SIDEWAYS

SIDEWAYS
Alexander Payne, 2004

LE COMMENTAIRE

Les Amérindiens étaient bien connus pour leur goût du calumet. Leur passion pour le goulot les a néanmoins conduit à leur perte. Ils cherchaient dans l’alcool une nouvelle sensation physique, une manière de rêver différemment – un peu comme dans Inception finalement. Ils y ont perdu leur âme. Le chanteur Rim K affirmait « On sait c’est qui qui domine ». Avec l’alcool on pense toujours être les maîtres du jeu comme Hervé Chabalier, sans réaliser qu’on est déjà un peu devenu l’esclave du Pastis.

LE PITCH

Miles Raymond (Paul Giamatti) noie son spleen dans le pinard.

L’HISTOIRE

Miles est un petit écrivain sans succès, divorcé et déprimé.

You have been officially depressed for like two years now. And you’re a negative guy anyway – even back in college. And now its worst! You’re wasting away – teaching English to f*cking eighth graders, they ought to be reading what you wrote. Your books Miles.

I’m working on it.

Not hard enough!

Son copain de promo, Jack Cole (Thomas Haden Church) l’invite à un enterrement de vie de garçon à deux dans les vignobles de Santa Ynez Valley. Jack est un acteur de séries TV sur le retour qui a eu son petit succès il y a quelques années.

Au cours de leur tournée, les deux amis font d’abord la rencontre de Maya (Virginia Madsen) pour laquelle Miles a un faible évident. Tous les deux ont une passion commune pour le vin. Un peu plus tard, ils rencontrent Stephanie (Sandra Oh) pour laquelle Jack tombe amoureux, bien qu’il soit bientôt marié. Tous les deux ont une passion commune pour le sexe.

Oh, Stephanie, you bad girl.

I know, I need to be spanked.

Lors d’un double rencard, Miles s’éclipse pour appeler son ex-femme (Jessica Hecht) dont il a appris par Jack qu’elle s’était remariée. Il va abuser de la bouteille ce qui ne lui permettra pas d’assurer plus tard avec Maya. Tout l’inverse de Jack et Stephanie qui copulent toute la nuit.

Jack suggère à Miles de déménager pour se rapprocher de Stephanie ; et surtout d’annuler son mariage. Ce que Miles n’arrive pas à comprendre.

Un-fucking-believable. Can’t we just… go back to the motel… and hang out… and get up early, play 9 holes of golf… before we head home?

Listen, man. You’re my friend, and I know you care about me. And I know you disapprove, and I respect that. But there are some things that I have to do that you don’t understand. You understand literature, movies, wine… but you don’t understand my plight.

Miles aura une seconde chance avec Maya. Ils passent la journée puis la nuit ensemble. Miles laisse échapper que Jack est sur le point de se marier. Maya se sent trahie. Elle plaque Miles sur le champ et informe son amie qui écrase son casque de moto sur le nez de Jack.

De nouveau célibataire et voyant son script se faire rejeter de nouveau, Miles prend une cuite monumentale et fait un scandale. Pendant ce temps, Jack se tape une autre serveuse (Missy Doty) puis se fait surprendre par son mari et doit quitter les lieux tout nu et sans son portefeuille, dans lequel se trouvent ses bagues. Jack panique désormais comme un gosse à l’idée d’annuler son mariage.

I can’t lose Christine, Miles. I can’t. I know I fucked up, I know I did a bad thing, and I’m a bad person! But you gotta help me, Miles! You gotta help me! If I lose Christine, I… I am nothing! I’m nothing!

Il retourne sur les lieux pour récupérer les fameuses bagues pendant que sa maîtresse se réconcilie avec son mari. Afin d’expliquer son nez cassé à sa fiancé, il fracasse la voiture de Miles contre un arbre.

Lors du mariage de Jack, Miles croise son ex accompagnée de son mari. Il se soule à mort, dans un fast food, minable. De retour à sa vie d’enseignant, Miles finit par faire publier sur manuscrit. Il reçoit alors un message de Maya qui lui dit qu’elle l’a non seulement lu mais aimé. Elle lui propose de la retrouver. Miles retourne aussitôt dans les vignobles pour sonner à la porte de Maya.

L’EXPLICATION

Sideways, c’est la différence entre le bon alcoolique et le mauvais alcoolique.

Nous avons tous, à différents niveaux, des vies parfaitement quelconques. Pendant longtemps on croit faire illusion. Il arrive toujours un moment dans la vie où elle nous rattrape et nous fait comprendre que nous ne sommes pas grand chose, pour la grande majorité d’entre nous en tout cas (cf Hollywoodland).

Miles se prend sa crise de la cinquantaine en pleine figure. Ses ambitions déçues sont derrière lui et il croit vaguement distinguer ce qui se trouve devant: rien.

I’m finished. I’m not a writer, I’m a middle school English teacher. Well, the world doesn’t give a shit what I have to say. I’m unnecessary. Ha! I’m so insignificant I can’t even kill myself.

Jack se veut un peu plus positif.

Just don’t give up, alright? You’re gonna make it.

Il n’en est pas moins raté lui aussi. Il papillonne et considère quitter sa fiancée pour une serveuse sur un coup de tête. Il est un homme instinctif autant que perdu.

Les deux serveuses quadra que sont Maya et Stephanie ne sont guère mieux logées.

Face à cette réalité, nous fuyons gentiment. Nombre d’entre nous se réfugient dans la bouteille. Parfois même un peu trop…

Do not drink too much. Do you hear me? I don’t want you passing out or going to the dark side. No going to the dark side!

Le bon alcoolique ne picole pas moins que le mauvais alcoolique. Par contre, il le fait avec un peu plus de panache. Il se met une race avec du Château Cheval Blanc 1961 plutôt que de picoler de la Kanterbraü. Le premier est un esthète (pour ne pas dire un snob) alors que le second n’est qu’un gros beauf. Le premier picole et écrit des romans pourris. Le deuxième picole et frappe sa femme ou ses gosses (ou les deux) parce que le FC Sochaux est dans le ventre mou de la ligue 2.

Miles est un alcoolique-poète à ses heures, capable de mettre des mots sur son désarroi.

Why are you so in to Pinot?

Uh, I don’t know, I don’t know. Um, it’s a hard grape to grow, as you know. Right? It’s uh, it’s thin-skinned, temperamental, ripens early. It’s, you know, it’s not a survivor like Cabernet, which can just grow anywhere and uh, thrive even when it’s neglected. No, Pinot needs constant care and attention. You know? And in fact it can only grow in these really specific, little, tucked away corners of the world. And, and only the most patient and nurturing of growers can do it, really. Only somebody who really takes the time to understand Pinot’s potential can then coax it into its fullest expression. Then, I mean, oh its flavors, they’re just the most haunting and brilliant and thrilling and subtle and… ancient on the planet.

C’est ce qui le rend charmant aux yeux de Maya qui partage d’ailleurs la même sensibilité pour le vin rouge, à ceci près qu’elle est beaucoup plus terre à terre.

No, I- I like to think about the life of wine.

Yeah.

How it’s a living thing. I like to think about what was going on the year the grapes were growing; how the sun was shining; if it rained. I like to think about all the people who tended and picked the grapes. And if it’s an old wine, how many of them must be dead by now. I like how wine continues to evolve, like if I opened a bottle of wine today it would taste different than if I’d opened it on any other day, because a bottle of wine is actually alive. And it’s constantly evolving and gaining complexity. That is, until it peaks, like your ’61. And then it begins its steady, inevitable decline.

Hmm.

And it tastes so fucking good!

Maya aide Miles a ouvrir les yeux. Il a pris conscience de son malheur sans jamais pouvoir le dépasser. Il s’enlise. Le gourmet finit dans un fast food. L’écrivain n’arrive pas à dire « aujourd’hui ».

What’s the title?

The Day After Yesterday.

Oh… You mean today?

Miles va mettre le temps. Il va prendre des chemins de traverse, dans des vignobles, pour apprendre à ne pas se concentrer uniquement sur sa petite personne et ses petits problèmes. Il va apprendre à ne pas juger son pote Jack. Il va apprendre à vivre un peu sa vie d’enseignant anonyme à San Diego. C’est la seule façon de pouvoir enfin toucher du doigt son rêve: être publié et trouver peut-être la femme de sa vie.

Il est le bon alcoolique car il passe entre les mailles du filet de la cirrhose du foie. Il est le bon alcoolique car il est celui qui s’en sort, on l’espère. Il est celui qui pourra un jour se contenter de boire avec modération.

 

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s