GREMLINS 2

GREMLINS 2 : LA NOUVELLE GÉNÉRATION

Joe Dante, 1990

LE COMMENTAIRE

La meilleure manière de se protéger de la folie ambiante est peut-être de succomber à la folie soi-même. À quoi bon chercher à comprendre le comportement chaotique de ses semblables? Expliquer l’inexplicable. Quand la raison atteint ses limites, offrons lui quelques vacances.

LE PITCH

Des petites créatures menacent de semer la panique dans Manhattan.

LE RÉSUMÉ

Le promoteur Daniel Clamp (John Glover) n’a plus qu’à racheter une boutique dans Chinatown construire un gigantesque centre commercial. M. Wing (Keye Luke) finit par rendre les armes. Les pelleteuses commencent les travaux. Un petit mogwai s’échappe du magasin (cf Gremlins).

Le pauvre Gizmo n’a pas fait deux pas dehors qu’il est aussitôt capturé par deux scientifiques qui se promènent dans les environs.

If you want to find something weird you have to go downtown!

Il est emmené au 51e étage du Clamp Center, dans le laboratoire experimental du Docteur Catheter (Christopher Lee).

Billy Peltzer (Zach Galligan) et sa fiancée Kate (Phoebe Cates) travaillent tous les deux dans le même complexe. Ils ont quitté Kingston Falls pour la Grosse Pomme. C’est un peu par hasard que Billy entend un livreur siffler la petite musique que fredonne souvent Gizmo. Il retrouve le mogwai et le libère de ses ravisseurs.

Pas le temps de le ramener chez lui car il est invité à diner par sa supérieure, Marla Bloodstone (Haviland Morris). Billy envoie Kate chercher Gizmo.

Malheureusement, Gizmo a déjà été arrosé par un technicien réparant les robinets. Les gremlins l’on fait prisonnier dans un conduit d’aération, puis se sont copieusement goinfrés après minuit – l’heure du crime. Kate arrive trop tard. Le mal est fait.

Les gremlins se multiplient et mettent le bazar dans l’immeuble. Certains se servent dans le laboratoire et entament une mutation génétique. Un gremlin araignée, un Arcimboldo, un travesti, un gremlin électrique, une drôle de troupe. Un autre gremlin devenu répond aux questions de Fred (Robert Prosky), un animateur TV sur le retour s’improvisant reporter.

Creature what is it that you want?

Fred, what we want is, I think, what everyone wants, and what you and your viewers have: civilization.

Daniel Clamp en personne cherche à maitriser les dégâts. Billy est en première ligne. Il suggère d’avancer les horloges et de faire croire aux gremlins qu’il fait nuit noire pour mieux les griller à la lumière du jour. Mauvaise nouvelle : le temps se couvre.

Billy a l’idée de regrouper tous les gremlins dans le hall puis les arroser pour mieux les électrocuter en libérant le gremlin électrique. Tous les lézards se mettent à fondre.

I’m melting. What a world, what a world…

Clamp triomphe. Il félicite Billy dont les dessins de Kingston Falls lui inspirent une idée.

Bill, you sell me this design and we’re going to build the biggest most sensational quiet little town we’ve ever seen!

Un peu plus haut dans les étages, le chef de la sécurité (Robert Picardo) est séduit par le gremlin travesti.

L’EXPLICATION

Gremlins 2, c’est contenir la barbarie de l’intérieur.

La violence du monde n’est plus à démontrer. Elle prend des formes diverses : de la pure sauvagerie (cf Problemos) à des formes plus abouties en matière de perversité (cf La Loi du Marché). Trop souvent, on pense que les barbares sont à nos portes. Le barbare, c’est l’autre. L’étranger. Celui qui vient de l’extérieur. C’est faire l’erreur de se croire différent, voire supérieur.

Les New Yorkais ont tendance à souffrir de ce complexe. Ils sont persuadés qu’ils sont le centre du monde. La ville est effectivement au coeur d’une compétition féroce. Les gens y passent leur temps à courir ou s’insulter. Sans s’excuser. Forster s’invite chez M. Wing sans prévenir pour se faire le porte-parole de l’impérialisme de Clamp, insultant au passage une culture Chinoise pourtant millénaire.

A man can always agree with others, it is more difficult to agree with oneself…

It’s very charming : Confucius, or Bruce Lee?

Le Clamp Center se veut le symbole de cette société toute puissante. Il s’agit en fait d’une sorte de tour de Babel, infestée d’arrivistes telles que Marla Bloodstone ou de Dr Frankenstein à l’image du Dr Catheter – sorte de John Hammond (cf Jurassic Park) qui joue avec la génétique ou les virus comme avec des allumettes sans la moindre considération éthique.

Lorsque les gremlins prennent le pouvoir à l’intérieur de l’immeuble, la chaîne de TV du groupe annonce carrément la fin du monde civilisé, non sans prétention.

Because of the end of civilization, the Clamp Cable Network now leaves the air. We hope you’ve enjoyed our programming, but more importantly, we hope you’ve enjoyed… life.

L’effondrement de l’Empire Clamp sonnerait la fin de la civilisation. Aucune remise en question. Si cette pagaille a lieu, c’est bien par la faute de la négligence de ces illuminés. Ils n’ont que ce qu’ils méritent. Les gremlins sont leur punition.

Pendant ce temps, Gizmo fait la tronche.

Les forces vives vont devoir s’activer. Billy passait jusque là inaperçu. Complètement transparent dans ce New York qui lui marchait sur les pieds. Cette situation va lui donner la chance de se révéler. Fred avait été mis au placard. Désormais il reprend l’antenne. Gizmo était devenu le souffre douleur des gremlins. Le voilà qui s’inspire de John Rambo pour se transcender.

To survive a war, you have to become the war.

Les introvertis se rebellent pour faire en sorte que la démence soit maitrisée. Le barbare reste le barbare. Surtout, le barbare ne s’échappe pas. Il reste à l’intérieur.

Everything your society has worked so hard to accomplish over the centuries, that’s what we aspire to; we want to be civilized.

Une chance que les gremlins ne l’aient pas fait à New York, sinon ils auraient pu le faire n’importe où – si l’on en croit la chanson.

Dès la fin de cette aventure, Clamp imagine le futur. Demain n’attend pas. Finis les rêves de centres commerciaux gigantesques. A-t-il retenu une leçon? Pas sûr… Il veut désormais construire des petits villages artificiels en s’inspirant de Kingston Falls. Faut-il vraiment s’en réjouir?

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.