MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE

MASSACRE À LA TRONÇONNEUSE

Tobe Hooper, 1974

LE COMMENTAIRE

Il n’est pas donné à tout le monde de prendre la vie de quelqu’un. Le rythme cardiaque s’accélère. Les mains deviennent moites. Il ne faut pas se rater sachant que le scénario se passe rarement comme on le souhaiterait. Et puis s’en suivent évidemment de nombreux cauchemars. Le tueur est poursuivi par le fantôme de sa victime (cf Un prophète). On ne peut qu’avoir que de l’admiration pour les assassins créatifs qui ne se contentent pas d’un gun ou de poison.

LE PITCH

Un groupe d’amis s’arrêtent au mauvais endroit. Sale histoire au Texas…

LE RÉSUMÉ

Sally Hardesty (Marilyn Burns), son frère paraplégique Franklin (Paul A. Partain) et trois amis Jerry (Allen Danziger), Kirk (William Vail) et Pam (Teri McMinn) partent à l’aventure au Texas, dans le cimetière où le grand-père Hardesty repose et qui vient juste d’être vandalisé.

Subsequent investigation has revealed at least a dozen empty crypts, and it’s feared more will turn up as the probe continues. Deputies report that in some instances only parts of a corpse have been removed, the head or in some cases the extremities removed, the remainder of the corpse left intact. Evidence indicates the robberies have occurred over a period of time. Sheriff Jesus Maldonado refused to give details in the ghoulish case, and said only that he did have evidence linking the crime to elements outside the state. Area residents have reportedly been converging on the cemetery, fearing the remains of relatives have been removed. No suspects are in custody as the investigation at the scene continues.

Le groupe prend un auto-stoppeur (Edwin Neal) à bord. Ses propos sont étranges. Il évoque sa famille qui travaille dans la viande.

My family’s always been in meat! (…) The old way… with a sledge! You see, that way’s better. They die better that way.

Son comportement est inquiétant. Le jeune homme se coupe la main puis coupe l’avant-bras du pauvre Franklin! Il est aussitôt débarqué.

À une station service, le pompiste (Jim Siedow) se permet de mettre la bande en garde contre l’envie d’aller fouiner vers une vieille maison sur la colline.

You boys don’t want to go messin’ around some old house. Those things is dangerous. You’re liable to get hurt.

We’ll be careful.

No, seriously. You don’t want to go fooling around other folks’ property.

Kirk et Pam ignorent le conseil. Mauvaise idée. Kirk est assommé par un homme masqué (Gunnar Hansen). Pam, inquiète, finit par rentrer dans la maison à son tour et se fait capturer elle-aussi. Du haut d’un crochet de boucher, elle contemple avec horreur le spectacle de son ami en train de se faire découper à la tronçonneuse.

Jerry cherche ses amis. Il pénètre lui aussi dans la maison, découvre que Pam est prisonnière dans un congélateur. Puis il se fait assommer.

Sally et son frère sont seuls dans l’obscurité. C’est alors que le boucher masqué sort de nulle part pour découper Franklin sur son fauteuil roulant. Sally parvient à s’enfuir et se réfugie chez le pompiste qui ne réussit pas à la calmer. Au contraire, il la moleste et l’attache pour la conduire à l’ancienne maison. En chemin, il fait monter l’auto-stoppeur qui se trouve être le frère du boucher.

Il s’agit d’une famille de fous. La pauvre Sally est faite prisonnière. Ses ravisseurs lui coupent le doigt pour que le grand père Sawyer (John Dugan) puisse lui sucer son sang. Immobilisée la tête au dessus d’un seau, Sally attend que le grand père lui écrase la tête avec un marteau. Celui qui fut de l’avis de tous le meilleur boucher de l’abattoir (cf Bullhead) est trop faible pour assommer Sally.

Elle se débat et s’échappe en sautant par la fenêtre. L’auto-stoppeur lui court après, ainsi que le boucher armé de sa tronçonneuse. Un camion écrase l’auto-stoppeur. Sally saute à l’arrière d’un pick-up, en regardant le boucher agiter sa tronçonneuse avec un certain agacement.

the-texas-chain-saw-massacre-1974-2

L’EXPLICATION

Massacre à la tronçonneuse, c’est aller au devant des ennuis.

Un dicton affirme qu’il faut que jeunesse se passe. Ce qui veut dire que les jeunes sont amenés à commettre des imprudences qui vont leur permettre d’atteindre la maturité, en prenant un peu de plomb dans la cervelle. C’est pourquoi les jeunes cons chantés par Saez multiplient les bêtises en ne faisant qu’à leur tête. Le bon vouloir du prince.

Ils seraient pourtant plus inspiré de commencer par écouter leur horoscope.

Hey, listen to Franklin’s horoscope. « Travel in the country, long-range plans, and upsetting persons around you, could make this a disturbing and unpredictiable day. The events in the world are not doing much either to cheer one up. » That’s just perfect. And now read Sally’s. Oh, no. Capricorn’s ruled by Saturn. « There are moments when we cannot believe that what is happening is really true. Pinch yourself and you may find out that it is. »

L’horoscope, c’est pas fait pour les chiens!

Quel besoin avaient-ils d’aller sur les lieux d’une profanation de tombe? Ne pouvaient-ils pas simplement rester chez eux à étudier leurs cours de comptabilité? À la place, ils ont décidé de s’enfoncer dans une forêt en jetant la carte (cf Blair Witch Project). On connait la chanson.

For them an idyllic summer afternoon drive became a nightmare. 

Le pompiste lui-même avait recommandé à ces jeunes de ne pas s’aventurer dans la maison, comme on défend aux enfants d’aller voir ce qu’il se passe du côté de la chambre 237 (cf Shining). C’est un peu comme s’ils avaient tendu le baton pour se faire battre. Les vieux sont pourtant de bons conseils.

Sorry to keep you waiting, young lady. I had to lock up the shop and turn the lights off. The cost of electricity these days is enough to drive a man like me out of business.

Donc les jeunes recherchent les problèmes par essence car ils pensent que ces mésaventures vont leur permettre de définir leur personnalité, en plus de leur donner quelques bonnes anecdotes à raconter à leurs copains lors des prochaines vacances au ski (cf Les Bronzés). Sauf que parfois, ça finit mal. À marcher au bord du précipice parfois on tombe (cf Trainspotting)!

It is all the more tragic in that they were young. 

Voilà ce qui se passe quand on quitte Paris pour aller voir ce qui se passe dans le Vercors. Quand on cherche les problèmes on les trouve (cf Funny Games). Quand on sonne à la porte de psychopathes (cf Human Centipede), ceux-ci se frottent les mains. Sally n’avait rien demandé, elle a juste suivi les autres comme un mouton (cf La Vague). Que cela lui serve de leçon. Les fous sont nombreux, surtout dans les provinces les plus reculées, et les tronçonneuses grondent.

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.