JFK

 JFK
Oliver Stone, 1991

LE COMMENTAIRE

Afin qu’on puisse profiter de l’été sans se faire mal aux yeux, Dieu a inventé les Ray-Ban. Il est désormais possible de regarder la lumière de la vérité sans être ébloui. Il n’empêche qu’à regarder les choses de trop près, on finit quand même par ne plus rien y voir. Donc au final, on peut quand même se demander à quoi ça sert de porter des lunettes si ce n’est pour faire plaisir à Alain Afflelou.

LE PITCH

Jim Garrison (Kevin Costner) se refait le match de l’assassinat de Kennedy.

L’HISTOIRE

Le 22 novembre 1963. Le Président John Kennedy se promène paisiblement avec sa femme Jacqueline Bouvier dans les rues de Dallas lorsqu’il se fait tout à coup canarder comme dans une fête foraine.

Jim Garrison, le procureur de la Louisiane est profondément choqué par cet attentat, comme tout bon patriote. Il constate que quelques pistes liées à la mort du président remontent jusqu’à La Nouvelle-Orléans. Il commence son enquête.

La mort de Lee Harvey Oswald (Gary Oldman), assassin présumé de JFK abattu par Jack Ruby (Brian Doyle-Murray), précipité les choses et force Garrison à immédiatement boucler l’affaire, lui laissant un petit goût amer en bouche. Il décide de ré-ouvrir le dossier après avoir lu le rapport de la Commission Warren truffé d’incohérences.

Garrison et ses enquêteurs interrogent Dave Ferry (Joe Pesci), Willie O’Keefe (Kevin Bacon) ainsi que Claw Shaw (Tommy Lee Jones), tous les trois liés à Oswald. Entre les dépositions contradictoires et la théorie farfelue de la balle unique défendue par la Commission Warren, Garrison est persuadé que l’assassinat de Kennedy cache quelque chose d’énorme. Il pense que le président n’a pas été la cible d’un marginal, plutôt la victime d’un complot.

Garrison se rend à Washington DC pour rencontrer X (Kiefer Sutherland), un militaire haut placé au Pentagone. X confirme les doutes de Garrison, insinuant que pas mal de monde est impliqué dans cette conspiration: de la mafia à la CIA en passant par Lyndon Johnson lui-même. X ne peut pas témoigner ni donner de nom. Il confirme simplement à Garrison qu’il est sur la bonne voie.

Remember, fundamentally, people are suckers for the truth – and the truth is on your side.

Le procureur et son équipe reçoivent de nombreuses tentatives d’intimidations et autres menaces de mort. Garrison très impliqué dans cette affaire voit aussi les relations avec sa femme (Sissy Spacek) se dégrader petit à petit. Il ne veut pas lâcher l’affaire, il ne peut pas lâcher l’affaire.

Après la mort également suspecte de Ferrie, Garrison décide enfin de passer à l’action en inculpant Clay Shaw en 1969. Devant la cours, il démonte le rapport de la Commission Warren.

The FBI says they can prove it through physics in a nuclear laboratory. Of course they can prove it. Theoretical physics can also prove that an elephant can hang off a cliff with its tail tied to a daisy!

Il va plus loin et expose sa théorie, n’hésitant pas à impliquer le nouveau président.

The Mob wouldn’t have the guts or the power for something of this magnitude. Assassins need payrolls, orders, times, schedules. This was a military-style ambush from start to finish… a coup d’etat with Lyndon Johnson waiting in the wings.

Le jury admet conspiration avant d’acquitter Clay Shaw faute de preuve. Dix ans plus tard, Richard Helms ancien directeur de la CIA reconnaîtra pourtant que Clay Shaw était bien un agent secret.

Des éléments liés à l’enquête seront rendus publics… en 2029.

Telling the truth can be a scary thing sometimes.

L’EXPLICATION

JFK c’est une aiguille dans une botte de foin.

Garrison fait face à une énigme à multiples inconnues, impossible à résoudre. Les tireurs eux-mêmes ne savaient pas s’ils tiraient à blanc ou à balles réelles. Personne ne sait. JFK est un problème trop compliqué. C’est un sujet épineux de politique internationale auquel essaie de s’attaquer un élu local. Garrison a du courage. Il a le mérite d’essayer. La marche est tout simplement un peu trop haute.

Who did the president, who killed Kennedy, fuck man! It’s a mystery! It’s a mystery wrapped in a riddle inside an enigma! The fuckin’ shooters don’t even know! Don’t you get it?

JFK c’est un mensonge. On nous a fait croire à Lee Harvey Oswald, puis à Jack Ruby. Tout cela était presque aussi gros que l’incendie du Reichstag. Tellement gros que ça ne pouvait qu’être vrai. On ne nous donne pas la possibilité de trouver en nous maintenant la tête sous l’eau.

All these documents are yours. The people’s property, you pay for it! But because the government considers you children who might be too disturbed or distressed to face this reality, or because you might possibly lynch those involved, you cannot see these documents for another seventy-five years.

Garrison n’aime pas le mensonge. Alors il part en croisade. Il est un justicier qui serait sorti de son coma.

Godamn it, I’ve been sleeping for three years.

Il n’est rien qu’un homme contre tout un système. Il n’y arrive logiquement pas. Tout comme JFK a échoué, Garrison se plante au tribunal. Quand les intérêts des puissants sont menacés, les autres peuvent s’écraser ou gesticuler comme Garrison. Ils ne vont pas très loin. Ils maintiennent l’espoir (ou l’illusion). Car on ne peut rien faire contre le système, pas à ce niveau là en tout cas.

Derrière l’assassinat de JFK, il y a un motif. Beaucoup s’intéressent à la mise en scène et se demandent qui? ou comment?. Peu s’intéresse au fond et se demandent pourquoi?.

That’s the real question isn’t it: why? The how and the who is just scenery for the public.

Pour peu qu’on se pose les bonnes questions, on comprend rapidement ce qui fait tourner le monde…

POUVOIR <=> ARGENT <=> GUERRE

Et ce qui s’est passé devient soudain évident.

Kennedy wanted to end the Cold War in his second term. He wanted to call off the moon race and cooperate with the Soviets. He signed a treaty to ban nuclear testing. He refused to invade Cuba in 1962. He set out to withdraw from Vietnam. But all that ended on the 22nd of November, 1963.

JFK était gênant. Il a été mis à l’écart. Comme il ne se serait pas couché de lui même, on l’a couché de force. C’est simple. Et ça ne fait pas de mal d’avoir des légendes de temps en temps… Jésus, Martin Luther King, JFK, Zinédine Zidane.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s