SIDEWAYS

SIDEWAYS

Alexander Payne, 2004

LE COMMENTAIRE

Les Amérindiens étaient bien connus pour leur goût du calumet. Leur passion pour le goulot les a néanmoins conduits à leur perte. Ils cherchaient dans l’alcool une nouvelle sensation physique, une manière de rêver différemment – un peu comme dans Inception finalement. C’est comme ça qu’on perds son âme. Le chanteur Rim K affirmait On sait c’est qui qui domine. Avec l’alcool on pense toujours être les maîtres du jeu comme Hervé Chabalier, sans réaliser qu’on est déjà un peu devenu l’esclave du Pastis (cf Leaving Las Vegas).

LE PITCH

Rien de moins original qu’un petit auteur qui noie son spleen dans le pinard.

L’HISTOIRE

Miles Raymond (Paul Giamatti) est un petit écrivain sans succès, divorcé et déprimé. Son copain de promo, Jack Cole (Thomas Haden Church) l’invite à un enterrement de vie de garçon à deux dans les vignobles de Santa Ynez Valley. Jack est un acteur de séries TV sur le retour qui a eu son petit succès il y a quelques années (cf Birdman).

Au cours de leur tournée, les deux amis font d’abord la rencontre de Maya (Virginia Madsen) pour laquelle Miles a un faible évident. Tous les deux ont une passion commune pour le vin. Un peu plus tard, ils rencontrent Stephanie (Sandra Oh) pour laquelle Jack tombe amoureux, bien qu’il soit bientôt marié.

Lors d’un double rencard, Miles s’éclipse pour appeler son ex-femme (Jessica Hecht) dont il a appris par Jack qu’elle s’était remariée. Il va abuser de la bouteille ce qui ne lui permettra pas d’assurer plus tard avec Maya. Tout l’inverse de Jack et Stephanie qui copulent toute la nuit.

Jack suggère à Miles de déménager pour se rapprocher de Stephanie ; et surtout d’annuler son mariage. Ce que Miles n’arrive pas à comprendre.

Un-fucking-believable.

Miles aura une seconde chance avec Maya. Ils passent la journée puis la nuit ensemble, pendant laquelle il laisse échapper que Jack est sur le point de se marier. Maya se sent trahie. Plaque Miles sur le champ et informe son amie qui écrase son casque de moto sur le nez de Jack.

De nouveau célibataire et voyant son script se faire rejeter de nouveau, Miles prend une cuite monumentale et fait un scandale. Pendant ce temps, Jack se tape une autre serveuse (Missy Doty) puis se fait surprendre par son mari et doit quitter les lieux tout nu et sans son portefeuille, dans lequel se trouvent ses bagues. Jack panique désormais comme un gosse à l’idée d’annuler son mariage.

I can’t lose Christine, Miles. I can’t. I know I fucked up, I know I did a bad thing, and I’m a bad person! But you gotta help me, Miles! You gotta help me! If I lose Christine, I… I am nothing! I’m nothing!

Il retourne sur les lieux pour récupérer les fameuses bagues pendant que sa maîtresse se réconcilie avec son mari. Afin d’expliquer son nez cassé à sa fiancé, il fracasse la voiture de Miles contre un arbre.

Lors du mariage de Jack, Miles croise son ex accompagnée de son mari. Il se saoule à mort, minable. De retour à sa vie d’enseignant, Miles finit par faire publier sur manuscrit. Il reçoit alors un message de Maya qui lui dit qu’elle l’a non seulement lu, mais aussi aimé.

Miles retourne illico presto dans les vignobles pour sonner à la porte de Maya.

paul-giamatti-photo-sideways-virginia-madsen-1020615

L’EXPLICATION

Sideways, c’est la différence entre le bon alcoolique et le mauvais alcoolique.

Nous avons tous, à différents niveaux, des vies parfaitement quelconques. Pendant longtemps on croit faire illusion. Il arrive toujours un moment dans la vie où elle nous rattrape et nous fait comprendre que nous ne sommes pas grand chose, pour la grande majorité d’entre nous en tout cas (cf Hollywoodland).

Miles se prend sa crise de la cinquantaine en pleine figure. Ses ambitions déçues sont derrière lui et il croit vaguement distinguer ce qui se trouve devant: rien.

I’m finished. I’m not a writer, I’m a middle school English teacher. Well, the world doesn’t give a shit what I have to say. I’m unnecessary. Ha! I’m so insignificant I can’t even kill myself.

Jack se veut un peu plus positif. Pour autant, il n’en est pas moins raté lui-aussi. Il papillonne et considère quitter sa fiancée pour une serveuse sur un coup de tête. Il est un homme instinctif autant que perdu.

Les deux serveuses quadra que sont Maya et Stephanie ne sont guère mieux logées.

Face à cette réalité, nous fuyons gentiment. Nombre d’entre nous se réfugient dans la bouteille. Parfois même un peu trop…

Do not drink too much. Do you hear me? I don’t want you passing out or going to the dark side. No going to the dark side!

Le bon alcoolique ne picole pas moins que le mauvais alcoolique. Par contre, il le fait avec un peu plus de panache. Il se met une race avec du Château Cheval Blanc 1961 plutôt que de picoler de la Kanterbraü. Le premier est un esthètealors que le second n’est qu’un gros beauf. Le premier picole et écrit des romans pourris. Le deuxième picole et frappe sa femme ou ses gosses, ou les deux, parce que le FC Sochaux est dans le ventre mou de la ligue 2.

Miles est un alcoolique-poète à ses heures, capable de mettre des mots sur son désarroi. C’est ce qui le rend charmant aux yeux de Maya qui partage d’ailleurs la même sensibilité pour le vin rouge, à ceci près qu’elle est beaucoup plus terre à terre.

… And it tastes so fucking good!

Maya aide Miles a ouvrir les yeux. Conscience de son malheur sans jamais pouvoir le dépasser, il s’enlise. Ou plutôt, il se noie.

f5593f1016b9459e5212dad93b36fb2e

Le gourmet finit dans un fast food. L’écrivain n’arrive pas à dire « aujourd’hui ».

What’s the title?

The Day After Yesterday.

Oh… You mean today?

Miles va mettre le temps. Il va prendre des chemins de traverse, dans des vignobles, pour apprendre à ne pas se concentrer uniquement sur sa petite personne et ses petits problèmes. Apprendre à ne pas juger son pote Jack. À vivre un peu sa vie d’enseignant anonyme à San Diego. C’est la seule façon de pouvoir enfin toucher du doigt son rêve: être publié et trouver peut-être la femme de sa vie.

Il est le bon alcoolique car il passe entre les mailles du filet de la cirrhose du foie. Le bon alcoolique, c’est à dire celui qui s’en sort – on l’espère. Il est celui qui pourra un jour se contenter de boire avec modération.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.