CODE INCONNU

CODE INCONNU

Michael Haneke, 2000

LE COMMENTAIRE

Sous notre apparente naïveté, nous restons des êtres complexes dans leur genre, qui peinent à cacher leur part d’ombre. Sans réponse quant à savoir qui nous sommes. Une chose est sûre: nous sommes dos au mur.

LE PITCH

Des destins parallèles qui ne se croisent jamais véritablement.

LE RÉSUMÉ

Dans une classe de sourds et muet, une jeune fille mime un mouvement que ses camarades doivent reconnaître. Solitude, mauvaise conscience, tristesse, enfermement… Aucune proposition ne semble refléter ce que voulait exprimer la fillette.

À Paris, la comédienne Anne Laurent (Juliette Binoche) est interpellée par Jean (Alexandre Hamidi), le frère de Georges (Thierry Neuvic) – le compagnon d’Anne. Georges est photo reporter (cf The Secret Life of Walter Mitty), il n’est pas souvent là. Jean ne veut pas reprendre l’exploitation agricole de son père.

Anne n’a pas de temps à lui consacrer car elle a une audition.

Visiblement perturbé, Jean remarque une mendiante (Luminița Gheorghiu) et lui donne 20 francs, de manière méprisante au goût d’Amadou (Ona Lu Yenke). Le témoin rattrape Jean et lui ordonne de s’excuser. Les deux hommes en viennent aux mains. La police intervient de manière musclée contre Amadou et expulse la mendiante, une Roumaine en situation irrégulière.

Georges envoie des fragments de nouvelles du Kosovo ou d’Afghanistan. Anne continue ses castings. Amadou fréquente une blanche (cf Get out), ce qui n’est pas du goût d’Aminate (Maimouna Hélène Diarra) et son mari (Djibril Kouyaté) qui doivent gérer par ailleurs les problèmes de harcèlement dont le frère d’Amadou est victime à l’école.

Anne reçoit un mot de détresse qu’elle pense avoir été écrit par sa jeune voisine, possiblement battue par ses parents. Ce message la traumatise. Elle tente d’en parler avec Georges lors de l’un de ses rares passages à Paris mais la discussion tourne rapidement au règlement de comptes.

Ça t’est complètement égal!

Je me sens pas concerné…

Georges est peut-être davantage préoccupé par la fugue de son frère qui a définitivement quitté la ferme et ne donne plus de nouvelle? Anne et sa voisine se rendront seules à l’enterrement de leur jeune voisine.

En Roumanie, Maria masque les apparences. Elle tente de repasser à la frontière afin de revenir en France et envoyer à sa famille le peu d’argent qu’elle pourra y mendier. Le souvenir de ce garçon lui jetant un billet de 20 francs à Paris la hante encore.

L’hiver dernier, sur le boulevard St Germain, un homme bien habillé a voulu me donner 20 francs, mais quand il a vu ma main tendue il m’a jeté le billet d’un air totalement dégoûté. Après ça, je suis revenue ici me cacher dans le grenier et j’ai chialé toute la journée. J’avais tellement honte… 

Lors du doublage d’une scène dramatique au cours de laquelle elle craint de perdre son enfant, la comédienne a bizarrement du mal à garder son sérieux. Elle flirte aussi un peu avec le comédien qui lui donne la réplique.

Le père d’Amadou rentre au pays. Une autre tzigane a pris la place de Marie à l’angle de la rue. Anne se fait cracher au visage dans le métro par un jeune qui croit l’avoir reconnue et qui est vexé de se faire ignorer. De retour de mission, Georges reste planté sous la pluie car il a oublié le code de l’immeuble. Contraint d’appeler Anne depuis une cabine téléphonique. Risquant de se faire écraser en traversant la rue.

Les sourds et muets continuer de s’exprimer dans un language qu’une trop grande majorité d’entre nous ignore.

L’EXPLICATION

Code Inconnu, c’est avoir perdu le mode d’emploi.

La crainte de ce début de siècle partagée communément par chaque être humain est de se faire remplacer purement et simplement par les machines. Les fantasmes ne manquent pas (cf Les Temps modernes, 2001 l’Odyssée de l’espace, Terminator, Matrix, Covenant, Alphaville, Tron). Le chauffeur poids lourd n’a désormais plus peur du routier Polonais mais d’un camion qui se conduirait tout seul. Dans les supermarchés, les caisses automatiques ont remplacé les caissières. Il parait évident que nous allons disparaître. Ce n’est qu’une question de temps.

Si les robots sont amenés à prendre notre place, ce n’est peut-être pas parce que leur potentiel parait infini comparativement au nôtre – qui est encore sous-exploité (cf Lucy). C’est peut-être parce que nous nous sommes perdus en cours de route. Nous ne nous comprenons plus du tout.

L’Humanité est un projet d’autant plus fragile que nous ne sommes même pas certains de savoir précisément quelle est sa finalité (cf Babel). Pour quoi existons nous? Qu’est-ce qui expliquent nos coups de foudre ou nos ruptures (cf Marriage story)? Pourquoi cela peut marcher si bien parfois et d’autres pas du tout? Comment pouvons nous passer les uns à côté des autres de cette manière?

Si l’on rajoute à ces questions la complexité liée aux différences culturelles, on peut se demander à quoi bon.

Dans ce Paris où le vivre ensemble est devenu une utopie, les électrons que nous sommes continuent de s’agiter frénétiquement et de se rentrer dedans violemment, conduisant à des situations explosives.

La comédienne qui est censée comprendre les émotions mieux que personne ne perçoit pas la détresse de Jean lorsqu’elle le croise dans la rue.

Y’a panique à bord?

Après avoir été le témoin des horreurs de la guerre, Georges n’a plus de place pour le drame de sa voisine de pallier – qui n’en est pas moins dramatique.

La communication est rompue. Le couple ne fonctionne plus.

Les enfants d’immigrés ne maîtrisent pas toujours bien leurs origines. Malgré tout, ils essaient de s’intégrer en dépit des attaques des enfants des autres d’un côté ou des punitions injustes de l’autorité. Quand ils sont expulsés, ils tentent de revenir par tous les moyens car la situation est encore pire ailleurs.

On fuit, ou bien on se mêle de ce qui ne nous regarde pas. Les sacrifices nous donnent l’impression de ne servir à rien.

Se faire taxer d’égoïsme car on n’arrive pas à porter sur ses épaules la misère du monde en plus de la sienne.

Envie de crier, sans que cela nous soulage.

Jouer la comédie, de moins en moins bien.

Plus personne ne parvient à être civil (cf Joker).

On se fait la leçon avant de s’écouter.

Trop de vies si radicalement différentes, parqués sous terre – déjà. Dans une proximité explosive. La violence au quotidien.

Si madame la Comtesse est dans le métro avec la racaille, c’est peut-être pas un hasard? … Pas de reaction? Tant pis! 

Jusqu’ici tout va bien… (cf La Haine)

LE TRAILER

Cette explication n’engage que son auteur.

Un commentaire

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.