LES TEMPS MODERNES

LES TEMPS MODERNES

Charlie Chaplin, 1936

LE COMMENTAIRE

Hier, la France entière s’élevait contre le camionneur Polonais qu’elle accusait de voler le travail de ses honnêtes confrères hexagonaux. Oui à l’Europe, dans certaines limites. Il ne faut pas abuser. On veut bien de la concurrence, quand elle n’est pas déloyale et surtout quand elle nous arrange. Les prises de tête face au système ne datent donc pas d’hier. Nous n’avons pas attendu l’AI pour nous poser des questions.

LE PITCH

Un homme tente désespérément de rester un membre productif de la société (cf The Yards).

LE RÉSUMÉ

Un ouvrier (Charlie Chaplin) s’accroche pour suivre le rythme effréné de sa chaîne de montage. Il donne des coups de marteau tandis que ses collègues vissent. Puis la cadence s’accélère sur ordre du président. L’ouvrier décroche.

Après avoir été gavé comme une oie par une machine qui se propose de faire gagner du temps à l’usine, l’ouvrier commence à montrer des signes de burn-out (cf Chute Libre). Aspiré par les rouages, il finit par faire une crise de nerf en aspergeant tout le monde d’huile de vidange. Direction l’hôpital.

À sa sortie, l’ouvrier se retrouve sans emploi. Sur les docks, c’est par erreur qu’il se retrouve à la tête des manifestants. Arrêté par la police, il finit en prison où il déjoue une tentative d’évasion, par le plus grand des hasards. Remis en liberté pour bonne conduite, avec une lettre de recommandation du directeur en poche, l’ouvrier retrouve du travail sur les docks.

Le travail ne lui plait pas. La prison lui manque. Il se saborde en espérant que cela lui permette de retrouver sa cellule. Par chance, il peut saisir la responsabilité du vol d’une baguette de pain à la place d’une jeune SDF (Paulette Goddard). Il exauce son souhait et réintègre la centrale. Malheureusement pour lui, il est innocenté par le témoignage d’une femme qui a tout vu.

Il retrouve du travail comme veilleur de nuit dans un grand magasin. Ce qui lui permet d’inviter la SDF à passer la nuit au rayon literie. Fait prisonnier par des cambrioleurs affamés, qui se trouvent être d’anciens collèges d’usine, le veilleur finit la nuit saoul et se fait virer le lendemain matin.

Le couple s’installe dans une baraque de fortune au bord d’un étang. L’homme s’accommode mal de cette situation de fortune. Il profite d’une annonce d’emploi pour retourner travailler à l’usine. Ce job ne lui convient pourtant pas. Il fait tourner son supérieur en bourrique, jusqu’à le piéger dans les rouages de la machine. Emporté par un mouvement de grève, il est de nouveau arrêté.

Libéré deux semaines plus tard, il retrouve son amie qui est devenue danseuse dans un bar. Il prend le poste de serveur. Toujours aussi peu efficace, il crée un mini scandale dans le restaurant. Le patron décide de lui donner une dernière chance en tant que chanteur. L’homme ne sait pas chanter et a oublié les paroles que son amie lui avait données. Il doit improviser. Son yaourt incompréhensible rencontre malgré tout un grand succès.

La police intervient pour arrêter son amie, mineure, et qui n’a pas le droit de travailler. Le couple s’échappe et prend la route.

L’EXPLICATION

Les Temps Modernes, c’est le temps de changer.

Tristan Bernard disait que l’homme n’était pas fait pour travailler. Il n’avait pas tout à fait tort. Ce n’est pas que l’homme n’est pas volontaire. Au contraire, il a envie de se rendre utile. Il n’est simplement pas fait pour ça. Non seulement, le travail le fatigue mais en plus il n’est tout simplement pas doué. Il faut reconnaître que le travail répétitif imaginé par Ford n’a rien d’épanouissant. De nombreux ouvriers ont fini par se lasser de devoir visser des boulons contre un salaire de misère et au prix de tendinites insupportables. C’était bien la preuve qu’il y’avait là un problème. D’ailleurs, après quelques protestations, nous sommes aujourd’hui bien contents que les robots aient pris notre place. Plus personne ne se plaint désormais.

Voilà de quoi il s’agit véritablement : d’un monde en changement perpétuel où la seule constante soit la valeur travail. De tout temps, il a fallu produire quelque chose pour gagner un salaire et avoir le droit de vivre. Celui qui n’a pas de travail, le chômeur, est exclu de la société – à moins qu’il n’ait fait fortune par ailleurs. Auquel cas il n’a pas besoin de travail et peut vivre de sa rente. Ce qui n’est pas très réglo, mais à qui cela pose-t-il problème? Les pauvres n’ont qu’à la fermer.

Et si on pouvait vivre dans un monde où les moins aptes pourraient malgré tout s’épanouir. Car chacun a un talent caché. Et chacun a sa place. Cet homme est piètre ouvrier, un docker médiocre, un veilleur de nuit catastrophique, un serveur à éviter mais il se sort toujours des problèmes. En plus, il se révèle être un très bon showman, au point que la foule en redemande. Ce monde dans lequel les moins aptes pourraient s’épanouir est le monde dans lequel nous vivons aujourd’hui, celui de l’entertainment. Où les bouffons sont millionnaires.

Ce monde là touche néanmoins à sa fin lui-aussi. Car l’intelligence artificielle, tout comme les machines à l’époque, nous obligent à nous repenser. Les comiques accusés de plagiat nous rappellent également que les comédiens sont parfois de sacrés farceurs.

Sur la route de ce monde post-moderne vers lequel nous nous acheminons, où l’activité de la majorité d’entre nous sera pris en charge par un robot, qu’allons nous devenir? Mêmes les membres de l’infanterie seront remplacés par des droïdes alors que jusque là ils étaient considérés comme de la chaire à canon. Normalement, on a toujours besoin de chaire à canon.

Comment allons nous gérer ce tsunami massif de demandeurs d’emploi? Comment allons nous gagner notre croute? Le moment est venu pour nous de repenser un nouveau modèle, pour un monde meilleur, où le bonheur serait loi et où les soldats seraient troubadours. Une société dans laquelle nous pourrions exister indépendamment de notre travail. Un monde dans lequel les hommes d’âge mûr pourraient marcher aux côtés de filles mineurs sur les routes du bonheur…

LE TRAILER

https://www.youtube.com/watch?v=gWsU67J-qUc

Cette explication n’engage que son auteur.

2 commentaires

Commentez ou partagez votre explication

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.