TATIE DANIELLE

TATIE DANIELLE
Étienne Chatilliez, 1990

LE COMMENTAIRE

Papa chanteur, maman douceur, baby bonheur… On est seulement en 1985 et il n’y a déjà plus de place pour la mamie dans la maison de Jean-Luc Lahaye. La mutation de la famille est en marche. On a foutu les grand-parents en maison de retraite et le divorce est proche. En une seule chanson on a la fin du tout nucléaire et l’avènement du monoparental.

LE PITCH

Danielle Billard (Tsilla Chelton) mène la vie dure à son environnement.

L’HISTOIRE

Danielle Billard est une vieille veuve acariâtre qui vit avec sa gouvernante Odile (Neige Dolsky) qu’elle prend soin de tyranniser au quotidien. En plus d’être méchante, Tatie Danielle Billard sait très bien jouer la comédie, notamment auprès de ses petits-neveux Catherine (Catherine Jacob) et Jean-Pierre (Eric Prat).

Je me faisais une telle fête de vous voir…

Odile est à bout. Elle se tue en essayant de nettoyer le lustre. Tatie Danielle ne peut rester seule à 82 ans. Elle n’a pas d’autre choix que de vendre la maison et d’emménager chez ses petits neveux à Paris.

Elle mène la vie dure à la famille Billard, notamment à Catherine en snobant sa cuisine et en squattant sa salle de bains chaque matin. Elle marche sur la queue du chien, insulte Jean-Marie (Mathieu Foulon) et abandonne le petit Jean-Christophe (Gary Ledoux) au square.

Les Billard s’apprêtent à partir en vacances en Grèce. Ils embauchent Sandrine (Isabelle Nanty) pour prendre soin de la vieille dame. Tatie Danielle l’a mauvaise. Elle se plaint régulièrement auprès de son défunt mari Édouard.

Ils m’ont pris tout mon argent et maintenant il m’abandonne.

Sandrine ne se laisse pas faire.

Je suis pas payée pour tourner en bourrique.

En la remettant à sa place, Sandrine gagne la confiance de Tatie Danielle. Toutes les deux deviennent complices. Elles se tutoient et partent même en goguette dans Paris. Elles n’ont aucun scrupule à abandonner le chien le long de la route.

Sandrine est amoureuse d’un jeune Américain qui s’apprête à repartir chez lui et avec lequel elle veut passer une dernière nuit. Tatie Danielle lui fait une scène de jalousie mémorable.

T’es payée pour me garder, pas pour partir en week-end!

Sandrine a son caractère. Elle plante Tatie Danielle qui se laisse totalement aller. Elle transforme les lieux en une véritable porcherie. Elle se nourrit des boîtes de Canigou du chien. Ce sont les pompiers qui la retrouvent abandonnée après qu’elle ait mis accidentellement le feu à l’appartement. Les médias s’emparent de l’affaire et tout le quartier est scandalisé.

Des monstres pareils dans le XVe, jamais j’aurais pensé ça!

Quand les Billard reviennent de Grèce ils sont entendus par la police puis sont finalement disculpés, pour le plus grand soulagement de Catherine qui va pourtant rendre visite à Tatie Danielle dans sa nouvelle maison de retraite.

La terreur continue d’y persécuter les autres, notamment sa voisine Madame Mauprivet. Tatie Danielle finit par s’échapper grâce à Sandrine avec laquelle elle part prendre l’air à la Montagne.

L’EXPLICATION

Tatie Danielle c’est une condamnation de la naïveté, sous toutes ses formes.

On est d’abord bien naïf de croire que les vieux sont forcément gentils. Nous avons peut-être été endormis par trop de courses au Suma, à ne plus faire attention au couple formé par le Papi distributeur de caramels et sa femme Mami yaourt (ou sa maitresse Mami Café)? Les vieux ne sont pas en guimauve. Ils ont aussi le droit d’avoir leur caractère de cochon qui ne va pas en s’arrangeant avec le temps. Tatie Danielle est aigrie, menteuse, manipulatrice et abjecte, voire même criminelle.

On est naïf de croire que ces vieux ne cherchent qu’à nous faciliter la vie comme s’ils n’avaient rien de mieux à faire. Ça n’est pas vrai. Tatie Danielle préfère abandonner Totoff au square pour regarder ses Feux de l’Amour, tout un symbole. C’est d’ailleurs ce qui nous pend au nez, avec une génération entière de vieux narcissiques qui n’en feront plus qu’à leur tête. S’ils n’ont plus le volant, ce sont encore eux qui dirigent. Tatie Danielle c’est Guy Roux.

Je pensais prendre l’autoroute.

Non on passe par Sens!

Qu’est-ce qu’on peut être naïf de craindre le troisième âge.

C’est terrible de vieillir.

Non ça n’est pas terrible. D’abord on n’a plus à s’occuper de ses gosses. Avec un peu de chance on est un peu moins con que quand on avait 20 ans. On est plus riche et on peut enfin profiter de son épargne. Et on a encore toute sa tête. Tatie Danielle est un vrai modèle de lucidité.

Je sais pas danser mais je vois clair!

Elle joue les victimes pour mieux profiter de la crédulité de sa propre famille. C’est un pied de nez pour cette droite conservatrice du XVe arrondissement naïve au point de croire que les « parasites » qui profitent du système ne peuvent qu’avoir des prénoms à consonance maghrébine. Ils réalisent avec horreur que le verre est dans la pomme, sous leur toit.

Tatie Danielle dénonce plus globalement la naïveté des Catherine et sa lotion au chèvrefeuille sans alcool, des Odile ou des Totoff de ce monde. C’est une moquerie de tous ceux qui se font abuser volontairement par leur prochain ordurier juste parce qu’ils se sentent coupables. Ils ont l’impression que c’est leur devoir d’aider les autres, même ceux qui les maltraitent.

C’est tellement rare de nos jours de s’occuper des personnes âgées.

La doctrine sado-masochiste chrétienne selon laquelle il faudrait tendre l’autre joue à celui qui prend du plaisir à vous donner des claques est tournée en ridicule. Cela ne fait tellement pas de sens que même l’infirmière n’en revient pas elle-même.

Elle vous en a pas fait assez!? Vous en redemandez??

Ne nous laissons pas attendrir. Prenons plutôt la mesure de notre adversaire comme le fait très bien Sandrine. Tatie Danielle donne l’impression de se moquer du monde. En fait elle s’intéresse pourtant au monde puisqu’elle parle Anglais. Son petit jeu consiste simplement à se laisser aller à son racisme ordinaire.

Ça fait 80 ans que je mange français. Ici c’est poisson cru au citron vert et j’en passe… À Auxerre on mange des paupiettes!

Ne tombons pas dans son piège. Rentrons dans le lard de ces vieux schnoques pour assainir la relation. Ne nous laissons pas marcher dessus. N’ayons pas peur de nous révolter comme le fait ce SDF qui exprime sa frustration avec ses mots à lui.

Va te faire foutre vieille conne!

Protestons sans pour autant céder à la panique ou à la grossierté. Pas besoin. En cas de force majeur, il nous suffira de couper le robinet des retraites et on n’en parlera plus de ces vieux croutons.

LE TRAILER

 

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s