peut dissiper les doutes. Une personne non-identifiée se cache bien au Pakistan. Néanmoins, personne ne peut être sûr à 100%.

Avant de briefer le Président, le directeur de la CIA (James Gandolfini) veut plus de garanties.

The president needs proof.

Autour de la table, on ne lui donne que du 60%. Seule Maya Harris se mouille.

100% he’s there… Ok fine,95% cause I know certainty freaks you guys out.

Pas de bombe. Le gouvernement Américain souhaite une action discrète. Les forces spéciales de Patrick Grayston (Joel Edgerton) et Justin Lenihan (Chris Pratt) décollent de nuit, avec peu d’enthousiasme. L’opération est évidemment très risquée. Par ailleurs, rien n’assure que la cible soit présente.

Sur place, les soldats abattent de nombreuses personnes dont peut-être Oussama Ben Laden.

Got a possible jackpot.

Ils ramènent la dépouille à la base Américaine de Jalalabad pour identification. Maya Harris est formelle.

Sir, the Agency expert gave visual confirmation.

Elle monte à bord de l’avion du retour, seule.

You must be pretty important, you have the whole plane to yourself!

Dans l’intimité, elle fond en larmes.

L’EXPLICATION

Zero Dark Thirty, c’est un changement de paradigme.

Dans notre société, la valeur d’une personne se détermine au courage (cf Des hommes d’honneur). Le personnage du chevalier est celui qui se distingue des autres car il est le seul à faire preuve d’assez d’audace pour faire face au danger. Il ne peut d’ailleurs s’agir que d’un homme. Comment pourrait-il en être autrement?

Puisque dans le monde machiste qui est le nôtre, on associe historiquement la témérité aux organes génitaux masculins. Quand tout le monde se défile, le chef est celui qui met ses couilles sur la table, selon l’expression consacrée. Il hausse le ton, prend les décisions difficiles, assume ses choix et remporte la victoire.

La femme n’existe tout simplement pas dans ce paysage. Elle est à la maison pour s’occuper des enfants, ou faire le ménage (cf La Bonne Épouse).

Heureusement, les temps changent.

Maya Harris est une femme parmi les hommes (cf Le Silence des Agneaux). Elle se voit donner le droit de rejoindre la traque à Oussama Ben Laden. Cependant, elle doit faire ses preuves car personne ne la considère (cf Nikita).

It’s her against the world.

Les garçons ne sont pas habitués à voir quelqu’un du sexe faible dans leur environnement (cf Les Figures de l’Ombre). Ils font l’erreur de la sous-estimer.

You don’t think she’s very young for the hard stuff?

Les garçons se sentent également en concurrence permanente (cf There Will be Blood). C’est le propre des lions. Plutôt que de collaborer, ils se comparent la taille du sexe. Craignant qu’on leur vole la vedette. Pire, qu’une femme parvienne à réussir là où ils buttent depuis trop de temps. Impensable! Alors les garçons se rassurent comme ils peuvent, en parlant fort ou en bombant le torse.

What do you think of the girl?

I think she’s fuckin’ smart.

We’re all smart, Jeremy.

Les garçons pédalent dans la choucroute puis au moment de passer à l’action, ils ne parviennent pas à sauter du plongeoir. L’enjeu est énorme, il faut le dire. Retrouver celui qui a fait trembler l’Empire. Mieux vaut ne pas se tromper.

En salle de réunion, tout le monde se regarde pour se renvoyer la balle. Lorsque le directeur de la CIA réclame des réponses, on entend une mouche voler. Les gros bras se sont tous dégonflés. Soudainement, les chevaliers se sont mués en statisticiens. Le conseil de guerre prend des allures de négociations entre courtiers d’assurance.

We don’t deal with certainty, we deal with probability.

Ce n’est pas assez. Il faut prendre le risque. Le discours socratique atteint ses limites. Si quelqu’un n’accélère pas, l’opportunité de capturer le responsable des attentats ne se représentera sans doute jamais.

Il s’agit du moment de vérité dont se saisit Maya Harris. Elle prend son courage à deux mains pour partager ses convictions, avec fermeté. Suffisamment pour convaincre Leon Panetta.

Personne ne semble être sûr de rien sauf elle.

Même les soldats sont sceptiques. Maya Harris les envoie au feu avec détermination. Elle sait qu’elle ne se trompe pas.

You’re gonna kill him for me.

L’histoire lui donne raison. Il était nécessaire de suivre son intuition. La sienne.

Contrairement aux soldats, Maya Harris ne parade pas. Elle constate la mort de Ben Laden avec retenue. Le boulot est fait.

Bien qu’elle ait joué un rôle essentiel dans la capture du terroriste, elle ne reçoit aucune félicitation. Pas de fleurs. Aucune médaille. Elle ne réclame rien.

Cette femme s’est imposée dans un monde d’hommes, à sa manière (cf Working Girl). Désormais, elle peut rentrer à la maison et relâcher la pression.

On dit des hommes qu’ils ne pleurent pas. La femme peut se le permettre. Ses larmes ne diluent en rien son courage.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.