KILLER’S KISS

KILLER’S KISS
Stanley Kubrick, 1955

LE COMMENTAIRE

Plus amère que la mort est la femme, peut-on lire dans l’Ecclésiaste (cf Le Nom de la Rose). Ce constat était peut-être un peu exagéré et serait sans doute classé comme misogyne aujourd’hui. Une chose est sûre : la femme, bien qu’encore sous le joug du porc, reste un être libre, un papillon de lumière au sens de Cindy Sander. Elle pense ce qu’elle veut (cf Mary Shelley). Elle va où elle veut (cf Wild). Comme le chantait la Compagnie Créole, elle ne peut pas s’arrêter (cf Lucy). La femme vit à 100 à l’heure, bravant le danger en courant dans les escaliers – bien que cela soit déconseillé.

LE PITCH

Un boxeur se mue en acteur de théâtre de l’opprimée.

LE RÉSUMÉ

Davey Gordon (Jamie Smith) fait les cent pas dans la gare en attendant son train pour Seattle. Il repense aux récents événements qui ont bouleversé sa vie…

Quelques jours avant un combat décisif contre Kid Rodriguez, Davey Gordon était tombé nez à nez avec son vis-à-vis, la charmante Gloria Price (Irene Kane) alors que celle-ci s’apprêtait à rejoindre son patron et amant Vincent Rapallo (Frank Silvera). Gloria et Vincent avaient regardé ensemble le combat à la TV qui s’était soldé par un KO contre Davey.

La nuit suivante, un cri avait sorti Davey de son cauchemar. Gloria était agressée par Vincent. Davey avait aussitôt volé à son secours, Rapallo prenant la fuite. Gloria lui conta alors toute l’histoire : sa défunte mère, la jalousie qu’elle éprouve envers sa soeur qui fut ballerine avant de se suicider juste après la mort de leur père. C’est ainsi qu’elle avait trouvé par hasard un job de danseuse dans le club de Vincent, qui perd parfois son sang froid.

Davey était tombé sous le charme de Gloria. Bien décidés à partir ensemble (cf Two Lovers), Gloria avait souhaité réclamer son dernier salaire à Vincent. Il était rentré dans une rage folle, allant jusqu’à la menacer.

I could kill you right here and now.

Le patron du dancing envoya deux de ses sbires liquider Davey. Les hommes de Rapallo avaient malheureusement supprimé son manager (Jerry Jarrett), suite à un quiproquo.

Vincent fit kidnapper Gloria et lorsque Davey vola de nouveau à son secours, il fut fait prisonnier. C’est alors que Gloria retourna sa veste.

Listen Vinnie, don’t kill me. I don’t wanna die. I’d do anything you want. 

Profitant d’une minute d’inattention, Davey parvint à s’enfuir et à neutraliser Vincent au bout d’une course poursuite haletante. Il tua même Rapallo dans un duel à la hache, au milieu d’une centaine de mannequins. Remis en liberté par la police, Davey n’avait plus reçu de nouvelle de Gloria depuis.

Voilà comment Davey se retrouve à la gare, prêt à traverser le pays, convaincu de ne plus jamais revoir sa belle.

There was no message for me.

Gloria le rejoint cependant, quelques secondes avant le départ, pour l’embrasser.

KILLER-S_KISS_IMAGE_OJOJOCJ

L’EXPLICATION

Le Baiser du Tueur, c’est une perverse narcissique.

Si les porcs comme Harvey Weinstein essaient d’abuser de leur position dominante avec les femmes (cf Promotion Canapé), c’est évidemment par faiblesse (ainsi qu’une certaine perversité). Si les hommes peuvent effectivement ruiner la réputation d’une femme (cf Les Liaisons Dangereuses), ils ne sont finalement pas grand chose. Les femmes peuvent les mener à la baguette. Comme le disait le régisseur dans Le Créateur à propos de Chloé : Elle va le rendre complètement cinglé l’autre dingue! C’est en résumé l’effet que la femme fait à l’homme. Elle lui fait perdre la tête. Rapallo ne se sent plus de joie au contact de Gloria. Et l’hypothèse qu’elle puisse le quitter lui est tout simplement impensable.

I’m mad about you!!

De la même manière, Davey a totalement perdu pied. Gloria l’a mis KO.

I guess the whole thing was pretty silly: know a girl for two days and fall in love.

Quel est le caractère de Gloria? C’est une danseuse, par définition insaisissable. Elle est jalouse et opportuniste. Quel est son jeu?  Comme une drogue, elle ouvre de nouveaux horizons à celui qui la consomme, en lui donnant le sentiment d’être unique. Elle fait des confessions qu’elle n’a jamais faite avant. Lorsqu’elle se confie auprès de Davey, il n’en faut pas plus au rugueux boxeur (cf Raging Bull) pour rentrer dans la peau du protecteur qu’il rêve de jouer.

I never told anyone before…

Puis lorsqu’elle sent que son charme opère après le premier baiser, elle se retire aussitôt. Gloria infantilise Davey et lui fait même la leçon – en s’appuyant sur des vérités. Elle souffle le chaud et le froid.

It’s a mistake to confuse pity with love.

Elle peut même aller très loin dans la méchanceté, comme avec Vincent qui se fait insulter. Après tout peu importe, il n’a déjà plus d’amour propre.

To me you’re just an old man. You smell bad.

Alors quand l’homme sent que la situation lui échappe, il montre les muscles comme un réflexe animal. Il devient violent. C’est alors que la femme joue les victimes pour passer entre ses griffes.

I’m an old man… I smell bad?

I didn’t mean it. You know I didn’t mean it!

Après les confessions, elle lui fait des promesses qu’il meurt d’entendre. Et on lui pardonne car on n’attend que ça. Elle reste à jamais notre danseuse étoile. Il n’y en a que pour elle.

La femme obsède l’homme qui l’observe depuis sa fenêtre de l’autre côté de la rue. Il veut la posséder coûte que coûte. L’homme est prêt à tout pour ça, même jusqu’à se battre contre son alter ego devant une foule de femmes mannequins sans âme. L’homme est d’autant plus vulnérable que la femme devient un moyen pour lui d’affirmer sa masculinité. Davey s’en rend bien compte à la gare, avec un tout petit peu de recul. Tout cela est ridicule.

It’s crazy how you can get yourself in a mess sometimes and not even be able to think about it with any sense. And yet not be able to think about anything else. (…) Maybe it begins by taking life too serious.

Alors qu’il est sur le point de s’en détacher et de retrouver sa liberté en partant vers le Far West, sa mante religieuse le retrouve pour lui donner un baiser fatal. Il est sa chose. Elle le contrôle comme dirait M Pokora. Elle a le regard qui tue comme dirait Marc Lavoine.

Davey est foutu. Il ne s’en sortira jamais.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.