THE MASTER

THE MASTER
Paul Thomas Anderson, 2012

LE COMMENTAIRE

Les deux grandes guerres du début du XXe siècle ont pas mal rebattu les cartes de l’ordre mondial. Les États-Unis en sont sortis champions. Les neo-maîtres du monde s’en sont aussi sortis avec de vraies séquelles et de profondes incertitudes qu’ils ont désespérément cherché à combler par des bouffées de Lucky Strike ou de grandes gorgées d’alcool frelaté.

LE PITCH

Un vétéran rencontre un gourou.

L’HISTOIRE

Freddie (Joaquin Phoenix) a du mal à se réinsérer dans la société après son retour du Pacifique. C’est un euphémisme. Au delà de ses troubles mentaux, il a surtout un sérieux problème d’alcool. C’est un peu par hasard qu’il va embarquer à bord de l’Alethia et y faire la rencontre de Lancaster Dodd (Philip Seymour Hoffman). Touché par la fragilité du personnage, Dodd va prendre Freddie sous son aile.

Leader du mouvement The Cause, Dodd remonte la côte Est pour vendre sa doctrine auprès de riches gogos. Sa méthode est un savant mélange d’hypnose et de voyage dans le temps. Ses cobayes tentent de retrouver leur essence avant que le temps ne les pervertisse.

Thankfully we are, all of us, working at breakneck speeds, in the unison towards capturing the mind’s fatal flaws and correcting it back to its inherent state of perfect.

D’abord impressionné par le charisme de Dodd, Freddie va devenir son cobaye et son fidèle soldat, n’hésitant pas à passer à tabac le moindre de ses détracteurs. Freddie va doucement perdre le respect qu’il porte à son maître puis quitter le mouvement, un peu poussé vers la sortie par Peggy (Amy Adams), la femme de Dodd.

Freddie est pris d’une hallucination. Il se rend à Londres où s’est exilé Dodd pour y lancer une nouvelle école de pensée. Cette ultime rencontre scellera définitivement la fin de leur relation. Freddie continue sa route, non sans reproduire les méthodes de son ancien maître.

You’re the bravest girl I’ve ever met.

L’EXPLICATION

The Master c’est un rapport de force.

Comme toutes les personnes victimes de crises de croissance aiguës, les États-Unis sont sortis de la guerre de 40 avec de jolis pectoraux bien dessinés assortis de nombreuses vergetures au niveau des aisselles. Freddie, comme beaucoup de vétérans souffrants de PTSD, est complètement livré à lui-même. Personne ne l’aime.

Who likes you except for me?

Il se retrouve presque logiquement sous influence. Il est dès lors la proie facile de charlatans comme Lancaster Dodd (cf Ron Hubbard), le seul qui l’aime.

I’m the only one who likes you.

Freddie et Dodd se sont trouvés. Freddie a besoin de Dodd dont il ne comprend rien aux discours cryptiques mais dont l’aura le réconforte. De la même manière que Dodd est amoureux de la liberté de Freddie, ce marin qui suit le courant, sans contrainte (et qui sait faire des cocktails explosifs).

You pay no rent, free to go where you please.

Accessoirement, il a aussi besoin d’un rat de laboratoire doublé d’un disciple qui pourrait lui témoigner une foi absolue, à la différence de sa femme Peggy qui le domine, de son gendre Clark (Rami Malek) qui est complètement abruti ou de son fils Val (Jesse Plemons) qui lui non plus n’est pas dupe de la supercherie.

He’s making all of this up as he goes along. You don’t see that?

Freddie et Dodd se ressemblent.

You look so familiar to me…

Ils s’apprécient car ils ont la même fragilité. Tous les deux se cherchent une place dans ce nouveau monde.

But above all, I am a man, hopelessly inquisitive man, just like you.

Si Freddie est la figure du marginal, Dodd ne fait pas illusion très longtemps. Tout va bien sur le bateau en compagnie de ses fidèles. Dès qu’il accoste et qu’il s’expose un peu, il compense son manque d’arguments par des insultes envers les personnes raisonnables qui mettent sa parole en doute. Au fur et à mesure, on réalise que ses petites plaisanteries ne sont en fait que des artifices qui parviennent tout juste à masquer les apparences. Dodd prétend avoir réponse à tout. Il « découvre des secrets ». En fait, il navigue à vue et montre des signes d’épuisement. Lui qui prétend avoir des réponses n’est finalement pas plus malin que les autres.

What do you want?!

Freddie s’en rend compte à Londres où le discours de Dodd fait de moins en moins de sens.

If you leave me now, in the next life you’ll become my sworn ennemy. And I’ll show you no mercy.

Freddie va tenter de vivre seul, affranchi de son maître, à la surprise d’un Dodd incrédule et triste de perdre son compagnon de galère.

If you figure a way to live without serving a master, any master, let the rest of us know will you? For you’d be the first in the history of the world.

Car the Master n’est autre qu’une histoire d’asservissement des hommes par les femmes. Sans Freddie, Dodd se retrouve désormais seul avec Peggy qui l’a castré et dont il est le pantin absolu. Il n’est rien d’autre qu’un Katerine à qui elle dicte ses paroles. C’est elle qui lui ordonne d’attaquer tout en lui intimant de remettre son zizi dans son pantalon. Elle a dompté le pénis.

Stick it back to its pants.

Peggy est toute puissante. C’est également elle qui chasse Freddie.

It’s pointless. He isn’t interested in getting better.

Freddie quant à lui a été abandonné par sa mère et par Doris (Madisen Beaty). Les femmes l’obsèdent et le torturent. Il est le fils d’une folle. Il a fait l’amour à une femme interdite (sa tante), deux fois. Il voit des femmes nues partout et il se fait même harceler par la fille de Dodd soit-disant bien sage.

Elle le cherche du regard et le provoque puis le dénonce à son père, façon #balancetonporc.

I think he wants me.

Freddie quitte Dodd. Il n’est pas libre pour autant. Il utilise les mots du Maître. Et il restera toute sa vie sur cette plage à côté de cette femme absolue dessinée sur le sable.

C’est la victoire dans l’ombre du féminisme. Le vrai maître de l’homme c’est déjà la femme: celle que l’on essaie d’hypnotiser (Mildred Drummond), celle que l’on essaie de convaincre (Helen Sullivan), celle à qui l’on obéit (Peggy Dodd) ou celle à côté de laquelle on vient chercher le réconfort sur la plage. Il n’y a jamais vraiment eu de combat. Les femmes ont toujours gagné.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

  • « Quand on y pense le féminisme a quelque chose de complètement tordu. C’est peut-être même la plus grosse connerie jamais inventée. Les femmes sont déjà aux commandes de tout, pourquoi éprouvent-elles le besoin d’officialiser leur dictature totale sur l’homme? Le pouvoir est, avec le shopping, une forme moderne de boulimie toute féminine. C’est à croire que les femmes n’ont pas retenu la leçon du 11 septembre. Car il n’y a jamais de fumée sans feu (et inversement). Tout a des conséquences. Par exemple, une répercussion directe de la progression du féminisme dans la société est la croissance exponentielle de l’influence gay au sein de la communauté masculine. Il sera bien temps de se plaindre des hommes quand vous aurez rendu la planète entière homo mesdames! »

    Ça fait partie de la loufoquerie. Pour le reste, merci de parler de ce film
    Etre payer en moyenne 20% de moins qu’un homme pour le même travail, est ce du féminisme ? Quelle est la nature de cette dictature ?

    • Non dans ce cas je parlerais plutôt de « sarcasme » que de « loufoquerie », évidemment.
      Plus sérieusement il y a un rapport à la femme complexe dans The Master. Cette femme sans laquelle Lancaster Dodd ne peut rien décider. Et cette muse de sable à côté de laquelle Freddy aimerait passer sa vie tel un foetus. La femme de l’ombre (et de caractère) tire les ficelles dans l’Amérique des années 50.
      C’est d’ailleurs pourquoi l’élection de Trump a marqué un terrible retour en arrière.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s