PROMOTION CANAPÉ

PROMOTION CANAPÉ
Didier Kaminka, 1990

LE COMMENTAIRE

Quand on regarde dans le rétroviseur, parfois on y voit un camion menaçant. Parfois on se revoit soi-même il y a des années. C’était l’époque où on portait des chemises larges et bariolées. On abusait des permanentes et on dansait sur Début de Soirée. Ce regard est plutôt tendre. Parfois on porte un regard un peu plus critique sur ce passé et ses moeurs un peu détestables, même si on ne s’en rendait pas compte sur le moment bien sûr. Et puis quand on regarde sa route à nouveau et qu’on réalise que rien n’a changé (ou presque), on a un petit goût de vomis dans la bouche.

LE PITCH

Catherine (Grace de Capitani) et Françoise (Margot Abascal) « montent » à Paris.

L’HISTOIRE

Catherine et Françoise quittent leur campagne pour la capitale.

Paris sait pas qu’on existe mais bientôt il pourra plus se passer de nous!

Elles sont harcelées sexuellement dès leur formation par Marcel (Martin Lamotte).

Celle du milieu… t’as vu la bouche qu’elle a cette salope?

On doit être bien dedans…

Catherine et Françoise ont quitté leur campagne pour la jungle. Pierre (Jean-Pierre Castaldi) se tape Carole (Zabou) bien qu’il soit marié. Il a des vues sur Catherine. Carole fait des petites gâteries à son patron, Ivan (Claude Rich).

(bruit de braguette) Tu ne veux pas fonctionner à reculons sur le tableau d’avancement? 

Non…

Ivan est un homme marié qui prétend que sa femme est morte d’un cancer pour mieux se soulager la conscience. Il a aussi aménagé son bureau pour mieux se rincer l’oeil.

Les filles sont constamment menacées sur leur lieu de travail puis insultées quand elles n’obtempèrent pas. Alors Catherine va jouer le jeu. Elle couche avec Pierre pour obtenir une petite promotion, puisque c’est la règle.

Avec toi j’ai appris la distinction entre baiser et faire l’amour.

Carole est jalouse et met des batons dans les roues de Catherine qui se retrouve au service du tri en compagnie d’employés qui tapent impunément dans les colis. Bien décidée à se venger, Catherine va sortir le grand jeu auprès d’Ivan pour remonter dans la hiérarchie.

Pendant ce temps, Françoise se fait larguer par son Jean-Claude qu’elle oublie rapidement dans les yeux du mystérieux François (Thierry Lhermitte). Elle se fait ensuite draguer par André (Patrick Chesnais), un imprimeur. Catherine met son amie en garde. Elle veut lui prouver qu’André ne vaut pas mieux que les autres en le mettant dans son lit.

André ne vaut effectivement pas mieux que les autres. Il est même pire puisqu’il donne Françoise en pâture à Bernard (Michel Sardou), un publicitaire, dans le but de décrocher un appel d’offre. Dégoutée, Françoise décide elle aussi de jouer le jeu en s’inspirant de son amie Catherine, en jouant plus serré.

Le monopoly, quand on est dedans… qu’est-ce que c’est bien!

Elle prend le contrôle et réussira à recroiser François, qui se trouve être ni plus ni moins que le Ministre des Postes en personne. Elle profite d’un voyage à la Martinique en sa compagnie pour lui permettre d’accroitre sa côte de popularité. Elle en sera récompensée.

Françoise revient en Métropole de manière triomphale. Elle a été bombardée Ministre et va passer le week-end avec son François qui siège maintenant à l’Elysée.

L’EXPLICATION

Promotion Canapé c’est l’océan qui sépare la France des États-Unis.

La promotion canapé c’est un terme qu’on utilise pour parler d’une triste réalité qui a toujours existé et qu’on appelait autrefois le droit de cuissage – qui était le privilège du Roi. Il s’agit d’un abus de pouvoir à caractère sexuel. Il se trouve que les hommes occupent historiquement le pouvoir donc ce sont eux qui se rendent le plus souvent coupables de ce méfait pervers. Lorsque la situation s’inverse, ça arrive, les femmes peuvent elles-aussi abuser de leur autorité (cf Mariah Carey). Ça reste néanmoins l’exception.

Le harcèlement sexuel sur le lieu de travail n’est pas un secret du tout. Ça ne l’était déjà pas il y a trente ans. Il suffit d’écouter cette syndicaliste dont le discours est encore totalement d’actualité aujourd’hui:

Le harcèlement sexuel sur le lieu de travail existe, je l’ai rencontré. En adhérant à mon syndicat vous lutterez pour l’égalité des droits des femmes et des hommes devant l’emploi. Plus la mixité s’affirmera dans l’entreprise plus le harcèlement sexuel régressera.

Cette représentante syndicale n’est pas représentée d’une manière sexy, étrangement. Catherine, à l’ambition débordante, n’écoute donc que d’une oreille cette mise en garde. On lui dit que la mer est infestée de requins. Ça ne va certainement pas l’empêcher d’aller nager. On lui dit que si elle roule en respectant les limites de vitesse, elle arrivera à destination dans 2h. Le problème c’est qu’elle est pressée et qu’elle conduit une voiture sportive. Alors s’il faut baiser pour y arriver, elle ne s’en privera pas.

Un fossé sépare la France des États-Unis car nos cultures ont deux manières diamétralement opposée de gérer le problème du harcèlement sexuel.

Aux États-Unis où la morale (de façade règne), on dénonce. C’est l’empire de la moraline. Tout le monde s’offusque quand Bill Clinton se fait sucer par Monica Lewinsky (et on a raison de s’offusquer). On finit par déboulonner Harvey Weinstein en faisant tomber les dominos derrière lui (Kevin Spacey, Louis CK, Al Franken, John Conyers, Jeffrey Tambor, Charlie Rose…) C’est un puits sans fond. L’ouragan est en train de balayer le pays. L’air y semble plus respirable, encore que. Il ne s’agira toujours que d’une histoire d’apparences tant que le plus pervers des hommes occupera la plus haute fonction à la Maison Blanche.

En France, où quelques têtes sont aussi tombées depuis l’affaire DSK (Georges Tron, Denis Baupin, Gilbert Cuzou, Jean Lassalle, Christophe Arend, Thierry Marchal-Beck), la situation demeure plus floue. On dénonce également, bien sûr. Les choses ne semblent pourtant pas être si simples. Des femmes supportent le droit de se faire importunerCauet invite Cécile de Menibus à la mettre en veilleuse après l’épisode avec Rocco Siffredi. Le Premier Ministre Édouard Philippe plaide pour un maintien de la séduction intellectuelle. Qu’est-ce donc d’ailleurs que cette séduction intellectuelle dont parle Édouard Philippe? C’est une coutume bien de chez nous, le fameux flirt à la française dont Ivan est passé maître:

Vous monterez aussi rapidement dans la hiérarchie qu’une mini jupe sur une paire de cuisses.

Certaines femmes s’écrasent face aux petites phrases menaçantes du despote:

Qu’est-ce que tu cherches? Tu préfères le chômage?

Elles se rendent à la fois prisonnières et complices d’un système pervers dont il devient très compliqué de sortir. Aux États-Unis, les femmes parlent. En France, les femmes agissent, à l’image de Catherine.

J’ai trouvé mon point d’équilibre en mettant le sexe d’un côté et les sentiments de l’autre. Pourquoi un mec qui joue avec les filles c’est vachement bien, un séducteur alors qu’une fille qui joue avec les mecs c’est une salope? 

Elles se mettent au niveau (même si le niveau est médiocre). Elles vont sur le champs de bataille et jouent des mêmes bassesses que les hommes, sûrement l’héritage de Choderlos de Laclos et de la Marquise de Merteuil. Face à cette fonctionnaire en pleurs qui avoue avoir été violée par Marcel ou encore Françoise cocufiée par son Jean-Claude et par l’administration toute entière, Catherine décide de montrer les épaules. Ça suffit. Elle refuse de jouer les romantiques victimes comme Françoise. Elle va se servir de ses charmes pour disposer des hommes comme ça l’arrange. Françoise va lui emboiter le pas. Elle profite que certains hommes ne pensent qu’avec leur queue (Bernard ou André). Elle se joue de la pseudo naïveté des autres (François qui semble ignorer tout des agissements de son Ministère) pour mieux imposer ses propres règles et dompter les fauves.

Allez sautez moi et qu’on en parle plus!

Mais un peu de poésie, un peu de romantisme bordel de merde…

Françoise manipule les manipulateurs pour mieux arriver à ses fins.

Mais Françoise tu te fous de ma gueule!?

… Oui.

Car n’oublions pas la finalité de tout ça. Il ne s’agit de rien d’autre que d’une histoire d’ambition et de réussite professionnelle. Le jeu de l’entreprise est vicieux. Nous ne pouvons pas accepter que la promotion se fasse par le canapé. Le jeu n’est pas parfait. On doit viser à son amélioration mais il ne sera certainement jamais parfait. Si les promu(e)s ne l’étaient que pour leurs compétences, ça se saurait. Nous serions probablement en de meilleures mains. Quand on en aura fini de la promotion canapé, il faudra aussi qu’on s’attaque au problème du ‘piston’ dans l’entreprise, qui est tout aussi scandaleux.

N’ignorons pas la nature sauvage de notre société. Quand on rentre dans la cage, on sait à quoi on s’expose. Tous les animaux ne sont pas civilisés. Ceux et celles qui jouent à ce jeu s’exposent donc aux conséquences.  N’oublions pas non plus que face au monstre, nous avons toujours le choix de dire ‘oui’ ou ‘non’. Cette employée violée par Marcel aurait pu faire demi-tour. Rien ne l’a poussé dans les griffes de ce prédateur si ce n’est le spectre (il est vrai inquiétant) du chômage. Françoise au contraire fait le choix d’assommer Bernard et de quitter sa résidence sans se soucier des conséquences. La question c’est donc de savoir ce que l’on veut pour soi et quelles sont les limites que notre éthique oppose à notre ambition.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Laissez un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s