LE BRAS DE FER

LE BRAS DE FER

Menahem Golan, 1987

LE COMMENTAIRE

La vie est faite de peu de moments (cf Wall Street) qui sont pour la plupart des confrontations directes. Emmanuel Macron (cf Le Casse du Siècle) contre Marine Le Pen. Booba contre Kaaris. Djamil contre Tomer, le Prince des Voleurs. Johan contre Pirlouit. Au cours de ces face-à-faces tendus, on s’installe à la table. On s’intimide par le regard. On bombe le torse tout en gonflant les biceps. Et puis surtout on retourne sa casquette pour avoir l’air plus cool que le gros skin head d’en face.

LE PITCH

Un homme consolide sa vie à la force de son poignet.

LE RÉSUMÉ

Lincoln Hawk (Sylvester Stallone) est un routier qui n’arrive pas à joindre les deux bouts dans l’Amérique Reaganienne. Christina (Susan Blakely), la femme de son fils, est très malade. Elle lui demande d’aller le récupérer dans l’école militaire où il est en pension afin qu’ils apprennent un peu à se connaître (cf Kramer contre Kramer).

Do you really think you can make up 10 years in two to three days?

La route s’annonce longue. Michael (David Mendenhall) n’a pas apprécié que son père disparaisse à sa naissance. Il n’a que mépris pour lui. Mépris qui est nourri par Jason Cutler (Robert Loggia), le riche grand-père du jeune homme qui n’a jamais digéré que sa fille puisse faire des parties de ça va ça vient avec des camionneurs.

Grandfather always said you were a loser! Now you’re trying to make me one and I hate you for it!

Au cours d’un voyage entre le Colorado et la Californie, les deux mâles apprennent à se connaître. Hawk libère Michael de ravisseurs qui avaient été embauchés par Jason pour kidnapper le petit.

Malheureusement, ils arrivent trop tard à l’hôpital. Christina est morte sur la table d’opération. Michael part vivre chez son papy et Hawk finit en prison pour avoir essayé de pénétrer dans sa propriété privée.

À sa sortie, Hawk participe au championnat du monde de bras de fer à Las Vegas avec l’ambition de gagner le jack pot de $100,000, ce qui lui permettrait d’acheter un beau semi-remorque et pourquoi pas de lancer son propre business en tant qu’auto-entrepreneur. Il n’hésite pas à vendre son outil de travail pour tout miser sur lui-même, ce qui lui permettrait de mettre un peu de beurre dans les épinards.

Le favori est Bull Hurley (Rick Zumwalt), le rival de toujours de Hawk. L’affaire n’est pas gagnée d’avance.

I drive truck, break arms, and arm wrestle. It’s what I love to do, it’s what I do best. Being number one is everything. There is no second place. Second sucks.

Michael découvre des lettres de son père que Jason avait bêtement conservées depuis des années, prouvant qu’il avait bien cherché à éloigner les deux amoureux. Il change d’avis à l’égard de Hawk et fonce en direction de Las Vegas.

Le tournoi est difficile. Hawk se blesse mais parvient néanmoins à accéder à la finale. Jason l’invite dans sa suite pour lui faire une proposition : $500,000 et un joli camion en échange de quoi Hawk disparait de leurs vies pour toujours.

I’m trying to make things easy for you, Hawk. You don’t need Michael as a meal ticket anymore. You’re on a free ride. So take the truck, take the money. Start a new life, start your own family!

Lincoln n’a pas fait tout ce chemin pour rien. Il refuse (cf Cocktail).

Michael lui apporte son soutien.

Now is your chance, dad, don’t you see? I don’t care about what happened before, so you can stop trying to prove yourself to me. It doesn’t matter if you win or lose, dad. I don’t care about that. All I care about is being with you, dad… and I love you!

Hawk trouve le supplément d’âme nécessaire pour renverser Bull Hurley et remporter le titre. À lui la gloire, l’argent, le camion et la vie de rêve (cf Scarface).

overthetop2

L’EXPLICATION

Le Bras de Fer, c’est ce qu’on a dans le moteur.

King Benny disait que la vie est un risque (cf Sleepers). Les Monthy Python disaient que la vie est un jeu (cf The Meaning of Life). On pourrait aussi voir la vie comme un test perpétuel, comme dans l’Histoire sans fin. Seuls ceux qui ont le coeur pur pourront passer les Sphynx sans se faire cramer.

On pense qu’on se bat contre les autres. Cela ne suffit pas de gagner un match de foot, il faut humilier l’adversaire. On ne gagne pas une élection, on fait perdre l’opposition. Bull Hurley veut détruire la personne qu’il a en face de lui, grâce à sa haine. C’est d’ailleurs pour ça qu’il ressemble à un gros hater aux allures de membre du Ku Klux Klan.

When I get to the table, that person, I don’t care who they are, they’re my mortal enemy. I hate them.

En réalité, la réponse est en nous et pas ailleurs. Lincoln est un gros looser qui traine une boulette du passé comme des casseroles. Il a beau promettre que ça ne se reproduira pas, personne n’a envie de lui faire confiance. À commencer par son fils Michael qui ne supporte pas les jérémiades de son père.

All I can say is I made a mistake. I know that. You know, sometimes that happens in life. We all make mistakes, but it won’t happen again.

Ce qui différencie Lincoln des autres, c’est qu’il ne se bat pas pour le titre. Il se bat pour sa vie. Ce camion est plus qu’un poids lourd, c’est son moyen de continuer à avancer malgré tout, sans Christina (cf Love Story).

Tell you the truth, the truck is, uh, you know, the most important thing for me. I… I don’t really… it doesn’t matter if I, uh, become the champion or anything. That’s, that’s not the most important… I… I need this truck.

Il n’est pas sur de sa destination. À la rigueur, peu importe. On peut mettre une République toute entière en marche sans savoir vers quoi. Tout ce que Lincoln sait, c’est qu’il a envie de faire un bout de chemin avec son fils (cf La Route). Il veut tout donner pour lui.

If I went with you, where would we go? Where would we end up?

Together is all I can guarantee. I’m just a father who messed up pretty bad, I know that. I’ve done things real wrong, now I want to try fix things up as best I can. I want to give… you… what’s inside of me. I may not have much and I may never have a lot. But I’ve got something inside I want to give to the only person that means something to me… you.

À partir de là, tout est possible dans le football. Lincoln peut retourner sa casquette. Comme Etienne Daho, grâce à cet artifice, il peut devenir un autre entre désir en rade et désert blanc.

What I do is I just try to take my hat and I turn it around, and it’s like a switch that goes on. And when the switch goes on, I feel like another person, I feel, I don’t know, I feel like a… like a truck. Like a machine.

Lincoln a prouvé sa valeur. Il triomphe grâce à son fils et pour son fils, l’essence sans plomb dont il a besoin.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.